Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sig_asvel_romeo_travis.jpg
Actualités Playoffs2017_SIG Strasbourg-ASVEL match#5 Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Un seul objectif...

Au terme d’un renversement imprévisible et digne des meilleurs thrillers, la SIG Strasbourg est à 40 minutes (ou plus…) d’une cinquième finale de ProA de rang. Inespéré il y a quelques mois… Mais il faudra battre une troisième fois de suite cette équipe de Villeurbanne rugueuse et talentueuse qui ne lâchera rien, vendredi soir (19h au Rhenus, en direct sur SFR Sport 2) et qui ne voudra surtout pas subir ce qu’elle avait infligé à son adversaire l’an passé en finale !

Les commentaires vont bon train dans cette série à l’incroyable retournement de situation. Après avoir si mal voyagé cette saison, la SIG Strasbourg reste aujourd’hui sur dix victoires de suite à l’extérieur. Les deux dernières décrochées avec les tripes à l’Astroballe alors qu’elle était au pied du mur dans cette demi-finale. Qu’importe que les champions en titre aient gagné eux aussi huit fois de rang loin de leurs bases et qu’ils se soient révélés incapables de conclure chez eux une série si bien entamée. Les chiffres et les statistiques n’ont après tout que l’importance qu’on veut bien leur accorder. Il en va de même de l’avantage du terrain, totalement galvaudé dans ces playoffs historiques. Ou d’une hypothétique revanche pour rendre à l’ASVEL la monnaie de sa pièce après le douloureux dérapage strasbourgeois de la saison dernière, qui avait suivi le 2-0 initial. La vérité, c’est sur le terrain qu’elle se révèlera. Alors, bien sûr, tous, joueurs, techniciens, dirigeants, fans rêvent que la SIG, longtemps irrésistible à domicile, retrouve, portée par son public, les ressources indispensables pour renverser des pronostics bien fragiles. « Il ne faut pas compter là-dessus, prévient Collet. Je me réjouis évidemment de la ferveur et du soutien dont on va bénéficier. Mais ce serait une insulte au sport de croire que cela suffira. Il n’y a qu’une façon pour gagner : être meilleur que Villeurbanne ».
Ne pas dévier du plan de jeu
La recette est connue. Mais elle l’était déjà avant le début d’une série si serrée que les deux équipes se retrouvent aujourd’hui à se disputer une place en finale sur un match sec… « Nous devons rester nous-mêmes, se concentrer et préparer ce match pour le gagner. La qualification viendra après, confie le coach. Les matches sont tous séparés les uns des autres, et c’est pour cela qu’on a gagné le troisième et le quatrième ».
Une fois encore, tout risque de se jouer sur des petits détails, dans les derniers instants. Et c’est là-dessus que le coach veut focaliser sa troupe. « On se sert de l’expérience des années passées, on s’améliore aussi dans cette série, au fil des matches, en attaque et en défense ». Et la marge de progression existe encore…
Dans une série marquée par la maladresse et le peu de passes décisives (9 pour la SIG mardi malgré la victoire), en raison de la rudesse des défenses, « mais aussi des ‘’switchs’’ permanents de l’adversaire qui obligent à faire beaucoup d’actions individuelles », Vincent Collet a repéré une série d’éléments positifs qu’il ne faut surtout pas modifier : « garder Casper Ware sous séquestre, continuer à marquer plus de paniers intérieurs qu’eux (NDLR : 15 en moyenne contre 10), et toujours maîtriser le rebond. Restons focus sur les objectifs de jeu qu’on a affinés après les deux premières défaites. Et ne pas reculer sur la capacité à les exécuter ».
Et si d’aventure, Leloup et Lacombe qui se sont réveillés lors du dernier succès (64-68) continuent sur cette lancée, plus conforme à leur valeur, si Murphy reprend confiance, si Walker et Slaughter arrivent à se défaire de l’étau adverse qui s’est refermé sur eux après le festival du match 3, si Jaiteh propose à nouveau une sortie comparable à celle du match 1 et que les Alsaciens retrouvent un peu d’adresse à trois points, tous les voyants seraient au vert. Pour la cinquième fois dans ces playoffs, la SIG Strasbourg sera dos au mur alors que Villeurbanne découvrira cette pression particulière du « do or die » (vaincre ou mourir). On peut aussi imaginer que J.D. Jackson va faire des ajustements, que Ware (NDLR : 4 sur 24 à trois points en quatre rencontres) ou Lang (3 sur 11), voire Nelson ou ce diable de Kahudi trouvent à nouveau la mire à longue distance, « comme Ware l’avait fait l’an passé en finale ».
« Grâce à notre travail, on s’est invité en VIP à un super truc, vendredi soir, qu’on n’avait pas forcément coché sur l’agenda, termine Collet, jouant de la métaphore. C’est fantastique et il faut en profiter. En restant fidèles à nos objectifs de jeu ».
Ce travail de fond, entamé depuis des mois pour transformer l’état d’esprit et la capacité de réaction de cette équipe, est sur le point d’aboutir. Il serait trop dommage de trébucher sur la dernière marche. Il sera bien temps encore, demain soir, de songer alors à Chalon…

Les chiffres de la série

Marqueurs
SIG (70 points en moyenne): Slaughter 12 pts ; Walker 10,25 ; Travis 8,75 ; Lacombe 8,25 ; Howard 7,25
ASVEL (69 points en moyenne) : Kahudi 13,5pts ; Jean-Charles 11,25 ; Ware 10 ; Nelson 9,25 ; Watkins 8
Évaluation
SIG (74,5) : Travis 12,25 ; Walker, Slaughter et Howard 8,75 ; Lacombe 6,75
ASVEL (72) : Kahudi 13,25 ; Jean-Charles 12,25 ; Nelson 11,25 ; Watkins 10,5 ; Andersen, Noua et Ware 6
Rebonds
SIG (34,5) : Travis 6,5 ; Murphy 4 ; Howard 3,75 ; Jaiteh 3,25 ; P. Sy 3
ASVEL (32) : Jean-Charles 6,25 ; Watkins 4,25 ; Noua et Nelson 4 ; Andersen 3,6
Passes
SIG : (12,5) Walker et Travis 2,25 ; Slaughter et Ntilikina 2 ; Lacombe 1
ASVEL (14) : Ware 4 ; Nelson 3 ; Kahudi et Lang 1,75 ; Jean-Charles et Watkins 1,25
Pourcentage aux tirs (au moins 1 tir par match)
SIG (41,3%) : Howard 57,9% ; Jaiteh 50 ; Travis 41,2 ; Slaughter 41 ; Murphy 39,1
ASVEL (40,4%) : Watkins 61,9% ; Jean-Charles 50 ; Noua 45,4 ; Kahudi et Nelson 44,4
A deux points (au moins 1 tir par match)
SIG (43,8%) : Howard 57,9% ; Murphy, Jaiteh et Leloup 50 ; Slaughter 47
ASVEL (40,4%) : Watkins 65% ; Jean-Charles 50 ; Noua 44,4 ; Nelson 40 ; Kahudi 37,5
A trois points (au moins 1 tir par match)
SIG (34,9%) : Ntilikina 42,9% ; Slaughter 36,4 ; Walker et Leloup 31,3 ; Murphy 22
ASVEL (35,1%) : Nelson 57,1% ; B. Sy et Kahudi 50 ; Andersen 33,3 ; Lang 27,3 ; Ware 16,7
Aux lancers-francs (au moins 1 tenté par match)
SIG (79,2%) : Walker et Slaughter 89% ; Travis 78 ; Howard 77,8 ; Lacombe et Ntilikina 75
ASVEL (79,7%) : Ware, Noua, Andersen 100% ; Nelson 90 ; Kahudi 86
Balles perdues
SIG (11,5) : Walker et Lacombe 1,75 ; Ntilikina 1,5 ; P. Sy, Slaughter et Jaiteh 1
ASVEL (12,25) : Nelson 2,25 ; Watkins et Jean-Charles 1,75 ; Kahudi et Ware 1,5
 

bracket_playoffs_v15.jpg
 
Articles liés: 
Toutes les actualités