Basket
ban_boutique-en-lign_commandez-ici.jpg
ban_boutique-en-lign_commandez-ici.jpg
MATCHES EN MAI AU RHENUS
Nanterre, Orléans, Monaco ... en route vers les playoffs !
centre_de_formation_2_2016-17.jpg
Actualités Centre de formation : le point à mi-saison

Centre de formation : le point à mi-saison

Alors que nous en sommes quasiment à mi-saison il est temps de faire le point avec les deux coaches en charge du centre de formation, Lauriane Dolt pour les espoirs et Abdel Loucif pour les cadets. Avec sept victoires et huit défaites le bilan semble mitigé pour les espoirs mais la coach va nous expliquer plus en détails ses résultats, tout comme le coach Loucif qui va revenir sur une première partie de saison particulièrement bien aboutie.
 
Franklin Tellier : A mi-championnat quel bilan tires-tu des résultats de ton équipe ?
Lauriane Dolt : Satisfaisant mais déçue à la fois car lors des défaites que nous avons eues, nous n’étions pas au complet. Avec l’effectif actuel, si un de nos joueurs majeurs n’est pas là, on le ressent. Mais c’est un super groupe qui travaille bien et progresse. Si on arrive à éviter les soucis physiques jusqu’à la fin, être dans les huit est largement faisable !
F.T : L’équipe n’a pour le moment jamais réussi à cumuler trois victoires de suite. Selon toi, c’est donc principalement lié aux soucis de blessures à répétition ?
L.D : Il n’y a pas que ça. Par exemple quand tu joues contre Nancy, c’est difficile. En plus on a enchaîné les cinq premiers quasiment à la suite… Disons que, pour le moment, il n’y a pas eu de faux pas. On est une équipe jeune, il ne faut pas l’oublier. On perd trois matches dans le money time ce qui symbolise deux choses : un manque d’expérience et un manque de leader offensif…
F.T : Au-delà des résultats tu confirmes donc qu’il y a une réelle augmentation du niveau et de l’investissement ?
L.D : Il y des joueurs dont on ne pensait pas qu’ils écloraient aussi vite comme par exemple Maxime Hmaé, né en 2001. Il est capable de passages plus qu’intéressants. On ne s’y attendait pas. Globalement tout le monde progresse. Les jeunes apportent vraiment et équilibrent la balance avec les anciens. Ils se donnent à fond : c’est bien !
F.T : Meilleure évaluation du championnat (20,5) Olivier Cortale répond en partie aux attentes placées en lui...
L.D : Oui mais non. J’en attends encore plus de lui, pour lui, pour son évolution personnelle. On sait où on veut aller avec lui. Pour l’instant dans la dureté au sol par exemple, il n’y est pas. Il faut qu’il trouve la bonne balance entre le post up et le jeu écarté car c’est ce qui fera sa force. C’est un joueur atypique avec du potentiel et s’il ne se durcie pas il risque de devenir un joueur lambda… Olivier est un gros bosseur avec du talent dans les mains. Il va encore progresser.
F.T : Donc l’objectif du trophée du futur est toujours d’actualité ?
L.D : Evidemment. Pour moi ce n’est pas concevable de perdre. La culture de la gagne fait partie de la formation des joueurs ! Mais ça se voit, ce groupe n’aime pas perdre… Mais pas encore assez à mon goût. Tu ne peux pas être compétiteur si tu acceptes de perdre ! Evidemment nous voulons être dans les huit et pour cela il faudra commencer par gagner contre Paris et Châlons-Reims, c’est obligatoire…
 
Pas de langue de bois donc pour Lauriane Dolt qui ne cache pas ses ambitions et son irrémédiable envie de gagner. Un enthousiasme qui monte encore d’un cran au moment de passer la parole à son collègue Abdel Loucif qui lui aussi ne cesse de cultiver des valeurs propres au club auprès de ses jeunes…
 
F.T : Avec 8 victoires en 10 matches et une qualification facile pour la poule haute, ton équipe a fait le travail ?
Abdel Loucif : Complétement ! Cette 1ère étape était suspendue à la progression des plus jeunes. Souvent les cadets première année sont en difficulté et là ce n’est pas le cas. Il faut aussi reconnaitre qu’on a bénéficié de l’aide de Louis Rucklin et Ludovic Beyhurst qui jouent en espoirs mais qui sont venus nous donner un coup de main lors de deux matches…
F.T : Après cinq mois de vie, quel regard portes-tu sur ton groupe ?
A. L : Je leur ai dit il n’y a pas longtemps encore que je suis épaté par leur progrès mental. Ils ne sont pas contents quand je leur dis ça mais certains étaient des bébés. Ils jouaient bien mais pour eux le basket était juste quelque chose de fun. Ils ne retenaient que le panier à trois points, etc.. Mais en un mois ils ont basculé et sont passés du flashy à la rigueur.  
Centre_de_formation_SIG_Abdel Loucif

Abdel Loucif: "je ne veux pas vendre mon âme au diable"

F.T : Comme tu l’as souligné, une des spécificités de ton travail est aussi de devoir gérer un groupe avec de grandes différences d’âge. Qu’en est-il pour celui-ci ?
A.L : Le rôle des plus âgés est de montrer aux jeunes la rigueur, l’enthousiasme, la passion du basket et les plus jeunes doivent les écouter…Mais en même temps pas trop non plus ! Chez nous il n’y a pas de hiérarchie établie sauf lorsqu’il faut faire transpirer les valeurs du club et du travail. Le danger c’est que les jeunes regardent les plus âgés comme des modèles mais ce n’est pas le cas ici : ils ont faim ! Par exemple un Maxime Hmaé, cadet 1ère année, a grillé la place à pas mal de monde et maintenant il joue même en espoirs, ce qui est extrêmement rare. C’est assez exceptionnel !
F.T : Et quelle sont tes ambitions pour la poule haute qui va commencer ?
A.L : C’est jouable mais je ne mets pas d’objectif précis. Le deal était d’aller en poule haute. Maintenant on y est mais je ne veux pas vendre mon âme au diable et tout faire pour aller au final four. Ça voudrait dire faire moins jouer les jeunes et ce n’est pas ma vision. L’objectif est plus que ces jeunes continuent à progresser et à jouer. A moi de trouver un juste milieu entre jouer la gagne et les faire progresser.
F.T : Enfin on sait que tu as une affinité particulière avec la coupe de France. En route vers un potentiel triplé ?
A.L : La coupe permet elle aussi d’acquérir de l’expérience pour les plus jeunes, mais pour moi ça y est les jeunes ont fait le job. On est en poule haute. Juste avant Noël je leur ai dit : dorénavant les objectifs en championnat et en coupe c’est vous qui vous les mettrez, pas moi ! Donc je leur donne complétement les clefs. Ils ont montré qu’ils étaient rigoureux et ambitieux… mais ils ont faim pour cette coupe ! Je leur ai simplement dit « si vous voulez gagner, je vous aiderai avec les moyens qui sont les miens, mais les moyens c’est d’abord vous qui devez les mettre » !