Basket
vincent_1.jpg
nzeulie_1.jpg
BOUTIQUE EN LIGNE OFFICIELLE
SOLDES 2018: C'EST PARTI !
mam_jaiteh_sig_chalon.jpg
Actualités J24 LNB 2016/17 : SIG Strasbourg - Chalon Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Mam Jaiteh : « On montre une vraie consistance »

Au terme d’une impressionnante démonstration, la SIG Strasbourg a pris un net ascendant sur Chalon et repris le panier average. De quoi espérer une fin de saison en trombe…

Vincent Collet restait mesuré dans l’analyse du succès : « On n’est jamais à l’abri d’une mauvaise surprise dans un match de basket-ball mais depuis quatre semaines, la répétition des entraînements nous permet de faire un travail de fond. J’ai aimé l’intensité des dernières séances et elle a été reproduite ce soir. D’autant plus qu’on joue contre une équipe qualifiée en Coupe d’Europe qui joue deux fois par semaine. J’ai dit à mes joueurs après le match que pour bénéficier de cette fatigue, il faut faire ce qu’il faut avant. J’avais bien aimé le premier quart temps mais dans le deuxième, on est descendu en intensité dans les lignes de passe. On l’a mieux fait à la reprise et on a aussi été plus agressifs sur les pick’n’roll. Notre 3e quart temps est le meilleur de notre saison, en terme d’abnégation, et pas seulement parce qu’ils étaient fatigués. Ce qu’ont fait Erik Murphy et Mam Jaiteh, par rapport à ce qu’ils faisaient il y a quelques semaines, c’est incomparable. En tant qu’équipe on a davantage la capacité d’arrêter l’adversaire. On fait plus d’efforts et plus on ira dans cette direction, plus on se rapprochera des meilleures équipes. Sur les balles perdues de Chalon, il y a sept interceptions. Il y a à la fois la pression sur la balle et la présence sur les lignes de passes. Eux, ils tirent beaucoup sur les mêmes joueurs, des joueurs d’exception, mais qui sont très sollicités et un moment donné, vont faire moins d’efforts ».
A la question de savoir si ce succès ouvrait de nouvelles perspectives, le coach strasbourgeois s’est contenté, laconique, de dire :
« La seule perspective qui s’ouvre est celle d’être très concentré pour le match de vendredi prochain !  Il faut continuer à avoir le même état d’esprit, progresser et surtout ne pas se relâcher ».
La satisfaction d’enchaîner les victoires n’est pas anodine : « Ce soir, on met un pied en playoffs. Nous avons trois matches d’avance, même quatre si Limoges ne gagne pas contre Paris ce lundi. Et il ne reste plus que dix journées. Mais il faut rapidement y mettre le deuxième… »
Mouhammadou Jaiteh (11 points, 12 d’évaluation) était ravi de la tournure des événements : « C’est une victoire super importante car les autres résultats ont joué en notre faveur. Si on veut se rapprocher du haut de tableau, il faut battre nos adversaires directs. Ce qui nous a permis de gagner ce soir, c’est l’effort collectif et l’intensité qu’on a mis, tous ensemble, dès le début du match. Le résultat n’a été visible qu’au 3e quart temps mais le travail a été bien entamé dès le début. Ce succès se situe dans la continuité de notre travail. On montre une vraie consistance dans ce qu’on fait, et les équipes nous craignent même si on n’est pas premier ou deuxième. Le fait de ne plus jouer qu’une fois par semaine nous permet de rattraper le temps que Vincent n’a pas pu avoir en début de saison. Il ne faut pas se fixer de limites et se donner les moyens de regarder plus haut. Sans se fixer une place précise mais en avançant comme on le fait depuis quelques semaines, en restant dans cet état d’esprit. Ce n’est pas la place qui va être importante, c’est notre développement en tant qu’équipe ».
Choulet : « Ce soir, la marche était trop haute »
Jean-Denys Choulet, le coach chalonnais, a sportivement reconnu le succès de la SIG. Interrogé sur la faillite de son équipe dans le troisième quart temps, il a lâché : « Il s’est passé ce qui nous arrive souvent contre des équipes avec un effectif long. Si on regarde la constitution des deux équipes et ce qu’il y a sur le banc… Logiquement, Strasbourg devrait être à notre place et nous à la leur. On le montre à chaque fois qu’on est en difficulté en entrant dans nos rotations. C’était déjà le cas contre Monaco et à la Leaders Cup face à l’ASVEL. Ce n’est pas une surprise pour moi. En première mi-temps, nos titulaires sont relativement frais mais quand on entre dans les rotations, en particulier sur les postes 4 et 5… Zeke Marshall a sûrement fait son dernier match avec nous ce soir. Il ne nous coûte pas grand chose, mais il ne sert à rien ! Ce qui me dérange ce n’est pas la défaite. On n’avait pas coché sur notre agenda de gagner à Strasbourg. En revanche, le manque de réaction ne m’a pas plu... Ce soir, la marche était trop haute. Soyons heureux que cette saison, Chalon soit aussi bien classé. C’est exceptionnel, ce qu’on fait avec notre masse salariale et j’espère que ça va tenir ».
Interrogé sur la proximité de la demi-finale européenne à Ostende, le coach bourguignon y voit un signe : « On a toujours réagi et on va le faire. Mais il nous faut un, voire deux joueurs rapidement. Cette lourde défaite, c’est sans doute la meilleure préparation pour le match de Coupe d’Europe qui vient. Car mes joueurs sont des compétiteurs ».
Axel Bouteille, qui se doutait que le match allait être délicat, ne s’attendait pas à cette débâcle : « Il y a eu deux matches en un. En première mi-temps, on était devant et on a réussi à les tenir à 32 points, tout en n’étant pas trop mal en attaque. Ensuite, ils nous ont mis la pression, on n’arrivait pas à se démarquer ou à se passer le ballon et on a pris 34-11. Dans le dernier quart temps, on n’a pas vraiment eu de réaction et c’est dommage. Ils ont marqué trop de points sur contre-attaques et sur nos balles perdues. Il faut qu’on apprenne à être meilleur là-dessus. À jouer pendant 40 minutes. On n’a pas su répondre lorsqu’ils ont monté l’intensité ».
Articles liés: 
Toutes les actualités