Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG Utena_Mam Jaiteh3

Contrat (largement) rempli

La SIG Strasbourg n'a pas tremblé contre l'un des co-leaders, la Juventus Utena, sans doute favorisée par son calendrier du cycle aller (86-61). Les Strasbourgeois, rayonnants, ont dépassé leur adversaire du jour et foncent sur Avellino, leur prochain adversaire, et Ténérife.

La donne

Battue de sept points à l’aller, la SIG Strasbourg avait à cœur de prendre sa revanche, de dépasser son adversaire du jour et de se replacer dans la lutte pour la première place. Avec l’absence du précieux Vaidas Cepukaitis, blessé au genou, la tâche ne paraissait pas insurmontable.

Premier quart temps : Utena tient le choc

A l’entame, les deux équipes ne se lâchent pas et l’écart n’excède pas un point (10-9, 5e’). Mais le premier coup dur est pour les Lituaniens avec la deuxième faute du meneur américain, Jamar Diggs. Hélas pour les Strasbourgeois, Romeo Travis, si précieux en cette période, le rejoint dans la pénalité… Et avec le géant Galdikas (2,18m), Utena fait le premier (petit) écart, malgré l’activité de Jaiteh : 12-14 puis 13-16 et 17-20. Diggs prend la 3e faute et doit quitter le parquet, la SIG accélère et profite de ses rotations pour inverser la tendance à la fin du quart temps par Slaughter essentiellement : 21-20. Évaluation : 28 à 24.

Deuxième quart temps : le rouleau compresseur

Avec un excellent Ntilikina, un Matt Howard très agressif, les hommes de Collet appuient là où ça fait mal : 31-22 (13e’). La défense fait merveille et malgré un sursaut dû à Vasylius (31-26, 15e’), les Strasbourgeois déroulent. Une défense de fer au sein de laquelle Frank Ntilikina fait merveille, du jeu rapide dans lequel Pape Sy se régale et l’écart se creuse : 42-30 puis 50-32 à la pause. Avec 16 passes décisives et… une balle perdue, 21 points pour le banc contre 2 à celui d’Utena, la SIG avait clairement marqué son territoire. Et le 1 sur 6 à trois points – les Lituaniens affichaient alors un tristounet 0 sur 6 – était tout à fait anecdotique. Évaluation : 48 à 8 (total : 76 à 32).

Troisième quart temps : pas d’inquiétude…

Vincent Collet pouvait multiplier les rotations, utiliser tout son effectif, le rendement ne baissait pas. Ni en défense, ni en attaque. De plus en plus rassurant. Du coup, l’écart se maintenait tranquillement autour de la vingtaine de points (55-36, 62-40), avant un final de période encore à l’avantage des Alsaciens : 69-45. Il est vrai que la 4e faute de Galdikas, dès l’entame de la mi-temps, n’avait pas arrangé les affaires d’Utena, très vite résigné et trop court en effectif. Évaluation : 30 à 11 (total : 106 à 43).

Quatrième quart temps : régalade au Rhenus

Le match plié, le goal average assuré, la SIG pouvait se faire plaisir et régaler son public (75-45, 32e’). Leloup ne s’en privait pas, exploitant quelques interceptions, Murphy, en double-double (11 points, 13 rebonds), se montrait lui aussi mais c’est surtout Frank Ntilikina, bien plus en jambes que lundi à Nanterre, qui se distinguait sous les yeux de Patrick Comninos, le grand patron de la Basket Champions League, venu de Genève. Avec 11 points à 63%, 5 passes et 18 d’évaluation en 21 minutes, il avait montré toute l’étendue de son talent.

A 80-50 (35e’) la pression s’était relâchée, Diggs et Best en avaient profité pour soigner leurs stats et réduire l’écart mais l’essentiel n’était pas là… Évaluation : 24 à 18 (total : 130 à 61).

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – JUVENTUS UTENA 86-61. Rhenus Sport. 3 920 spectateurs. Arbitres : MM. Conde (Espagne), Bijedic (Bosnie) et Hrusa (Rép. tchèque).

Les périodes : 21-20, 29-12 (mi-temps : 50-32), 19-13 (69-45), 17-16.

Les statistiques

Le point sur le groupe

BCL J8 final