Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
sig_asvel_lassi_tuovi.jpg
Actualités Lassi Tuovi : « j’ai gagné en expérience »

Lassi Tuovi : « j’ai gagné en expérience »

De passage une dernière fois au Rhenus durant 48h, Lassi Tuovi a tenu à avoir un mot pour chaque personne avec laquelle il a travaillé et qu’il a côtoyé durant la saison écoulée. A cette occasion, il a gentiment accepté de répondre à quelques petites questions afin de tirer un bilan de cette année « incroyable » à ses yeux…

Franklin Tellier : Qu’est-ce que tu retiens de cette saison à la SIG Strasbourg ?
Lassi Tuovi : C’était une très bonne et un peu folle expérience. Tout le monde le sait, il y a eu beaucoup de hauts et de bas et beaucoup de choses sont arrivées. D’un côté, on pourrait croire que ces 10 mois sont passés vite mais il s’est passé tellement de choses durant la saison régulière… la capacité de réaction de l’équipe m’a marquée. Par exemple, après la défaite à Limoges on aurait pu sombrer mais derrière on remporte 10 matches à la suite en ProA et les joueurs ont montré du caractère et encore plus d’envie. Notre saison aurait pu être incroyable, à un tir près ou 10 minutes de trop, mais c’est le sport…
.

F.T : Tu es toujours resté discret sur le retour de Vincent Collet. Je pense qu’on peut dire que ça n’a pas dû être simple pour toi non ?
L.T : Henrik et Vincent sont de bonnes personnes et, pour moi, travailler avec les deux était un plaisir. J’ai acquis encore plus d’expérience. Maintenant, ce qui est arrivé fait partie des risques de ce métier et dans ma position il fallait s’adapter. Et je veux remercier Vincent mais aussi le président Martial Bellon et le GM Jérôme Rosenstiehl de m’avoir permis de rester ici. Je pense avoir pris la bonne décision. Je voulais rester en France et même lorsque j’ai parlé avec Henrik de la situation et de mon envie de rester il comprenait mon choix, et m’a poussé à rester car il savait que j’allais apprendre beaucoup de choses et gagner en expérience en travaillant avec Vincent.
.

F.T : Que penses-tu avoir gagné ici ?
L.T : Avant même de parler de l’aspect basket, quand tu arrives dans un nouveau pays avec sa propre culture, que tu cherches à t’en imprégner et que tu veux la comprendre tu en ressort grandi en tant que personne. Il est évident qu’apprendre de ses expériences est fondateur pour soi : qui sont-ils ? qu’aiment-t-ils ? quelles sont leurs habitudes ? Leur style de vie ?... Ce sont toutes ces choses qu’il faut apprendre à connaître et qui te permettent de construire son histoire en tant qu’homme. Et il est certain que c’est la chose la plus importante que j’ai apprise ici. Vivre et côtoyer les gens qui travaillent ici, aussi bien dans le staff sportif que dans les bureaux, et qui sont moins dans la lumière, a été une expérience très forte. L’atmosphère qui règne dans le Rhenus, durant les matches, mais aussi la semaine entre les matches, m’a permis de me sentir vraiment bien. Je peux dire sans aucune hésitation que je n’avais jamais vu ça dans aucun autre club avant de venir ici.
.

F.T : Comment peux-tu décrire la relation de travail qu’il y avait entre Vincent, Lauriane et toi ?
L.T : Vincent est comme un ingénieur du basket : il vie le basket et POUR le basket. C’est un coach de joueur avant même d’être un coach d’équipe. Je suis sûr à 100% qu’il a construit et façonné l’alchimie de ce groupe et que cela a été possible car les joueurs lui font confiance. C’est la clé de beaucoup choses ici mais aussi avec l’équipe nationale. C’était forcément très plaisant de travailler avec lui, car il faisait transparaitre cela au-delà des joueurs et également entre nous les coaches. C’est la même chose avec Lauriane, j’ai beaucoup appris à travailler avec elle. Elle m’a toujours aidé, investi dans tout et c’est tout ça qui faisait l’alchimie que nous avions.
.

F.T : D’ailleurs tu vas bientôt retrouver Vincent mais en tant qu’adversaire à l’Eurobasket…
L.T : On en parle depuis le tirage au sort. C’est sûr que la situation sera particulière mais en même temps ce ne sera qu’un match. Ce sera vraiment intéressant pour moi de préparer ce match et de scooter l’équipe de France. Mais nous avons déjà tellement échangé sur les styles de jeu des deux équipes que je n’aurai pas forcément un avantage sur lui. Mais ce match promet d’être intéressant.
.

F.T : En attendant tu as signé à Gravelines…
L.T : Je voulais coacher dans un bon championnat. J’aurai aimé poursuivre mais, le fait que je ne sois pas disponible cet été et Vincent non plus aurait trop perturbé la préparation de l’équipe. C’est pour ça que nous avons pris cette décision mutuellement. Mais il était clair pour moi que je voulais rester dans cette ligue et vivre encore avec la culture française. Dès que Gravelines m’a montré de l’intérêt la décision a été très simple à prendre. Je voulais rester en France et apprendre encore ici, donc j’ai saisi l’opportunité.
.

F.T : Tu as pris quelques bonnes habitudes en France en dehors du basket aussi et tu voulais les prolonger également non ?
L.T : C’est aussi une façon d’apprendre et de connaître autre chose. Mais c’est clair que manger une bonne choucroute me manquera et évidement le vin blanc alsacien aussi ! 

LASSI TUOVI A UN MESSAGE POUR LA SIGARMY

 

 

Articles liés: 
Toutes les actualités