Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
erik murphy

​Enchaîner, encore et encore…

Après Monaco et avant Chalon, la SIG Strasbourg poursuit son marathon européen en Belgique où elle affronte Ostende ce mercredi (20h30, en direct sur Canal+ Multisports) dans un match qui lui permettra de savoir si elle peut encore briguer l’une des deux premières places de sa poule…
De la Méditerranée à la Mer du Nord, de la Principauté au plat pays. La SIG Strasbourg est certes rodée depuis quelques années aux voyages à travers le continent, il n’empêche que cette fin d’année est particulièrement copieuse. En matière de déplacement mais aussi en terme d’opposition. Échaudée à Monaco où elle est tombée de haut après une première mi-temps correcte, en témoigne le 42-22 encaissé entre la 23e’ et la 40e’, l’équipe de Vincent Collet n’a guère eu le temps de gamberger. « La fatigue pèse même si elle n’excuse pas tout. On s’est encore levé à 6h lundi matin, et on repart ce mardi pour trois heures de train et deux heures de bus jusqu’à Ostende », explique Vincent Collet.
Chalon – SIG sera télévisé
Des bords de la Mer du Nord, les Strasbourgeois rejoindront directement Chalon, via Lyon pour un autre rendez-vous attendu. Dont l’horaire a été modifié – coup d’envoi  à 20h45 vendredi – afin qu’il puisse être télévisé. Ce qui a eu le don de contrarier le coach, puisque l’information n’est tombée que ce lundi, SFR Sport choisissant de retransmettre un 4e match de la 14e journée. « Cela nous fera surtout rentrer en bus vers 3 ou 4h du matin, le 24 décembre, avant-veille du match contre Dijon… C’est une semaine redoutable et le programme d’entraînement est forcément allégé pour préserver les organismes », explique-t-il. Les joueurs se retrouveront ainsi sur le parquet du Rhenus pour un entraînement le 25 dans l’après-midi pendant que le commun des mortels se consacrera aux agapes de Noël…
En attendant, place à Ostende pour une rencontre qui ne manque pas d’enjeu. « L’équipe belge est certes moins athlétique que celle de Monaco mais on se souvient avoir été menés de 19 points chez nous lors du match aller avant de renverser la vapeur ! », se rappelle Collet. Et dans la foulée, Ostende avait gagné quatre matches sur cinq, s’imposant à… Avellino (72-77) et contre Ténérife (66-62). De belles références… « En perdant la semaine passée à Utena, ils devront peut-être miser sur une place de meilleur cinquième pour se qualifier. Ils seront dos au mur et auront grand besoin de cette victoire. Quant à nous, pour espérer finir premier, voire être dans les meilleurs deuxièmes, il faudra aussi qu’on s’impose. Sinon, on sera presque cuit pour accéder directement aux 8es de finales ».
S'offrir une finale contre Ténérife
De l’adversaire, le technicien de la SIG retient avant tout le savoir-faire. « Ils ont le même coach depuis plusieurs années, le même meneur avec Djordjevic qui organise très bien, et un axe fort 1-5 que nous devrons maîtriser, avec Rasko Katic qui avait fait bien du mal à Mam Jaiteh à l’aller ». En filigrane, Collet aimerait mesurer la progression de son pivot et sa capacité à résister à un poste solide au sol, physique et très intelligent. « Ils ont aussi quelques joueurs qui sortent de leur boîte à tour de rôle (NDLR : outre les deux précités, ils ont huit joueurs avec une évaluation entre 12,3 et 5,4) comme Gillet, Jagodic, Walden, Salumu ou Newbill, passé par l’ASVEL. Enfin, ils défendent bien et laissent un pourcentage aux tirs plutôt faible à leurs adversaires  ».
Une fois encore, l’issue de la rencontre risque fort de dépendre de la capacité des Strasbourgeois à montrer leur meilleur visage. Ce ne fut pas le cas à Monaco. Il serait donc appréciable que l’intensité soit de retour dès ce mercredi. Pour s’offrir ensuite une finale de la poule contre Ténérife au début de l’An neuf dans un Rhenus prêt à vibrer…
J.C.F.

Les deux équipes en chiffres

infographie_ostende_sig.jpg