Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
sig-hyeres-matt-howard.jpg
Actualités J13 LNB 2016/17 : Monaco - SIG Présentation Résumé Statistiques Interviews

Le moment de vérité

En pleine bourre, la SIG Strasbourg s’en va défier Monaco sur le Rocher (ce dimanche à 18h30, en direct sur SFR Sport 2). Un moment décisif du cycle aller, suivi d’un autre, en fin de semaine, à Chalon. Les Strasbourgeois vont être réellement fixés sur leur niveau et leur capacité à jouer dans la cour des grands !
En début de saison, Monaco et la SIG Strasbourg étaient unanimement désignés par les spécialistes comme les épouvantails de la ProA, ceux que l’on voyait déjà s’étriper lors des playoffs du printemps. Mais pour avoir musardé en octobre, les Strasbourgeois ont pris du retard. Et avec cinq défaites déjà en championnat, il n’est plus question de laisser des plumes en route… Pourtant, l’adversaire qui se présente est justement le plus redoutable. « C’est la meilleure équipe et pour moi, la raison en est très simple : sa valeur athlétique », juge Vincent Collet.
« Les meilleurs en conquête »
Le coach a bien sûr étudié attentivement le jeu des Monégasques et s’est penché avec attention sur les chiffres dont il a tiré la quintessence. « Il n’y a pas de grande différence dans les statistiques des deux équipes. Ils marquent un peu plus, encaissent un peu moins et on s’en approche de plus en plus… Mais c’est surtout dans la conquête, le rebond offensif et les balles perdues provoquées chez l’adversaire, qu’ils sont les meilleurs du championnat », ajoute le technicien strasbourgeois.
Pour avoir si bien négocié jusque là ce mois de décembre tant redouté – six victoires d’affilée en ProA, la plus convaincante à Nanterre, et en BCL, 12 sur 14 matches depuis le retour de Collet fin octobre –, la SIG s’est donné des moyens d’espérer quelque chose de grand de ce choc très attendu. « Monaco tire à 47,7% de réussite, nous à 49,4, ils laissent leurs adversaires à 43,8%, nous à 42,1… » Mais Collet sait bien que les chiffres ne disent pas tout. La Roca Team a très largement dominé tous ses adversaires – Chalon, le second et adversaire suivant des Strasbourgeois s’en souvient, démonté en Principauté (52 points marqués pour la 2e attaque, 68 encaissés) – mais le rythme monégasque s’est ralenti. C’est dû surtout à l’absence de Jamal Shuler, son plus bel atout offensif et à celle de Brandon Davies qui ont fait baisser le rendement. Paris-Levallois est ainsi allé s’imposer sur le Rocher contre toute attente (83-98) après un succès poussif au Portel. Cette semaine encore, l’équipe de Zvezdan Mitrovic est passée par la petite porte à Domzale en Champions League (59-63). « Il reste Zach Wright, une petite bombe, Dee Bost, Ouattara, Caner-Medley, Sy, Gladyr… Et Joe Bryant apporte autre chose que Davies mais est très performant ». Sans oublier Bangaly Fofana que Vincent Collet connaît mieux que quiconque. « Il a encore progressé. Avec lui, c’est une armée d’athlètes bien coachée et structurée, prête à vouloir montrer qu’ils sont les patrons, qui nous attendra de pied ferme ». A l’inverse, l’entraîneur alsacien estime que son équipe « a aujourd’hui le potentiel pour les gêner ». Et, dans la foulée de prestations défensives abouties pour une équipe dont on vantait avant tout les qualités… offensives, il compte bien le prouver. « Ce sera un match dangereux et nous aurons un gros Monaco en face de nous. Ils ont deux forts meneurs qui vont faire faire des fautes à Walker, qui vont le poster, et presser Paul Lacombe lorsqu’il sera aux manettes ». A cet égard, l’absence de Frank Ntilikina, vainqueur d’un deuxième match (81-50) avec les U18 français contre la Slovénie, pèsera dans l’opposition. « Un vrai souci, mais il faudra faire avec… Mais c’est aussi un match d’opportunité. Nous avons cinq défaites à effacer et pour ne pas retomber dans le ventre mou, nous devrons remporter un des deux matches, à Monaco ou à Chalon ! »
Bien sûr, le tacticien a concocté quelques surprises pour contrecarrer les plans du leader. « Moi, je veux les gêner et on verra où ça nous porte. Et si on devait perdre, il faut que ces défaites nous soient utiles pour continuer à construire ». Le moment de vérité est arrivé. A la SIG Strasbourg d’être au rendez-vous…
J.C.F.