Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG LIMOGES erik murphy

Une démonstration

Malmenée dans le premier quart temps (15-24), la SIG Strasbourg a ensuite étouffé Limoges (79-60). Une démonstration de force à laquelle tous les joueurs ont participé, en particulier ceux du banc (64 points contre 17 au banc limougeaud). Et le Rhenus a vibré à l’unisson…

La donne

Pour confirmer le redressement amorcé à Cholet et espérer rejoindre le top 8 à la fin des matches aller, la SIG Strasbourg se devait de profiter de deux rencontres consécutives au Rhenus. Même si la première lui proposait un sacré morceau avec l’imprévisible CSP Limoges.

Premier quart temps : l’adresse est limougeaude

Dès le début, l’adresse était au rendez-vous des deux côtés, les défenses un peu plus « soft » et le score grimpait vite : 8-8 (4e’). Mais quelques balles perdues, vite exploitées par les Limousins créaient le premier écart (8-13, 6e’). Collet avait fait ses premiers changements bien avant Vujosevic mais les effets tardaient : 12-22 (10e’). Et si Camara (deux fautes en 30’’) avait cédé sa place à Zerbo, le pivot du CSP avait déjà pesé. Si bien qu’au terme des dix premières minutes (15-24), le Rhenus, plein comme un œuf, s’interrogeait… Évaluation : 14 à 31

Deuxième quart temps : la SIG se rebiffe

Les Strasbourgeois revenaient sur le parquet avec un tout autre visage. Plus agressifs, vaillants, prêts à faire déjouer les tireurs adverses. Zerbo accumulait trois fautes, et surtout l’attaque alsacienne retrouvait des couleurs autour d’un collectif animé par Paul Lacombe et Frank Ntilikina. Howard et Murphy se chargeaient d’alimenter la marque : 9-0, 13-0, puis 18-2. Limoges était débordé dans les duels et dans l’engagement. Sur les 48 premiers tirs des deux équipes, seuls cinq avaient été pris derrière l’arc, aucun à la SIG. C’est en défiant physiquement des Limougeauds pourtant armés, que les hommes de Collet avaient inversé la tendance, égalisant par Lacombe (24-24) avant de se détacher à 33-26 (17e’) ! Et malgré 9 rebonds offensifs en 20 minutes, son point fort, Limoges virait en retard : 37-29. Évaluation : 35 à -3 (total : 49 à 28).

Troisième quart temps : à sens unique

On avait tout à craindre de la réaction des doubles champions de France 2014 et 2015. Mais cette équipe, au moral fragile, allait sombrer devant la détermination et le collectif retrouvé (21 passes) des Strasbourgeois chez qui Murphy et Sy par exemple, Jaiteh par intermittence, s’étaient hissés au niveau attendu. Et en moins de deux minutes (46-31), menée par un Lacombe de gala (9 passes, 25 d’évaluation), la SIG avait pliée l’affaire. Car quand le jeu se durcit, Camara écopera d’une faute technique, portant son total à quatre, alors que Buford était sanctionné d’une antisportive…

Tout roulait à la SIG même si l’on pouvait trouver encore, ça et là, quelques imperfections et l’écart enflait toujours, Limoges se contentant de trois petits paniers dans la période : 56-34 – un partiel de 41-10 depuis la 10e’ – 61-38 puis 61-41. Évaluation : 39 à 6 (total 84 à 34).

Quatrième quart temps : on déroule

La rencontre avait choisi son vainqueur et le dernier acte ne sera pas renversant. Prepelic (9 points de rang, 13 dans la période) tentait bien de rendre la pilule moins amère (67-50, 34e’), mais ce ne fut qu’une péripétie dans une fin de match sans suspense où le public du Rhenus s’était aussi régalé de quelques gestes défensifs révélateurs d’un bel état d’esprit. Évaluation : 20 à 18 (total 104 à 52).

J.C.F.

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – CSP LIMOGES 79-60. Rhenus Sport. 6 103 spectateurs. Arbitres : MM. Maestre et Gueu, Mme Delaune.

Les périodes : 15-24, 22-5 (mi-temps : 37-29), 24-12 (61-41), 18-19.

Les statistiques