Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sig_hyeres_toulon_david_logan.jpg
Actualités J7 ProA 2017/18_Nanterre - SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

​Basculer du bon côté

La SIG Strasbourg entame une semaine capitale à Nanterre ce lundi soir (20h45, en direct sur SFR Sport2), avant d’aller à Venise mercredi et de recevoir Gravelines samedi. Le moment de prendre le bon wagon, en ProA comme en Champions League. Mais ce ne sera pas une sinécure…

Elle l’a fait l’an dernier (73-78 à Maurice-Thorez au terme d’un match très serré) et elle rêve de le refaire… « Mais contre Nanterre, c’est toujours compliqué », admet Vincent Collet qui a encore en mémoire la jolie première mi-temps (32-22) du match retour suivie de l’avalanche des 20 dernières minutes (33-52) provoquant une défaite à domicile (65-74) ! Les saisons se suivent et le profil de Nanterre 92 reste constant malgré les changements de joueurs. « Ils tirent toujours près de 30 fois à trois points pendant un match, avec une belle réussite (NDLR : 10,6 sur 29,3), mais c’est à deux points qu’ils sont devenus très forts (NDLR : 62,2%, n°1 en ProA) en particulier à l’intérieur avec 15 réussites sur 22 tentatives. Il ne faut donc pas tout leur donner dans la raquette », poursuit l’entraîneur strasbourgeois. Conséquence immédiate de la surveillance accrue, par l’adversaire, de ses tentatives derrière l’arc, Nanterre trouve des solutions près du cercle dont Johan Passave-Ducteil et Alade Aminu profitent allégrement. « Alors que Lahaou Konaté qui fait un très bon début de saison leur donne de la percussion en plus. Sans oublier qu’ils savent aussi défendre… »
Des artificiers toujours efficaces
S’ils ont changé les artificiers, à part Schaffartzik et Invernizzi, restés fidèles au 9-2, les Nanterriens misent désormais sur Jamal Shuler, revenu au bercail, Nic Moore et Terran Petteway qui forment un quintette « où le danger peut venir de partout. Ils jouent avec beaucoup de rythme, se passent bien la balle pour créer les décalages dont ils se nourrissent ». Surtout, comme le souligne Collet, « contre eux, les matches ne sont jamais terminés… » La SIG s’en était aperçue l’an dernier, mais Cholet de façon plus douloureuse encore lors de la dernière journée de ProA. A 55-30 au repos, personne ne donnait plus guère de chance aux hommes de Donnadieu qui sont tout de même venus arracher la victoire dans les derniers instants… « Lors de notre seule défaite de la saison à l’extérieur, en 2015, nous avions mené de 14 points à la pause. Un petit relâchement à la reprise, et ils avaient retrouvé la confiance  et allumé des mèches de tous les côtés ». Au point de devenir intouchables ! La recette pour vaincre Nanterre, Collet la connaît donc. « Elle passe par une exigence individuelle très importante, autant que par des solutions collectives ».
La SIG Strasbourg est-elle déjà mûre pour ce genre de défi ? C’est en répondant à cette question qu’elle fera la preuve de ses progrès évidents au cours des dernières semaines. Pour la deuxième fois cette saison, elle a enchaîné deux victoires de rang, à chaque fois à domicile. Sans pouvoir confirmer lors du déplacement suivant. « Cette fois, c’est un match-charnière. Un succès nous permettrait de nous retrouver quatrième, ou pour le moins dans le peloton des cinquièmes. Mais une défaite nous reléguerait vers la 11e où la 12e place, ce qui ne serait pas rassurant. Surtout avec le programme qui nous attend », prévient Collet.
Après Gravelines qui vient de gagner trois matches de suite, prochain visiteur du Rhenus, il faudra se rendre à Monaco avant d’accueillir Villeurbanne. Tout cela en intercalant de copieux matches de Champions League à Venise, « le plus gros roster de notre poule », selon Collet, et contre AEK Athènes.
La démonstration des quinze premières minutes, mercredi contre Estudiantes Madrid, peut rassurer. D’autant que Miro Bilan a eu quelques séances supplémentaires pour s’intégrer et assimiler le jeu parfois sophistiqué des Strasbourgeois. A l’inverse, la deuxième mi-temps du match de BCL qui a vu les Madrilènes revenir comme des boulets, ou l’entorse de la cheville de Michael Dixon contractée vendredi, ménagé depuis lors, mais qui pourrait tout de même jouer à Nanterre, quoique diminué, résonnent comme autant de points d’interrogation. Aux Strasbourgeois de montrer où se niche la vérité du moment. Tout en sachant qu’elle va peut-être conditionner la suite de la saison…
Jean-Claude Frey