Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sig_dijon_erving_walker.jpg
Actualités J17 LNB 2016/17 : SIG - Châlons/Reims Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Mickey mais aussi les playoffs en point de mire…

La SIG Strasbourg, privée de Matt Howard, blessé, jouera son va-tout pour obtenir contre Châlons/Reims (ce lundi à 20h30, en direct sur SFR Sport2) la dernière place dans le grand huit pour Marne-la-Vallée. Un succès lui vaudrait d’être la seule équipe à avoir disputé toutes les éditions de la Leaders Cup, au détriment du Mans… Mais le coach alsacien voit déjà plus loin.
Depuis 2013 et l’installation du rendez-vous de février dans le parc d’attraction de Mickey, deux équipes seulement avaient toujours été présentes : Le Mans, vainqueur en 2014 et la SIG Strasbourg qui lui a succédé l’année suivante. L’une seulement de ces deux-là réussira le grand chelem… Battus chez eux samedi soir par Gravelines (71-81), les Sarthois seront ce lundi les meilleurs supporters de… Châlons/Reims. Seule une défaite alsacienne leur permettra de se qualifier. Un dernier ticket auquel la SIG Strasbourg tient tout autant. Si elle sait depuis une semaine qu’un simple succès, quel qu’en soit l’écart, fera l’affaire – « Heureusement pour l’éthique sportive, tous les matches de la dernière journée n’ayant pas eu lieu en même temps », relève Vincent Collet –, la SIG Strasbourg se projette déjà plus loin pour souligner l’importance de ce dernier rendez-vous du cycle aller : « Ce n’est pas seulement la qualification à la Leaders Cup mais la qualification aux playoffs qui serait rendue très difficile par une défaite. On a perdu de dix points à Paris, au Mans, Villeurbanne et Gravelines ont déjà dix victoires. Le match du 4 février contre Le Mans sera aussi capital ». En accusant déjà, à l'issue des matches aller, un retard conséquent sur les grosses équipes qui la précèdent, si elle ne venait pas à bout de Châlons/Reims, la SIG, qui doit encore se déplacer à Limoges, devrait remporter 11 matches retour sur 17… « Il faudra de toute façon lutter jusqu’au bout pour aller en playoffs, insiste-t-il. Notre embellie a rassuré tout le monde un peu vite. Il faut avoir ce scénario en tête et vaut mieux l’éviter ».
Sans Matt Howard, un sacré défi
Pour ce faire, il faut donc vaincre des Champenois, pas trop à l’aise à l’extérieur – leurs deux uniques succès datent du tout début de saison, à Cholet et… Villeurbanne –, mais qui viennent de signer un authentique exploit en dominant le dauphin de Monaco, Chalon (74-69). Handicap supplémentaire, Matt Howard ne sera pas là, victime samedi soir d’une entorse de la cheville en fin d’entraînement. Alors que dans le domaine intérieur, l’adversaire du jour a des arguments à faire valoir. « Nicolas de Jong affiche une évaluation de 12 en 17’30, remarquable, (NDLR : la meilleure de ProA en rapport au temps joué avec le Parisien Labeyrie), Tyler Cain est à 13 en 24’, s’inquiète Collet. Et puis, il y a deux très bons ailiers, Alex Young et Mark Payne, le premier qui marque 13 points, le second qui fait beaucoup de choses à 15 d’évaluation ». Pour le technicien de la SIG, il y a au CRBB un danger plus grand encore : Steven Smith. « Il inscrit plus de 16 points, un des meilleurs totaux de la Ligue, avec 50% de réussite à trois points. C’est un peu un baromètre de leur équipe. Quand il en marque 25, ce n’est pas une très bonne nouvelle pour ses adversaires… »
Dès le lendemain, départ pour Bar…
Plus prolifique en attaque que les Strasbourgeois – « Je les trouve plus dangereux que la saison dernière », dit Collet –, mieux équilibrés, les Champenois souffrent peut-être un peu d’un manque de rotation, mais à un match par semaine seulement, ils ont de quoi tenir le choc. « Nous aussi. Il faut gagner à tout prix ». Avec davantage de pression, dans un mode « finale », il a tout pour permettre aux Strasbourgeois « d’avancer, plutôt que de reculer ». Un succès allégerait de surcroît autant que faire se peut, l’obligation de prendre à nouveau son baluchon dès le lendemain matin pour rejoindre le Monténégro et jouer mercredi à Bar, au bord de l’Adriatique, un dernier match de poule en Champions League. Où il faudra assurer au minimum un bon tirage pour les seizièmes, à défaut de rêver encore d’une qualification directe pour les huitièmes qui a tout, désormais, d’un mirage…