Basket
ban_150x398_v.jpg
ban_150x398_v.jpg
SIG Strasbourg / Gravelines en COURTSIDES
Vivez le match au plus près du terrain
sig_tenerife_paul_lacombe_et_romeo_travis.jpg

Ils ne méritaient pas ça !

Au terme d’un match formidable, d’un combat exceptionnel, la SIG Strasbourg s’est inclinée à deux secondes du gong (72-75) et laissé filer la première place de son groupe. Ténérife, longtemps malmené, était devenu, dans les deux dernières minutes, d’une adresse diabolique. Les Strasbourgeois, héroïques, avaient payé au prix fort leur incroyable débauche d’énergie…

La donne

Face au leader de la poule, la SIG Strasbourg jouait ni plus ni moins que la qualification directe. Un succès lui permettrait de ravir le fauteuil aux Canariens mais sans Matt Howard, blessé, la tâche s’annonçait ardue…
Premier quart temps : un rythme effréné
Dès le début, on était fixé quant à l’intensité que les deux équipes allaient mettre dans la partie. Le rythme était effréné, les défenses très présentes et le jeu, de haut niveau, très plaisant. Ténérife se montrait en premier (3-6, 3e’) et la SIG en dépit de belles intentions, courait après le score : 10-14 (6e’). Il fallut les premiers changements, et l’entrée de… Paul Lacombe pour donner un nouvel élan aux Strasbourgeois. Pourtant, les Canariens qui avaient commencé avec un cinq inhabituel, sans White ni Abromaitis, venaient de faire entrer des joueurs majeurs. Mais les cinq points du « combo » strasbourgeois, à la lutte également sur tous les ballons chauds, avaient fait du bien : 15-14 puis 17-16. Évaluation : 22 à 18.
Deuxième quart temps : la SIG se surpasse
En échec derrière l’arc dans la première période, Ténérife trouvait la distance coup sur coup avec Grigonis puis White pour repasser devant : 20-22 (12e’). Les hommes de Collet étaient toutefois décidés à jouer les yeux dans les yeux avec leurs redoutables adversaires et malgré une zone articulée autour de Vazquez, placé en tour de contrôle, Leloup qui donnait l’exemple et ses équipiers ne lâchaient rien. Bien au contraire, avec un Pape Sy saignant, un Erik Murphy adroit, et beaucoup de vaillance chez chacun d’entre eux, les Strasbourgeois enclenchèrent la marche avant (25-22, 13e’), obligeant Txus Vidorreta à prendre un temps mort.
Bien sûr il y eut quelques hésitations face à l’agressivité défensive de Ténérife mais avec un joli 5 sur 10 à trois points, et malgré un retour à 29-28 (18e’), malgré quelques fautes oubliées, la SIG virait en tête (36-32), limitant la deuxième attaque de la Champions League (83,4 points de moyenne) à 32 petites unités au repos ! Évaluation : 26 à 18 (total : 48 à 36).
Troisième quart temps : un sacré combat !
La lutte reprenait de plus belle, acharnée, sans pitié. Lacombe, encore, maintenait la SIG aux commandes (40-36), Jaiteh ajoutait deux lancers. Les hommes de Collet manquaient même quelques occasions pour creuser l’écart. Mais rien n’était facile, rien n’était offert et c’est grâce à une défense énorme que Ténérife restait derrière. Exaspéré par la résistance alsacienne, le coach adverse écopait d’une faute technique, Piñero d’une deuxième, avant que le banc strasbourgeois ne soit sanctionné à son tour après une faute offensive de Murphy ! Et pendant plus de cinq minutes, le public qui donnait de la voix, n’eut plus des lancers-francs à se mettre sous la dent ! Walker (enfin) débloquait son compteur (46-39) mais Doornekamp répliquait aussitôt et à la fin de la période rien n’était fait… Évaluation : 13 à 10 (total : 61 à 46)
Quatrième quart temps : Ténérife devient brûlant
La dernière période débutait par… la 3e faute technique des Canariens, puis il y eut des antisportives et… des arbitres qui ne tenaient plus guère la rencontre. Abromaitis, Grigonis et Bogris avaient rapproché Ténérife à 52-51 mais Murphy puis Walker donnaient un nouvel élan à la SIG (59-53, 36e’) avant la 5e faute de Jaiteh, aussitôt suivie d’une technique ! Trois lancers-francs plus tard, et un primé de San Miguel dans le corner, les Espagnols étaient repassés en tête (65-66, 39e’). Slaughter entretint le suspense sur les deux possessions suivantes, mais deux nouveaux paniers à trois points, signés White en sortie d’écran, puis Doornekamp, époustouflant, à 29’’ de la fin, semblaient sceller le sort de la partie : 69-72. C’était mal connaître Slaughter qui égalisait encore (!). Avant un dernier panier à 6,75m de Davin White, si discret jusque là à deux secondes du gong… Un panier assassin ! De 3 sur 19 après 30 minutes derrière l'arc, Tenerife était passé à 6 sur 10 dans le dernier quart. L'espace, si réduit jusque là, s'était soudain élargi, la défense alsacienne tirant la langue...  Évaluation : 23 à 37 (total : 84 à 83).
Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – IBEROSTAR TENERIFE 72-75. Rhenus Sport. 4 876 spectateurs. Arbitres : MM. Mazzoni (Italie), Davydov (Russie) et Madinger (Allemagne).
Les périodes : 17-16, 19-16 (mi-temps : 36-32), 14-12 (50-44), 22-31.

Les positions dans le groupe

j11_bcl_tableau_final2.jpg