Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
Ntilikina Mega Leks

Pas le moment de fléchir

48 heures à peine après avoir écrasé Nancy, la SIG Strasbourg remet le couvert, en Champions League cette fois, contre les Monténégrins du KK Mornar Bar (mardi à 20h30, en direct sur Canal+ Sport). Un dernier match aller pour se positionner idéalement…

Il faudra s’y faire. A trois reprises en peu de temps, les Strasbourgeois vont enchaîner les matches de ProA et de Coupe d’Europe avec un intervalle minimal. Les décalages télévisés, avec des diffuseurs différents, imposent ce rythme infernal auquel il faudra se faire. « Là, ça va encore, les deux matches sont à domicile, mais la semaine prochaine, nous rentrerons de Nanterre la veille du match contre Utena… », soupire Vincent Collet.

Heureusement, le match de dimanche n’a pas obligé ses hommes à puiser dans les réserves. « C’est un avantage d’avoir eu un match facile, bien sûr, mais si les temps de jeu ont été répartis autour de 20 minutes pour tous, ce sont tout de même des vrais matches, avec une bonne intensité en première mi-temps ».

Bar avec cinq Américains

L’objectif est clairement affiché, avec la venue de Bar : gagner pour afficher un bilan positif (quatre victoires, trois défaites) à la fin des matches aller. « Et avec la perspective de recevoir quatre fois lors des sept matches retour, se félicite Collet. Aujourd’hui, nous n’avons qu’une victoire d’avance sur nos quatre poursuivants, mais le calendrier nous est plutôt favorable ». L’entraîneur se veut méfiant malgré tout, même si « Mornar était considéré comme le Petit Poucet de la compétition ». Passés par le tour préliminaire, les Monténégrins ont joué quatre fois à domicile (pour deux succès très courts face à Ostende et Mega Leks) et sont rentrés bredouilles à deux reprises de Ténérife (103-57) et de Zagreb (90-72).

Bar joue avec une équipe à forte connotation américaine – quatre éléments auxquels s’est ajouté un cinquième, Cameron Tatum, depuis la semaine dernière… « La ligne arrière, avec Lamont Jones et Antabia Waller est plutôt efficace, tire beaucoup derrière les écrans », analyse Collet. Des écrans souvent posés par les « locaux », des Monténégrins et des Serbes balèzes (7 à plus de 2m !). Enfin, si Cole Dickerson est un poste 4 capable de tirer derrière l’arc, Octavius Ellis (2,09m), « fin et athlétique qui prend dix rebonds par match, met des points près du cercle en allant à la pêche » selon le coach strasbourgeois.

Si la vigilance sera de mise, la SIG espère surtout « imposer le rythme et sa défense, dans un contexte bien plus difficile que face à Nancy ». Tout en gardant un œil sur Utena – Avellino, la SIG compte bien se placer au mieux dans la perspective de la qualification. « Tout resterait alors possible, même pour décrocher la première place de la poule ».

Collet garde toutefois à l’esprit que son équipe, capable de passages brillants et convaincants, reste « jeune dans la construction ».

Pour aller défier Nanterre dans les meilleures conditions lundi prochain, rien de tel toutefois qu’un succès probant…