Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Erik Murphy2_SIG ASVEL

Obligation de vaincre

Pour Erik Murphy et la SIG, il faut ouvrir le compteur...

Après quatre défaites de rang dont trois en ProA, et à trois jours de ses débuts en Champions League, la SIG Strasbourg se doit de vaincre. La venue (samedi 20h) au Rhenus Sport du Portel, le promu, est l’occasion idéale, même si la troupe d’Eric Girard vendra sans doute chèrement sa peau.

Henrik Dettmann a beau prôner la patience, il reconnaît tout de même que « maintenant, il faut des victoires ». Les trois courtes défaites au Mans, contre Villeurbanne et à Orléans – trois rendez-vous que les Strasbourgeois avaient aussi manqué la saison dernière lors du cycle aller, et bien plus nettement ­– ont le désagréable inconvénient d’avoir été concédées de suite et en début d’exercice. A tel point que le quadruple finaliste occupe avec Nancy la place de relégable après trois journées !

« On n’est pas loin, dans chaque match, mais encore trop inconsistant, insiste le coach. Ne raisonnons pas à travers les périodes où nous avons été bons mais cherchons à bien finir car c’est cela qui conditionne le résultat ».

Le Portel, adversaire idéal ?

Dans leur histoire, la SIG Strasbourg et l’ESSM Le Portel, alors en ProB, ne se sont affrontés qu’une fois, à la halle Carpentier de Paris et dans une superbe ambiance, lors de la finale de la Coupe de France 2015 avec l’issue que l’on sait. Pas sûr cependant que les Portelois soient une proie facile. Ils viennent de surprendre Le Mans dans leur chaudron après avoir longtemps résisté à Nanterre et espèrent bien être le poil à gratter de la ProA cette saison. A l’image de leur coach, Eric Girard, bien connu en Alsace puisqu’il a décroché avec la SIG son seul titre de champion en 2005 ! Des retrouvailles prometteuses…

Au-delà de la petite histoire, les joueurs de la Côte d’Opale ont des vraies qualités. Un meneur très solide, Benoît Mangin, doublure d’Antoine Diot lors du titre européen juniors de la France en 2006, Jessie Begarin (ex-Souffel) et Garry Chathuant, habitués à la ProB, et une brochette d’Américains – Dorsey venu de Poitiers, Goulbourne du voisin Boulogne-sur-Mer, Hassell, le très puissant pivot de Boulazac, et Donaldson qui était déjà l’homme à tout faire au Portel – rôdés eux aussi au… second niveau. Ajoutez-y Eric Katenda, un jeune formé à l’Université de North Texas, un vrai pari, Mohamed Hachad, un franco-Marocain passé par Saint-Etienne, Rouen, Fos-sur-Mer et… le Qatar et surtout le… Finlandais Shawn Huff, international depuis 2005, que Henrik Dettmann et Erik Murphy connaissent particulièrement bien. Vous obtenez ainsi un bel effectif capable de donner du fil à retordre aux Strasbourgeois. « C’est une belle équipe, qui se bat avec beaucoup d’énergie et d’agressivité et je la respecte beaucoup. Je pense que ça va être bon match. Il n’y a aucune raison de sous-estimer une équipe de ProA », promet Henrik Dettmann.

Si la SIG cherche encore son collectif, si elle veut s’appuyer sur des joueurs très talentueux, ils doivent cependant tous monter en puissance. A l’évaluation, le premier d’entre eux, Erving Walker (12,3 après trois rencontres) pointe en… 44e position du championnat ! C’est qu’il faut monter en régime partout, en défense d’abord, mais aussi, petit à petit, prouver que le travail fourni à l’entraînement finit par payer. « On s’est très bien entraîné mais il faut le montrer sur le terrain. Et savoir donner le coup de reins qui nous fait gagner », ajoute le Finlandais.

A 48h d’un premier déplacement à Utena (Lituanie) pour entamer une campagne européenne dans laquelle la SIG Strasbourg affiche clairement ses ambitions, il n’y a plus de temps à perdre… Et le joueur de complément est toujours attendu. « On cherche, on se renseigne, mais ce n’est pas un supermarché où l’on entre et on repart avec le produit que l’on cherchait ! », s’amuse Dettmann.

En attendant l’oiseau rare, il faudra faire encore avec les moyens dont il dispose. Ils devraient bien suffire pour venir à bout du Portel. « Surtout avec le soutien de notre public dont on aura bien besoin », ajoute le pragmatique Finlandais.

J.C.F.