Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
sig antibes Ntilikina
Actualités J7 LNB 2016/17 : Gravelines - SIG Présentation Résumé Statistiques Photos

On the road again (*)

Frank Ntilikina - qui s'oppose au vétéran antibois Will Solomon - devra confirmer son bon début de saison à Gravelines.

Après deux matches à domicile qui se sont soldés par deux succès, la SIG Strasbourg reprend son baluchon : Gravelines ce samedi (20h au Sportica), Tenerife mercredi et Cholet samedi prochain ! Soit neuf déplacements lors des 13 premiers matches de la saison…

Fed Cup oblige, la SIG s’exile à nouveau loin du Rhenus. Amélie Mauresmo et sa troupe ont pris possession de l’arène strasbourgeoise où le parquet a été remplacé par une surface en dur pour la finale entre la France et la République tchèque en fin de semaine prochaine. « On a fait une semaine d’entraînement intense et voilà que cela devient à nouveau plus compliqué pour travailler », souligne Vincent Collet. Les voyages vont forcément limiter le temps de travail. « On va essayer d’en prendre un sur trois, ce serait bien, deux ce serait très bien, trois inespéré… » Le coach est lucide et conscient de la tâche qui attend sa troupe car Gravelines, mal en point, à égalité avec les Strasbourgeois, un petit point devant la lanterne rouge, doit absolument réagir, Tenerife écrase tout sur son passage en Champions League, et Cholet est plutôt bien disposé cette saison. Et pour décrocher ce succès qu’elle ambitionne, Collet estime que « le plus vite sera le mieux ».

Apprendre à faire le dos rond

A la fin de l’entraînement de ce vendredi, dans le rond central de la Rotonde, les joueurs ont entendu leur entraîneur dire clairement que « des errances comme celles du deuxième quart temps contre Ostende seraient rédhibitoires à l’extérieur ». Le stratège a identifié le mal : l’incapacité de son équipe à contrôler le rythme du match. « On aura encore des mauvais passages, mais il faudra les minimiser, faire le gros dos. Et cela passe par la défense et le contrôle ». Et non par des montées sauvages à l’abordage au cours desquels chacun à son tour veut sauver l’équipe. « Il faut dans ces moments savoir se rassurer en cherchant une faute ou un panier facile et apprendre ensemble à être plus consistant ».

Une équipe très remaniée

Gravelines est un peu, aujourd’hui, dans la même situation. « Ils ont la 4e masse salariale et du matos. Je les avais vu à Angers, donner la leçon à Nanterre au Pro Stars (NDLR : un succès 88-66 qui leur valut d’affronter la SIG en finale). L’équipe a été très remaniée et se cherche encore mais elle est restée dans le match jusqu’à la fin à Monaco où les Gravelinois étaient revenus à 67-66 à la 37e’ ». De l’an passé, Christian Monschau qui occupe le même banc pour la 9e saison, n’a conservé que Steven Gray, le sniper. La blessure en sélection de Quentin Serron, l’arrière belge, out pour six mois, puis le départ de Shawn King suppléé par Richard Solomon, enfin le remplacement de Fernando Raposo, touché au dos, par Flo Pietrus, n’ont pas facilité la tâche du coach alsacien du BCM. « Mais l’équipe est désormais plus forte, mieux équilibrée surtout avec l’apport cette semaine de Sek Henry, le tueur silencieux, que la SIG affronte pour la deuxième fois en peu de temps… » L’arrière américain portait en effet les couleurs de Pau-Orthez lors de la défaite alsacienne en Béarn (82-74).

Les soucis au démarrage des Maritimes viennent essentiellement de la piètre performance offensive du trio Justin Cobbs – le cousin de… Russell Westbrook –, Kyle Gibson et Steven Gray. « Gravelines est l’équipe la moins adroite de la ProA, en dessous de 40% de réussite, et notamment à deux points. Et ça peut s’inverser rapidement car ces joueurs sont connus pour leurs qualités offensives. Ils vont être remontés comme Antibes nous a trouvés. Il faudra être prêt… » Car si on y ajoute l’ex-Dijonnais Myles Hesson, Anthony Dobbins (qui est tout sauf un inconnu pour Collet, Leloup, Lacombe et Howard), ou Aaron Cel, on constatera que l’effectif du BCM Gravelines n’a rien à envier à celui de la SIG. « A nous de rester le plus longtemps possible avec eux, de les mettre sous pression », termine Collet. Il est vrai que dans cette situation, ils ont souvent craqué cette saison.

J.C.F.

(*) A nouveau sur la route