Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sig_strasbourg_nanterre_erving_walker.jpg
Actualités J30 LNB 2016/17 : SIG - Nanterre Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

Fin de série…

La série victorieuse de 10 matches d’affilée, 13 à domicile, s’est arrêtée brutalement contre Nanterre, la dernière équipe à avoir vaincu la SIG Strasbourg, en février à la Leaders Cup (65-74). Après une première mi-temps maîtrisée, au cours de laquelle les redoutables shooteurs adverses avaient été parfaitement contenus, les Nanterriens sont devenus euphoriques et la SIG a perdu son basket. Au plus mauvais moment du match et… de la saison. La troisième place s’est sans doute envolée pour de bon.

La donne

Même diminuée par l’absence d’Erik Murphy, la SIG Strasbourg se doit de gagner ce match capital face à un adversaire direct pour le podium. La condition sine qua non pour aborder les playoffs dans les meilleures conditions. Mais gare aux shooteurs de Nanterre !
Premier quart temps : une défense de fer
Pas moins de 24 scouts représentant 11 franchises de NBA avaient fait le déplacement pour ce match pas comme les autres… Mais pas question de flamber en attaque, c’est en défense que les choses allaient se passer. Ntilikina face à Warren, Slaughter sur Schaffartzik, les « snipers » étaient bien gardés. Et Jaiteh faisait le job face à Lessort. Résultat : un 5-0 en trois minutes qui mettait déjà Pascal Donnadieu en colère. Estimant que la plaisanterie avait assez duré, le coach francilien envoyait Butterfield pour limiter l’impact de Paul Lacombe, le régulateur strasbourgeois, que Riley ne pouvait pas contenir. Ntilikina face à… Lessort, puis Jaiteh au poste, corsaient la note : 10-0 (5e’). Conklin et Morency tentaient d’apporter de l’intensité et l’ex-Palois inscrivait les trois premiers points de son équipe : 14-3 (9e’). En six minutes, Nanterre 92 n’avait tenté que six tirs, tous manqués, mais Jaiteh (deux fautes) avait déjà du rejoindre le banc. L’attaque adverse était toutefois totalement muselée par la défense de fer des Strasbourgeois, l’entrée de Howard ne facilitant pas la tâche des attaquants « verts ». Et la période se terminait par un tristounet -2 d’évaluation pour les doubles vainqueurs de coupe de la semaine passée et un score éloquent : 16-5… Évaluation : 22 à -2.
Deuxième quart temps : un sacré combat…
Les choses n’allaient bien sûr pas continuer sur le même mode. Nanterre réagit et Howard, meilleure évaluation de la SIG après 10 minutes, écopait à son tour de sa deuxième faute. Dommage que l’attaque strasbourgeoise n’était guère en réussite (33% au final) car il y avait sans doute de quoi creuser encore l’écart. A l’inverse, le puissant Conklin (8 points dans la période) s’imposait dans la peinture, Schaffartzik provoquait les fautes à défaut de scorer de loin (0 sur 8 derrière l’arc pour Nanterre à la pause !) et enfilait les lancers-francs : 17-10 puis 25-18 (17e’). Collet était averti pour avoir protesté contre le déséquilibre des fautes (6 à 1 dans la période) et à la pause, la SIG avait repris un peu d’air, grâce entre autre à la débauche d’énergie de Romeo Travis : 32-22. Évaluation : 17 à 21 (total : 39 à 19).
Troisième quart temps : les psychopathes du shoot se réveillent
Nanterre revint dans d’autres dispositions. Défensives d’abord… De quoi donner de la fluidité et de l’adresse en attaque. En 2’30’’ après le premier primé signé Schaffartzik, les hommes de Donnadieu étaient revenus à 33-31, puis 35-34 sur le deuxième réussi par Butterfield. Travis tenait la baraque (37-34), mais Lacombe avait le capot qui fume et donnait le relais à Leloup. La machine nanterrienne était hélas lancée et Butterfield encore, puis Warren, scoraient derrière l’arc ! Malins, les Haut-Séquanais allaient alors parfaitement alterner leurs offensives après le temps mort de Collet. Et Schaffartzik, Warren, puis Invernizzi et Riley venaient scorer de près ! Nanterre scorait ainsi 29 points et totalisait 42 d’évaluation après en avoir réussi respectivement 22 et 19 en première mi-temps ! Dr Jekyll et Mr Hyde avaient investi le Rhenus… Le primé de Walker, le deuxième seulement pour son équipe après trois périodes, ne pesait plus très lourd : 46-51. Évaluation : 12 à 42 (total : 51 à 61).
Quatrième quart temps : Nanterre s’envole, la SIG coule
Chaud comme une baraque à frites, Warren se régalait et la SIG Strasbourg était dans les cordes : 48-61 (34e’). Elle avait perdu des ballons, mais aussi son basket au plus mauvais moment… Car même s’il faut donner du crédit aux joueurs de Donnadieu, la semaine d’entraînement perturbée n’avait pas arrangé les choses. Nanterre terminait en gérant son avance après avoir marqué 52 points en une mi-temps à une équipe qui n’en avait encaissé en moyenne que 66 par match depuis le début du cycle retour… Évaluation : 21 à 25 (total : 72 à 86).
Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – NANTERRE 65-74. Rhenus Sport. 6 130 spectateurs. Arbitres : MM. Maestre, Bretagne et Amrani.
Les périodes : 16-5, 16-17 (mi-temps : 32-22), 14-29 (46-51), 19-23.