Basket
bandeau_pub_gauche_final2.jpg
bandeau_pub_droite_final2.jpg
SAISON 2018 / 2019
Abonnez-vous et rejoignez la #SIGARMY !
sig_cibona_zagreb_matt_howard2.jpg
Actualités 1/16ème_BCL-ARIS Salonique-SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

Le début d’une nouvelle aventure

A Salonique, face à l’Aris, la SIG Strasbourg entame ce mardi (18h30, en direct sur Canal+ Mutlisport1) les playoffs de la Basket Champions League. Désignés parmi les favoris de la compétition lors du tirage au sort, les Strasbourgeois, qui n’ont pas obtenu la qualification directe pour les huitièmes de finale, passeront au révélateur dans l’antre grec, pas réputé pour son hospitalité… En cherchant avant tout à préserver leurs chances pour le match retour.
Les matches européens à élimination directe, c’est un très beau souvenir pour la SIG. Oldenbourg, Nizhny Novgorod, Trente sont tous passés à la trappe, la saison dernière en Eurocup, dans des confrontations de 80 minutes. Mais les années se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Qu’importe, le moment est venu de ne plus calculer mais de forcer son destin pour lorgner vers le tour suivant, le chemin étant encore bien long jusqu’au Final Four.
Un combat physique en vue…
Rassurés par leur attitude contre Le Mans, samedi, même s’ils espéraient davantage de résistance pour se préparer à affronter la furia grecque, les hommes de Collet ont peaufiné leur préparation dimanche après-midi. « Ce sera un tout autre match, dans un contexte ô combien difficile », annonce Collet. L’Aris Salonique voudra prendre une option avant de se rendre en Alsace. « C’est une équipe solide, et il ne faudra pas s’attendre à autre chose qu’à une forte opposition physique. Un peu comme Zagreb mais avec plus de talent. Ça va frotter dans l’engagement car ils sont durs sur l’homme… »
En progrès dans ce domaine comme elle l’a démontré contre les Manceaux, la SIG devra encore « hausser le ton dans ce registre ».
Reste l’aspect tactique, lui aussi déterminant. Et là encore, pour avoir visionné quelques rencontres des Grecs, Collet a sa petite idée. « Ils ferment exagérément la raquette. Ils défendent en protection au point que leur défense ressemble souvent à une zone. Il va falloir se forcer à la mobilité pour retrouver des espaces. On aura besoin de cette alternance ». Les Strasbourgeois se sont appliqués à préparer tout cela ce dimanche, sous le regard d’un Matt Howard très concerné, mais ménagé. Heurté par… Paul Lacombe samedi, il a été touché à une cheville mais tiendra sa place.
Si Collet fait l’inventaire des forces de Salonique, il n’en est pas moins convaincu que « c’est jouable ». A condition d’y mettre tous les ingrédients. Car les Grecs ont tout de même perdu 6 matches lors de la première phase dont deux à domicile, face à Monaco et Francfort. « Le bémol de cette équipe, c’est qu’elle perd pas mal de balles (NDLR : 35e sur 40 avec 16,6 en moyenne), ce qui n’est pas un gage de stabilité, de régularité. Ils souffrent notamment sur la pression défensive ». Celle que la SIG rêve de mettre dès l’entame.
Ne pas compromettre ses chances
Il n’a pas échappé évidemment au coach strasbourgeois que l’Aris a des arguments offensifs. « William Cummings est très bon, complet, plus joueur de pénétration que tireur. Il adore les drives, crée pour les autres mais score lorsqu’il est ouvert. Michael Jenkins est un tireur patenté. A nous de le pousser au dribble. Avec Tadija Dragicevic, ils forment le trio offensif majeur ». Autour d’eux, Collet a repéré « une armada de Grecs solides comme les meneurs Xanthopoulos ou Zaras, le naturalisé Jankovic et le volumineux Kavvadas » sans oublier le dernier arrivé, Jamon Gordon. « Il a effectué ses débuts ce samedi lors de la défaite à domicile dans le derby, contre le PAOK (58-62), avec 7 points en 16 minutes, mais on sait qu’il sait noircir toutes les colonnes de statistiques ».
La marche est élevée et il faudra bien avoir à l’esprit que le dénouement devrait se jouer le 22 février au Rhenus. « Il faut faire un bon match et y aller pour ne pas compromettre le retour », termine Collet.
Au petit matin, ce lundi, la délégation alsacienne, a pris la route de Francfort avant de s’envoler vers Thessalonique. Tous rêvent d’une nouvelle et belle aventure européenne. Le moment est venu d’en apporter la preuve…
J.C.F.

Les deux équipes en chiffres

infographie_aris_sig.jpg

Légende