Basket
playoff_site.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
aj_slaughter_2_sig_chalon.jpg
Actualités J32 LNB 2016/17 : SIG Strasbourg- Orléans Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Faut pas gâcher

Après sa performance à Villeurbanne dimanche, la SIG Strasbourg enchaîne avec le plus facile, a priori, de ses derniers matches de la saison régulière. Orléans, son adversaire du jour (mardi à 20h au Rhenus), est au bord du gouffre. Gare tout de même à l’instinct de survie des Orléanais.

Nanterre, Villeurbanne, Orléans, Le Portel et Monaco. On savait la fin de saison des Strasbourgeois pour le moins copieuse. Après s’être pris les pieds dans le tapis contre Nanterre, l’équipe de Vincent Collet a parfaitement redressé la barre à Villeurbanne (71-75). Plus que le résultat, c’est la manière qui a rassuré le coach, les dirigeants et les fans. Pas question, donc, de céder contre Orléans, dans ce qui apparaît comme une formalité. « En apparence, c’est le plus abordable. Mais il faut toujours respecter l’adversaire. Ils ne sont pas mathématiquement relégués mais ils le seront s’ils perdent… », insiste le technicien strasbourgeois.
Un manque de cohésion
Si Collet n’a pas vu le match aller perdu par la SIG en octobre (83-81 ap. pr.) – Henrik Dettmann et Pierre Vincent étaient aux commandes et le visage des deux équipes a beaucoup changé – parce que cela n’avait guère d’intérêt, il s’est penché sur la vidéo de la dernière sortie de l’OLB face à Chalon (96-114). « Chalon menait 54-77 à la 26e’ mais Orléans est revenu à quatre points, à 88-92, avec deux possessions, avant de s’écrouler. Ils ne donnaient pas l’impression de jouer leur vie en défense », avoue Collet. Mais il ajoute : « J’ai vu de forts joueurs. Mica Downs est un ailier moderne, longiligne, bon shooteur à trois points, qui sait faire beaucoup de choses ; J.P. Prince, arrivé début mars, un gaucher percutant qui donne 6 passes en moyenne par match ; Mc Alarney qu’on ne peut pas laisser seul ; Gabriel Olaseni (2,10m) arrivé avec Prince. Ils ont une vraie capacité offensive. Reste à savoir si Eito, absent contre Chalon, sera de retour car il manque à la mène ». Ce qui a frappé l’entraîneur de la SIG, c’est le manque de cohésion, souvent propre aux équipes en difficulté. « Le danger pour nous, serait qu’ils en trouvent… Même les équipes en difficulté ont parfois des sursauts ».
Paul Lacombe laissé au repos
L’autre danger serait une baisse de régime des Strasbourgeois après l’exploit à Villeurbanne. « A nous de ne pas nous déconcentrer après cette vraie performance. Gagner là-bas, dans ce contexte, ce n’était pas évident. Ils en ont perdu par manque de vigilance mais dimanche ce n’était pas le cas. Ils étaient en vigilance maxi. Et ils avaient tout envisagé, sauf ça… »
L’entraîneur de la SIG a apprécié l’attitude de ses hommes, mais aussi la qualité de jeu, et notamment à l’entame du 3e quart temps. « Il faut continuer sur cette voie. Si on gagne, on pourra aller au Portel en conquérant, là où personne n’a gagné depuis le 20 janvier ! »
Pour se défaire d’Orléans ce mardi, la SIG a choisi de se passer de Paul Lacombe dont la douleur au pied est toujours prégnante, « inquiétante même », selon son coach. Olivier Cortale qui s’est bloqué le dos avec les espoirs, sera lui aussi absent. En revanche, Matt Howard, héros du succès dans le Rhône, qui a suivi la séance de ce lundi depuis le bord du terrain, en raison d’un énorme bleu au gros orteil, sera d’attaque. Avec l’esprit guerrier qui le caractérise.
Avec un Slaughter saignant, un Leloup solide, un Murphy précieux dans le money time, un Travis toujours vaillant, et tous les autres dans leur sillage, les Strasbourgeois joueront gros pour conserver la mince avance – le panier average – qu’ils ont sur Pau-Orthez. Car il s’agit de préserver la quatrième place coûte que coûte, celui qui donne l’avantage du terrain en quarts de finale. Ce n’est pas le moindre des enjeux de cet antépénultième rendez-vous…
Jean-Claude Frey