Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
170724_louis_labeyrie.jpg
Actualités ​Louis Labeyrie : «je n’abandonne jamais»

​Louis Labeyrie : «je n’abandonne jamais»

De passage à Strasbourg le week-end dernier, Louis Labeyrie est venu en reconnaissance dans sa nouvelle ville en parallèle de son emménagement. Garçon très enjoué, loquace et sans langue de bois il a gentiment accepté, le temps d’une promenade avec ses chiens, de se confier, parler de lui, de basket, de l’équipe de France et du club pour mieux apprendre à le connaître…

Franklin Tellier : Comment vas-tu et comment se sont passées les Summer League ?
Louis Labeyrie : Je vais bien, très bien. Les Summer League se sont bien passées même si la fin était un peu décevante mais au final ce n’est pas grave. Je ne suis pas non plus déçu au point de me dire que je n’irai jamais en NBA…

F.T : Tu as donc décidé de rejoindre la SIG Strasbourg pour deux ans. Qu’est ce qui a guidé ton choix ?
L. L : Malgré les cinq finales perdues de suite, il est clair que la SIG est une des meilleures équipes. Cinq fois en finales de suite… Faut le faire quand même ! De plus, le jeu proposé par le coach est un basket qui me parle. Il sait recentrer les choses sur le basket pur, sur comment se joue le basket européen. C’est certain que cela a pesé dans mon choix de venir ici… Mais après, au-delà du basket, les Alsaciens, dont les Strasbourgeois, sont des gens très sympathiques et qui ont une très belle ville. Ça je ne le savais pas car j’ai toujours eu l’habitude de m’arrêter une nuit et repartir le lendemain mais j’ai constaté que les gens sont très sympas. Ça va me changer de Paris où les gens sont très sympas aussi … Mais avec un rythme rapide (rires).

F.T : Quel a été le vecteur principal de ta venue ?
L. L : J’ai des attentes dans ma carrière et je pense que le coach peut m’aider. J’ai regardé quel coach produit le plus grand nombre de joueurs qui au final ont un vrai niveau européen, qui ont aujourd’hui une vraie situation et une place qui compte dans le basket et c’est clair que c’est Vincent. Je me dis que s’il a réussi à faire de tous ces joueurs ce qu’ils sont aujourd’hui, pourquoi pas moi. Je veux me donner les moyens pour essayer de réussir.

F.T : Tu avais pour coéquipier Louis Campbell qui est l’ancien capitaine de la SIG Strasbourg. As-tu échangé avec lui à propos de ce choix de venir ici ?
L. L : Oui évidemment je lui ai demandé son avis. Louis c’est le capitaine, le père et tout ce que tu veux ! Tu peux lui demander son avis, il te répondra franchement sans pour autant tomber dans l’émotion. Je ne dis pas que c’est quelqu’un qui n’a pas d’émotion, bien au contraire ! Mais il fait partie des gens qui peuvent s’en détacher pour donner un avis objectif et dire les choses telles qu’elles sont et sans fioriture. Je savais que je pouvais compter sur lui pour avoir un avis juste dans mon choix…

F.T : Parlons de la saison à venir, qu’est-ce que tu penses pouvoir apporter à l’équipe ?
L. L : De l’intensité et de la combativité avant tout. Moi je n’abandonne jamais ! Peu importe la situation, même si rien ne va, on peut compter sur moi pour tout donner quand même…

F.T : Un mot sur l’effectif qui se construit ?
L. L : Il y a de gros objectifs, l’effectif sera en accord avec ça. A l’intérieur on est jeune, Chris Otule a trois saisons derrière lui, Darion Atkins deux, mais je pense que l’on a tous à cœur de prouver qu’on a notre place et surtout sur la scène européenne. Après, la ligne extérieure se dessine avec des joueurs référencés Euroleague ou Eurocup. Ils seront là pour nous guider en quelque sorte, pour nous montrer comment on gagne les gros matches et notamment en coupe d’Europe qui sont totalement différents que ceux en ProA.

F.T : Tu commences la préparation avec l’équipe de France, est-ce également un objectif fort ?
L. L : Lorsque l’on arrive sur ce type d’échelon, on est plus sur une sorte d’évaluation du joueur, sur ce qu’il représente pour l’équipe de France et ce que l’équipe de France représente pour lui plus qu’un objectif à proprement parler. L’équipe de France ce n’est pas une sorte de représentation pour être mieux exposé ou avoir ça sur son CV, la France c’est ta patrie ! J’ai un très grand respect à porter ce maillot de l’équipe de France et j’espère bien le rendre sur le terrain et montrer que la France est toujours une place forte dans le monde du basket.

F.T : Et sinon en dehors des terrains, tu es connu pour être quelqu’un qui aime la gastronomie et le bon vin. Tu vas être servi ici…
L.L : Oui oui j’aime bien manger mais je préviens tout de suite, j’aime bien très bien manger… avec ma femme (rires) ! Elle est végétarienne et c’est clair que la choucroute traditionnelle vegan ça ne court pas les rues. Mais il y a pas mal d’alternatives. J’ai déjà noté quelques bonnes adresses qu’on m’a conseillé d’essayer, je vais tester tout ça.

F.T : Quels sont tes autres passions ?
L.L : Je suis quelqu’un d’un peu « vieux jeu ». J’aime passer du temps avec ma femme. Je suis très français en fait ; j’aime lire, j’aime boire, j’aime manger, j’aime fumer le cigare … et promener mes chiens. Je n’ai pas de passion un peu farfelu (rires). Les gens apprendront à me connaître en même temps que j’apprendrai à les connaitre, même si j’ai déjà un très bon aperçu de la vie ici…

Vous souhaitez rejoindre la #SIGArmy et venir soutenir Louis la saison prochaine ?
Rendez vous sur notre billetterie en ligne -> ici
Articles liés: 
Toutes les actualités