Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Mam Jaiteh_SIG ASVEL
Actualités Mam Jaiteh : « Une bonne étoile doit veiller sur moi… »

Mam Jaiteh : « Une bonne étoile doit veiller sur moi… »

A bientôt 22 ans, Mouhammadou Jaiteh, le nouveau pivot de la SIG Strasbourg, affiche déjà un palmarès à faire pâlir bien des joueurs confirmés. Mais aussi une belle maturité et des ambitions clairement définies. Volubile, il parle avec lucidité et gourmandise de son parcours et de son avenir.

Il a bien grandi, le gamin de Pantin et de Malakoff. Et pas seulement sous la toise… Arrivé à l’intersaison en Alsace, Mam Jaiteh qui se dit lui-même chanceux, raconte volontiers le chemin qu’il a déjà parcouru et les épreuves qu’il a traversées. « Je suis né à Pantin, c’est vrai, dans le 9-3, mais je n’y suis resté qu’un ou deux ans. Mes parents ont déménagé dans le département voisin, celui du 92, à Malakoff ». Les Hauts-de-Seine où il a passé l’essentiel de sa vie jusqu’en juin dernier. « Mon premier sport, ça a été le foot parce que tous mes copains y jouaient. Ce n’est qu’à 12 ans que j’ai découvert le basket dont j’ignorais tout. Je faisais déjà la taille de mes professeurs et un ami me poussait à tenter le basket. Mais j’étais très têtu… et je n’avais aucune affinité avec ce sport ! »

Le complexe de sa taille
Mam Jaiteh2_SIG ASVEL

Un dunk sur la tête d'Adrian Uter : Mam Jaiteh ne fait pas de complexe...

Le déclic arrivera au collège. Le surveillant du collège, Harold, est capitaine de l’équipe de N3 de Malakoff et Jaiteh décide d’aller voir un match, le premier. « C’était la première fois de ma vie que je voyais des gens plus grands que moi et qui le vivaient bien, qui étaient à l’aise. Moi, je marchais courbé, je cherchais à me faire discret à cause de ma taille. Un vrai complexe… » Une fois le match terminé, le grand escogriffe reste à la salle pour jouer. « Jusqu’à ce que le concierge éteigne la lumière ! », lâche-t-il dans un grand sourire.

Mam Jaiteh lâche le football, pour toujours, passe au basket, et son surveillant de collège, avec lequel il n’a jamais rompu le contact depuis, le prend sous sa coupe pour lui apprendre les règles, le double pas. « Mais on avait passé un marché : pour jouer, il fallait que j’ai de bonnes notes. Un jour, j’ai été collé. Quand je suis arrivé à l’entraînement, il m’a dit :’Assieds-toi, tu feras des pompes et des abdos pendant qu’on s’entraîne’’ ! » Parallèlement, il joue en sport scolaire et est repéré par… Frédéric Donnadieu, le frère du coach nanterrien qui le fait venir à la JSF. « J’y ai joué en minimes France tout en intégrant le pôle Ile-de-France avant de rejoindre le Centre fédéral en 2010 », précise l’intéressé. Au côté de Boris Dallo, Anthony Racine, Alexandre Chassang, des joueurs plus confirmés.

Ascension rapide

A partir de là, tout ira vite pour le jeune géant francilien. « J’ai toujours eu la chance d’être au bon endroit au bon moment et de rencontrer les bonnes personnes. Une bonne étoile doit veiller sur moi ». Plusieurs clubs de ProA lui font des propositions pour intégrer leur équipe espoirs. Mouhammadou en veut plus : « Pour moi, ce n’était pas mieux que la Nationale 1 que j’avais connue avec le Centre fédéral. Je voulais progresser et travailler au contact des meilleurs ». Du coup, il file avant ses 18 ans à Boulogne-sur-Mer pour une saison de ProB très aboutie (16,2pts, 9,9 rebonds et 28 minutes de temps de jeu moyen). Pour mieux revenir à Nanterre. En trois saisons, il remportera la Coupe de France et l’Eurochallenge, dispute dix matches d’Euroleague avec les « verts », sera sélectionné trois fois au All Star Game, et décroche une médaille de bronze avec les « Bleus » à l’Euro 2015. Une précocité qui ne le surprend même pas : « Il n’y a pas de hasard. Je suis quelqu’un qui travaille beaucoup, qui est toujours à l’écoute, qui cherche à en savoir plus, à comprendre ».

La déception de la draft NBA

Tout n’a pourtant pas toujours été facile. « Mes débuts à Nanterre n’ont pas été évidents ». On se souvient de cette vidéo dans laquelle Pascal Donnadieu le tance sévèrement, en pré-saison, au tournoi de Mulhouse et devant tous ses coéquipiers. « Je l’ai mal vécu, bien sûr. Ça ne plaît à personne. Mais je suis un compétiteur et chaque événement de ce genre, je m’en sers pour avancer ».

Trois ans après, en juin 2015, il est sélectionné pour la draft NBA, son rêve. Et tout le monde l’attend dans une des franchises américaines, en bonne position. La douche froide est terrible. « Ça a été une mauvaise nouvelle. La première grosse gifle de ma carrière. L’équipe de France m’a beaucoup aidé pour rebondir. Ma sélection est arrivée très vite après (NDLR : Mam Jaiteh est rappelé par Vincent Collet pour pallier le forfait d’Ajinça peu avant le début de la compétition) et décrocher une médaille, c’était inespéré pour moi même si ce n’était pas celle qu’on attendait ». La saison suivante sera une réussite. « Je suis content de ma réaction. Ce fut ma saison la plus aboutie avec la meilleure évaluation française de la ProA ».

« Agréablement surpris par la ville et le club »

Et voilà Mam Jaiteh à la SIG Strasbourg. « J’ai eu des contacts avec le coach et le président et les deux étaient très motivés par l’idée que je puisse rejoindre le groupe. Pour moi, Strasbourg c’est l’élite en France. Le plus gros tremplin pour voir plus loin. C’est une étape très importante pour moi. J’ai toujours essayé de faire les choses progressivement, sans me précipiter. C’est tout naturellement que j’ai rejoint la SIG avec son palmarès et son prestige ».

Langage de circonstance ? Peut-être. Il n’empêche que le nouveau pivot a été rapidement conquis. « Quand on est Parisien, on pense qu’il y a Paris et… le reste ! J’ai été agréablement surpris (NDLR : voir ci-dessous le Tweet posté à son arrivée en août dernier) . Je ne connaissais pas Strasbourg, une très belle et… grande ville. Au club, la structure est très professionnelle et on ne peut que s’épanouir dans ce cadre. J’ai vu les supporters pour la première fois contre Villeurbanne et même si on a perdu, il y a tout pour être motivé avec une telle ambiance. Je sais que ça a beaucoup progressé ces dernières saisons et j’ai de la chance d’arriver à ce moment-là ». Le début de saison manqué ? « C’est un peu dur, c’est sûr, les résultats ne sont pas encore là. Il y a beaucoup d’ambition, d’attente. On a pris conscience de cela et on va tout faire pour gagner le prochain ».

Mam Jaiteh espère encore progresser. « C’est dans la consistance tout au long d’un match que je dois évoluer. Le contexte le permet et je ferai tout pour profiter des conseils. Travailler avec un coach étranger, c’est aussi une expérience enrichissante, une autre mentalité ».

« Vivement que la Champions League démarre »

La Basket Champions League qui débute mardi – la SIG Strasbourg se rend en Lituanie, à Utena – le motive également. « Sans être hypocrite, il faut bien admettre que l’Euroleague reste la meilleure compétition mais je pense que la Champions League va réunir les meilleurs clubs au fur et à mesure. Pour une première édition, c’est déjà excitant. Vivement que ça démarre, on est pressé de jouer deux fois par semaine ».

Posé, même si le débit est toujours soutenu, Mam Jaiteh pétille d’intelligence. Et lorsqu’on l’interroge sur l’homme qu’il est, sur ses activités en dehors du basket, la réponse fuse : « Un adolescent de 22 ans comme tous les autres, plutôt casanier, tranquille, assez réservé, qui aime être devant sa télé à regarder des films et à lire. Et faire la cuisine de temps en temps ». Lorsqu’on lui demande son plat préféré, il éclate de rire : « C’était une boutade ! »

Qu’importe. Avec le transfuge de Nanterre, Strasbourg a fait une bonne pioche. Mouhammadou est prêt à grandir encore, dans tous les sens du terme, lors des prochains mois, à l’ombre de la cathédrale. Ce ne sont pas les supporters de la SIG qui s’en plaindront.

Jean-Claude Frey

Mouhammadou Jaiteh en bref

Né à Pantin le 27 novembre 1994

Taille : 2,08m

Ses clubs

Malakoff (2007/2008), Nanterre (2008/2009), Centre fédéral (2009/2012), Boulogne-sur-Mer (2012/2013), Nanterre (2013/2016)

Ses stats

Pro B : 30 matches, 16,2 points à 64,7%, 9,9 rebonds, 21,7 d'évaluation

ProA : 113 matches, 12,9 points à 55%, 7,7 rebonds, 16 d'évaluation

Euroleague : 10 matches, 4,6 points, 3,7 rebonds, 6,1 d'évaluation

Ses records

Points : En ProB, 33 (contre Rouen le 24/11/2012); en Pro A, 24 (contre Monaco le 10/10/2015)

Rebonds : En Pro B, 18 (contre Rouen le 24/11/2002); en Pro A, 14 (contre Monaco le 10/10/2015)

Évaluation : En Pro B, 39 (contre Rouen le 24/11/2002); en Pro A, 38 (contre Monaco le 10/10/2015)

Minutes jouées : 39 (contre Monaco le 10/10/2015)