Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
romeo_travis_et_john_roberson.jpg
Actualités Playoffs2017_Chalon-SIG Strasbourg épisode#2 Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Attendus au tournant

 

Chalon mène 1 à 0. Mais il faut remporter trois matches pour décrocher le titre. L’épisode 2 des finales, ce jeudi (20h45 au Colisée, en direct sur SFR Sport2), pourrait bien être très différent du premier, dans lequel les Strasbourgeois ont sombré trop tôt. Réaction indispensable…

Ils sont tous revenus de Chalon avec un gros mal de tête. Et pas seulement Paul Lacombe mis au tapis pour le compte par « un coup d’Ibekwe qui n’avait rien à voir avec le basket » selon les propres dires de Vincent Collet. Une séance de vidéo « musclée » leur a remis les idées en place ce mercredi et mis le doigt sur les flagrantes défaillances du premier quart temps, voire de la première mi-temps. « On a peu de temps pour corriger. Et comme en quarts et en demies, on a perdu le premier match de la série. En perdre un deuxième nous mettrait dans une situation difficile », estime à juste titre l’entraîneur.
Avec Lacombe, sans Murphy
Au delà d’une cuisante défaite, la SIG Strasbourg a payé un lourd tribut à ce revers cinglant. Paul Lacombe et Erik Murphy n’ont pas pu aidé leurs coéquipiers à redresser la barre après le repos. « Paul va mieux, indique Collet, mais ce n’est pas parfait. Il a été choqué et est resté de longues minutes aux vestiaires avec l’envie de vomir. Une commotion cérébrale… On devrait le récupérer pour l’épisode 2. En revanche, Murphy, c’est hors de question. Il ne fera même pas le déplacement (NDLR : la SIG effectuera à nouveau l’aller/retour dans la journée en avion privé). Son entorse est trop sérieuse ».
Il manquera donc un combattant, ce jeudi, pour s’opposer à d’euphoriques Chalonnais. Si Collet a ciblé les manques – « une passivité surprenante par rapport à ce qu’on avait montré dans les matches précédents » – il reconnaît le mérite de la troupe de Choulet. « Notre attitude n’enlève rien à ce que Chalon a fait de très bien. Ils étaient très bons, parfois brillants par séquences, mais nous étions en-dessous du minimum requis pour une finale de championnat de France ».
« Montrer nos qualités »
Des deux côtés, on veut évacuer ce premier match et ne penser qu’au deuxième. « Il faut être plus engagé. Il faut réduire leurs qualités et montrer les nôtres », ajoute le coach alsacien. En clair, « faire ce qui était demandé pour limiter Fall, ne pas installer une équipe très bien dans ses baskets car après, c’est difficile de casser les timings ». Choulet se méfie évidemment de la réaction strasbourgeoise, qu’il attend, mais il a aussi listé quelques points d’amélioration dans le jeu de son équipe. « Ce qui est sûr c’est que d’ici à un match 5, s’il a lieu, nous ne ferons plus d’opposition, mais de la récupération car notre jeu est bien en place. Plus de travail mental que physique car nous sommes très bien. Pour éviter de tomber sur un pied ? » Allusion à peine cachée à l’entorse de Murphy ? Ou plutôt volonté délibérée de ne pas perdre un joueur quand l’entraîneur bourguignon clame déjà que son banc est bien moins fourni que celui de l’adversaire…
Toujours est-il que pour ne pas revenir bredouille, pour espérer enflammer le Rhenus dans des épisodes 3 et 4 qui pourraient être brûlants, la SIG Strasbourg devra avant tout soigner son entame, faire doute les Harris, Clark ou Roberson, époustouflants l’autre soir. Et espérer que Nzeulie ne retrouve pas les ailes qui avaient déjà plombé la saison 2013 des Strasbourgeois lorsqu’il évoluait à Nanterre…
« On a commis une faute, finit Collet. Les joueurs étaient prévenus… » Un nouveau couac de la même ampleur ne leur serait pas pardonné.

retrouvez également Pape Sy en conférence de presse avant cet épisode 2