Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sig_nanterre_vincent_collet.jpg
Actualités LeadersCup_2017_1/4finale_SIG Strasbourg/Nanterre Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​Collet : « L’apport de Walker a été très largement insuffisant »

La SIG Strasbourg pouvait craindre de ne pas faire le poids contre une équipe de Nanterre euphorique depuis quelques semaines. Mais elle a trouvé, dans l’adversité, avec les absences de Howard et Slaughter, des ressources mentales. Pas suffisant pour créer l’exploit…

Il y avait tout de même de la frustration chez Vincent Collet, en conférence de presse : « Je garde la satisfaction de 33 bonnes minutes. Jusqu’à la 23e, c’était même très, très bien. On a pris 10 points d’avance, on a contrôlé le tempo, on les a empêchés de jouer leur jeu. Mais on a connu un relâchement qui a fait qu’on les laisse ouvert deux, trois fois, ils mettent dedans, et après ils ont enchaîné les réussites. La confiance était revenue chez eux. Mais on a une part de responsabilité là-dedans. Ils ont mis plus de vitesse, de rythme dans les sorties d’écran. Et nous, on a perdu le fil ».
Le coach de la SIG Strasbourg coulait tout de même retenir des éléments positifs : « La satisfaction vient de la construction générale du match. On a encore de belles occasions de revenir, lorsqu’on est à moins 2, mais on perd le ballon. Paul Lacombe était vraiment cuit et c’est au poste 1 qu’une rotation nous a manqué. Avec les deux absents, on a eu la chance de trouver des joueurs qui ont pris le relais, car ce n’était pas simple. Paul (Lacombe) ne peut tout de même pas tout faire tout seul. Il a reçu l’aide de Frank (Ntilikina) mais l’apport de Walker a été très largement insuffisant. Pour ne pas dire plus… »
Jaiteh : « Cinq minutes qui nous ont tué »
Mouhammadou Jaiteh (8 points à 3 sur 10, 3 rebonds, 6 d’évaluation) : « On avait très bien préparé le match. On a réussi à être sérieux et appliqué et on s’est procuré un petit matelas pour finir la mi-temps. Dans le 3e quart temps, on a vécu ce que beaucoup d’équipes vivent contre Nanterre et ils ont mis six tirs à trois points qui nous ont mis la tête sous l’eau, pendant que nous manquions de lucidité de l’autre côté du terrain. Ces cinq minutes ont constitué le tournant du match. Ensuite, on a continué à se battre mais c’était trop tard… » Interrogé sur la proximité du match européen qui aurait pu provoquer une impasse, Jaiteh a été formel : « Non. Cet événement de la Leaders Cup pouvait nous permettre de nous redynamiser. Il faut aussi relativiser car il nous manquait tout de même trois joueurs, Howard blessé, Slaughter et Walker malades. Il faut retenir ce que les sept autres ont réussi à donner car on a joué Nanterre les yeux dans les yeux malgré ce handicap. On a fait un match solide pendant 35 minutes en péchant pendant les cinq minutes d’euphorie de Nanterre… »

Pascal Donnadieu, le coach nanterrien, affichait sa satisfaction : « Lorsqu’on a été malmené comme on l’a été en première mi-temps et qu’on trouve les ressources pour l’emporter comme on l’a fait, on ne peut être que satisfait. On a joué ’’petit bras’’ dans les 20 premières minutes, on n’a pas fait les efforts pour créer les décalages, avec un jeu brouillon en attaque. On a tenu Strasbourg à 71 points et cela montre qu’on a fait ce qu’il fallait en défense… Le tir à trois points fait partie de notre ADN mais pour être adroit, il faut faire le travail préalable. On ne l’a fait qu’en deuxième mi-temps ».
 
Hugo Invernizzi, l’Alsacien de Nanterre, avait le sourire malgré un début de match délicat : « On a eu beaucoup de mal à mettre notre jeu en place en première mi-temps, à trouver des positions ouvertes. Nous sommes revenus avec de meilleurs intentions dans le troisième quart temps, on a été plus agressif et le ballon a mieux circulé. Sur la fin, on a réussi à conserver notre avance parce qu’on a quelques joueurs qui peuvent tenir le ballon ».