Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
sig_cibona_erik_murphy.jpg

Une bonne chose de faite

Après trois défaites de rang, la SIG Strasbourg a renoué avec la victoire, la première en 2017, en se défaisant assez aisément du Cibona Zagreb (71-56). Même si tout n'a pas été parfait, les intentions étaient là, et le billet pour les playoffs de la Champions League définitivement validé. Lundi, il faudra partir à la conquête d'un ticket pour la Leaders Cup. Et monter encore en régime...

LA DONNE

S’il restait une chance infime de décrocher la deuxième place qualificative pour les 8es de finale avant cette rencontre, elle avait été quasiment balayée la veille par le succès inattendu d’Avellino à Ténérife qui oblige désormais la SIG à passer par les seizièmes. A condition bien sûr de se rassurer par une victoire face au Cibona Zagreb où le vieillissant Luka Zoric (ex-Malaga, Fenerbahçe et Séville) tente de faire oublier le départ d’Ante Zizic à… Darussafaka.
PREMIER QUART TEMPS : DE L’ENGAGEMENT MAIS PEU DE RÉUSSITE
Dans le premier cinq, la présence de Matt Howard au côté de Romeo Travis, associés à Pape Sy en net regain de forme, n’avait rien d’anodin. Il fallait durcir la défense après les dernières sorties… Et Zagreb s’en aperçut vite, attendant près de quatre minutes et un temps mort pour débloquer son compteur. La SIG n’avait pas attendu (7-0, 4e’), avec un jeu plaisant mais sans grande réussite dans la conclusion. Après 7’30’’, Collet avait déjà envoyé dix joueurs sur le parquet pour maintenir un maximum d’intensité défensive et trouver des solutions offensives. Et si à la fin du quart, l’évaluation était particulièrement favorable (25 à 4), cela ne se reflétait que partiellement au tableau de marque : 15-9. A 6 sur 11 aux tirs, les Strasbourgeois avaient tout de même contenu les Croates à un pauvre 4 sur 17 (1 sur 6 à 6,75m).
DEUXIÈME QUART TEMPS : EN ACCORDÉON…
Après un lancer-franc de Sakic (15-10), un primé de Walker et sept points de Murphy avaient fait éclater la zone du Cibona : 25-12 (13e’). Et puis soudain, plus rien ou presque. L’adresse en berne, à l’image de Slaughter, Reynolds en mode « show » avaient provoqué le 0-9 croate : 25-21 (16e’). Pendant près de six minutes, plus un panier mais… beaucoup de frustration, chez Travis notamment, qui envoyait Zagreb sur la ligne pour un écart minimal à la pause : 32-26. Évaluation : 19 à 20 (total : 44 à 24).
TROISIÈME QUART TEMPS : LE PLUS GROS ÉCART… PUIS UN ÉCLAT
Pendant les cinq premières minutes de la troisième période, la SIG avait trouvé son rythme de croisière, portée par ses feu-follets, Walker et Slaughter (cinq sur cinq à trois points…) L’écart avait enflé car la défense tenait bon (47-31, 25e’). De quoi vivre une fin de match tranquille ? Pas par les temps qui courent au Rhenus… Reynolds sortait à nouveau de sa boîte, l’à-peu-près reprenait le dessus et après un 3-10, Zagreb se rapprochait à 50-41 puis 55-48 après 30 minutes. Évaluation : 28 à 25 (total : 72 à 49).
Quatrième quart temps : Lacombe s’occupe de tout
S’il fallut un temps mort de Collet après une minute seulement, pour remettre les idées en place, la fin de match ne donnera plus l’occasion au Cibona de se faire menaçant. Paul Lacombe défendait sur Reynolds, se jouait de la zone croate pour scorer de près, ajoutait quelques caviars et… une claquette offensive pour couronner le tout. Cortale et Goulmy avaient même droit à quelques secondes de jeu, les Strasbourgeois ayant assuré l’essentiel bien avant la fin. Zagreb n’aura plus que huit petits points et autant d’évaluation à se mettre sous la dent. Une bonne chose de faite…
Jean-Claude Frey

LE MATCH EN VITESSE

SIG STRASBOURG – CIBONA ZAGREB 71-56. Rhenus Sport. 5 016 spectateurs. Arbitres : MM. Zashchuk (Ukraine), Lucis (Lettonie) et Stoica (Roumanie).
Les périodes : 15-9, 17-17 (mi-temps : 32-26), 23-22 (55-48), 16-8.

LE POINT SUR LE GROUPE

 

classement_bcl2_j13.jpg