Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sig_strasbourg_cholet_frank_ntilikina_et_vincent_collet.jpg
Actualités Playoffs2017_Chalon-SIG Strasbourg épisode#2 Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Frank Ntilikina: "nous sommes en mission"

Après la magnifique victoire obtenue au Colisée, Vincent Collet se montrait très satisfait de la réaction de son équipe, tout comme Frank Ntilikina qui reconnaissait avoir eu à coeur de montrer un autre visage que celui montré lors du premier épisode...

Vincent Collet : "Lors du premier match, nous n'étions pas entrés dans la finale lors de la première mi-temps. Nous avions été d'une légèreté et d'une insouciance confondantes. On avait mis Chalon en confiance et l' objectif était de faire un match totalement différent, en étant beaucoup plus sérieux et beaucoup plus intense. Ce soir, ça s'est vu tout de suite ; certains joueurs étaient transcendés. Un exemple est aussi le fait que mardi, l'arrivée de la balle sur Fall n'était jamais contestée. Et ce soir, c'était tout autre chose. Ce soir c'est 80% d'état d'esprit et 20% de basket qui nous fait gagner. Ce soir, ce n'est pas le basket que nous avons changé mais véritablement l'état d'esprit. Romeo a été dantesque. On a pu s'appuyer dessus en permanence. Mam a été très sérieux aussi. Nous avons beaucoup mieux abordé le problème Fall. Malgré tout, j'ai cru qu'on n'y arriverait pas à la fin, en faisant des choses bêtes, comme la faute sur le trois points de Clark ou le superbe tir de Nzeulie, malgré une excellente défense. Heureusement nous avons su mettre des paniers à des moments clefs pour rester devant. Cette victoire a commencé à se construire dès mardi soir. Nous avons parlé et Romeo par exemple a beaucoup parlé. Aujourd'hui, il n'y a qu'une chose qui importe : le match 3 ! C'est une finale, il faut prendre les matches les uns après les autres. On sait que Chalon va réagir, mais il faut que l'on se concentre sur nous, sur ce qu'il faut améliorer et comment endiguer la réaction de Chalon".
.
Frank Ntilikina: "En regardant la vidéo, on s'est rendu compte du fait que l'on n'avait pas joué avec le bon état d'esprit. On recherchait une agressivité globale, de toute l'équipe et ça nous a par exemple bien réussi au niveau des rebonds offensifs. Nous nous devions d'être intense dans tous les secteurs du jeu et nous avons bien su le faire. La perte d'Erik sur blessure a fait mal, mais ça nous a aussi motivé pour aller chercher la victoire pour lui. A titre personnel, je n'étais pas dedans lors du premier match, et j'avais à cœur de montrer une toute autre attitude, et de mieux gérer mon adversaire direct. Nous sommes en mission, nous voulons aller chercher le titre donc tout le monde se donne à 100% pour gêner les forces de l'adversaire".
Pour l'Elan Chalon, l'analyse du coach était sans équivoque, tout comme pour son meilleur marqueur du soir Axel Bouteille (20pts).
Jean-Denys Choulet: "Strasbourg a été bon ce soir et nous, nous n'avons pas été très très bons, à l'image de nos joueurs cadres. Malgré tout, avec nos joueurs majeurs absents ce soir, on est en passe de faire un hold-up et de gagner donc c'est le seul point positif. On s'est fait dominer au rebond. C'est dommage pour la fin du match. Nous étions bien revenus, nous avions fait presque le plus dur, mais nous avons été en déficit sur nos cadres. Strasbourg a bien défendu sur Moustapha, il a eu du mal ce soir. Mais je suis content d'avoir retrouvé Axel. Maintenant, il y a un partout mais comme je le dis depuis le début, on ne s'attendait pas à tout balayer non plus dans cette finale. Le match se joue à rien à la fin, Strasbourg mérite sa victoire et j'ai une totale confiance en mes joueurs pour revenir au prochain match".
.
Axel Bouteille: "Strasbourg a été plus agressif que nous et nous avons manqué d'adresse aussi. Je fais un bon match mais ça n'a aucune importance, sachant que l'on ne gagne pas à la fin. Leur agressivité a vraiment été la clef de ce match qui leur a vraiment permis de l'emporter. Ils prennent 17 rebonds offensifs, c'est vraiment trop. On ne les a pas bloqués. Il y avait réellement un manque de dureté et d'intensité défensive de notre part. Il faut maintenant aller gagner là-bas. Mais il va falloir s'ajuster. La SIG est une très bonne équipe, on ne peut pas se permettre d'être autant en retrait en terme d'agressivité".
Articles liés: 
Toutes les actualités