Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sig_dijon_jeremy_leloup.jpg

​Dans la douleur, mais mérité !

La SIG Strasbourg est allée au bout de ses forces pour se défaire de Dijon (68-66) qui n’a rien lâché, menant même pour la première fois dans la dernière minute ! Elle peut goûter quelques jours de vacances largement méritées…

La donne

Entre Dijon qui vient d’infliger une correction à Cholet (+40) et la SIG, battue à Monaco et à Chalon en une semaine, l’écart n’est sans doute pas aussi important que le nombre de places qui séparent les deux équipes au classement. Autant dire que ce match, comptant pour les Journées de Noël de la LNB, décisif pour la qualification à la Leaders Cup était très attendu…
Premier quart temps : une entame solide
La SIG a décidément franchi un palier. Après deux défaites de suite en ProA, le Rhenus affichait complet ! Les fans sont désormais fidèles et incontournables… Et les joueurs, après l'ovation faite à Frank Ntilikina,tout frais MVP de l'Euro, et l'hommage à Pape Badiane, le leur rendirent bien avec un joli 12-2 en 2’50’’, ponctué d’un 19-0 à l’évaluation. Laurent Legname avait déjà piqué quelques colères et pris très vite un temps mort. Leloup, Jaiteh, Walker et Slaughter avaient été à la conclusion, Travis cumulait déjà trois passes ! Mam Jaiteh continuait d’être efficace (17-6, 6e’) quand Dijon, privé de Marc Judith (douleur au mollet) mais surtout incapable de tenir les un contre un, choisit de passer en zone. La SIG se cassera les dents pendant un bon moment sur cette défense et les Bourguignons, avec sept points de Grant, se rapprochèrent à 19-11 à la fin de la période. Évaluation : 29 à 10
Deuxième quart temps : un collectif qui se règle
Surtout, ils poursuivirent sur cette lancée à l’entame de la deuxième période avec Alingue et Brooks : 19-16. En sept minutes, les hommes de Collet avaient concédé un 2-10 et scoré seulement deux lancers-francs ! Le retour des titulaires et surtout une meilleure circulation du ballon, offrirent enfin les solutions à Howard, Jaiteh encore qui conclut une action à… dix passes au moins, pour un total de 14 offrandes à la pause. L’efficacité strasbourgeoise se traduisit alors au tableau d’affichage par un 11-2 et une avance à deux chiffres au repos : 35-26. Évaluation : 23 à 13 (total : 52 à 23)
Troisième quart temps : Dijon s’accroche
Pendant cinq minutes, les deux équipes se rendirent coup pour coup. Leloup était en vue (9 points dans la période), et Travis toujours en plaque tournante, portait la marque à 46-34. Mais Dijon ne laissait pas beaucoup d’espace et Alingue, l’ex-Souffelois, se régalait sur pick’n’roll avant de réduire le score à 46-41 sur une claquette offensive. Heureusement, après le temps mort de Collet, Murphy piquait derrière l’arc et Leloup en remettait une couche : 56-48.
Évaluation : 20 à 31 (total : 72 à 54).
Quatrième quart temps : avec les tripes…
Dijon durcit alors le ton, en défense surtout, fidèle à sa réputation. En attaque, Holston montait d’un cran, Grant poursuivait sur sa lancée et les Bourguignons revenaient sur les talons des Alsaciens : 60-58 (34e’). Leloup dût même s’employer pour porter un contre énorme sur Grant afin d’éviter l’égalisation ! Deux minutes durant, il n’y eut plus de point, mais un combat de tous les instants, une guerre de tranchées. Il fallait des guerriers, durs au mal, car Dijon ne donnait plus rien…
Slaughter dans un trou de souris, puis Paul Lacombe à trois points, alors que le score était de… 62-61, maintenait la tête de la SIG hors de l’eau, mais Holston douchait le Rhenus à 1’19’’ de la fin d’un « primé » assassin : 65-66. Dijon venait de passer en tête pour la première fois de la partie ! La défense bourguignonne étouffait les Strasbourgeois (7 balles perdues dans la dernière période) mais Leloup trouvait Lacombe qui avait « coupé » sous le cercle, un dernier lancer-franc de… Leloup (17pts à 86%, 20 d’évaluation) et plus encore trois féroces défenses firent le succès. Un succès dans la douleur qui permet aux Strasbourgeois de prendre sereinement quelques jours de repos largement mérités et à Vincent Collet de filer l'esprit tranquille à Charlotte où il va rencontrer, entre autres, Nicolas Batum... Évaluation : 14 à 18 (total : 86 à 72)
Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – JDA DIJON 68-66. Rhenus Sport. 6 166 spectateurs. Arbitres : MM. Bardera, Vansteene et Amrani.
Les périodes : 19-11, 17-14 (mi-temps : 36-25), 20-23 (56-48), 12-18.