Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
2sig leportel pape sy2

L’indispensable victoire !

Longtemps sous la menace d’une équipe du Portel qui a crânement joué sa chance, la SIG Strasbourg a remporté sa première victoire (75-71) et éviter une crise latente après des débuts manqués. Mais il reste du boulot…

La donne

Dernière au classement après trois journées, la SIG Strasbourg n’avait pas d’autre alternative que de vaincre le promu, Le Portel. Même si les hommes de Girard restaient sur un succès probant contre Le Mans.

Premier quart temps : un cinq sans Walker

Critiqué pour être parfois trop soliste, Erving Walker débutait sur… le banc, remplacé par Frank Ntilikina. Mais c’est Pape Sy qui se montrait le premier pour lancer la SIG (6-2, 3e’). Murphy (2 fautes) cédait sa place à Leloup et les Portelois ne lâchaient rien (11-11, 7e’). Puis sur un trois points de Sy, les Strasbourgeois s’offraient le premier mini-break (16-11) malgré Hassell (6 points de suite), confirmé par un panier de maraudeur de Ntilikina peu avant la sirène : 19-15. Évaluation : 22-16.

Deuxième quart temps : Les carences du rebond…

Walker, 9e Strasbourgeois à entrer en jeu, répliquait à Begarin derrière l’arc (22-18), et avec un parfait trois sur trois dans l’exercice, le petit meneur US creusait enfin l’écart : 30-21 (13e’). Lacombe attaquait le cercle mais quand l’attaque alsacienne se dérégla, Le Portel rappliquait aussitôt sur un 0-9 qui remettait tout à plat (30-30, 16e’). Pire, dominateur aux rebonds (12 à 7 dans la période et surtout 7 offensifs en première mi-temps), l’ESSM prenait les commandes en profitant des carences de la SIG (39-40, 19e’), avant qu’un missile de Slaughter ne redonne un souffle d’avance à la pause : 43-40. Le joli 10 sur 11 aux lancers-francs y avait bien aidé aussi… Évaluation : 24-33 (total : 46-49).

Troisième quart temps : la parole à la défense

En n’encaissant que deux points en cinq minutes, les hommes de Dettmann montraient un autre visage, aidés il est vrai par la maladresse des Portelois (4 sur 20 dans la période dont un petit 3 sur 12 dans la raquette) ! Jaiteh (enfin), Slaughter, encore à longue distance, et Sy poussaient à 53-42 (25e’). Le temps mort de Girard, suivi d’une zone qui gênera beaucoup les Strasbourgeois sera bénéfique (53-46) mais après 30 minutes la SIG gardait les commandes : 61-51. Howard, lourdement retombé sur le dos en première mi-temps n’était pas revenu sur le banc, Jaiteh et Murphy avec trois fautes, Dettmann avait dû appeler Cortale pour dépanner. Évaluation : 21-9 (total : 67-58).

Quatrième quart temps : des frayeurs et… le soulagement

La SIG avait tout en main pour s’offrir un dernier quart peinard mais les vieux démons resurgirent. Manque de confiance, balles perdues (5 dans la période alors qu’il n’y en avait eu que 7 dans les 30 premières minutes), mésententes, à tel point que Le Portel ne cédera jamais : 65-54, puis 65-60 (36e’). Leloup à 0 sur 9 jusqu’ici trouvera enfin la mire, à deux reprises derrière l’arc (71-62), mais les Nordistes viendront encore souffler sur la nuque des Strasbourgeois à trois secondes de la fin : 73-71. Sans plus réussir l’exploit. Cette fois, Mam Jaiteh (4 sur 4) n’avait pas tremblé sur la ligne (75-71). Ouf ! Évaluation : 12-25 (total : 79-83).

Le chiffre : 11

Comme le nombre de passes décisives de la SIG (2 seulement dans le dernier quart temps) qui montre que le jeu collectif n'est pas en place. A l'image du meneur, Erving Walker (0 passe en 20 minutes). Le ratio (12 balles perdues pour 11 passes) est loin de celui de l'adversaire (9 BP pour 17 PD).

J.C.F.

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – ESSM LE PORTEL 75-71. Rhenus Sport. 4 709 spectateurs. Arbitres : MM. Bardera, Thepenier et Murillon.

Les périodes : 19-15, 24-25 (mi-temps : 43-40), 18-11 (61-51), 14-20.

Les statistiques