Basket
bandeau_pub_gauche_final2.jpg
bandeau_pub_droite_final2.jpg
SAISON 2018 / 2019
Abonnez-vous et rejoignez la #SIGARMY !
miro-bilan2.jpg
Actualités Miro Bilan : « J’ai conscience de l’attente qu’il y a ici »

Miro Bilan : « J’ai conscience de l’attente qu’il y a ici »

Arrivé tard vendredi soir en Alsace, Miro Bilan a répondu le week-end dernier aux tests médicaux obligatoires. Une fois le feu vert obtenu il a pu prendre part hier après-midi à son premier entraînement avec l’équipe. A la sortie de celui-ci il a gentiment accepté de répondre à quelques questions afin d’apprendre à mieux le connaître.

Franklin Tellier : Comment vas-tu et comment s’est passé ton premier entraînement avec l’équipe ?
Miro Bilan : Je vais bien. C’est un nouveau challenge car c’est la première fois que je vais jouer en dehors de mon pays. Je dois apprendre des habitudes de mes nouveaux coéquipiers. Je n’avais jamais été free agent avant cet été, tout est nouveau, mais je me suis préparé à basculer dans un nouveau challenge. Pour le moment, chaque jour est riche en rencontres de nouvelles personnes en dehors du terrain et je prends mes marques à l’entraînement et dans l’équipe.

F.T : Et pourquoi avoir choisi de signer ici ?
M.B : Le coach a vraiment montré un gros intérêt à me faire venir. J’ai analysé la situation et la première chose qui m’a semblée bonne pour moi c’est que j’allais travailler avec coach Collet. En Europe c’est un grand nom du coaching. Je me souviens de Strasbourg en Euroleague et de certains très gros matchs que le club a pu faire et forcément ça me parle. En plus, j’ai parlé avec des amis qui m’ont tous dit que du bien de la ville, du club et de l’évolution qu’il a eu.

F.T : Et justement alors, que connais-tu du club ?
M.B : Forcément la première chose que tout le monde sait c’est que le club a perdu les cinq dernières finales de championnat… Je suis désolé. En revanche je sais que le club a été champion en 2005 parce qu’un de mes anciens coéquipiers, Hrvoje Perinčić jouait dans cette équipe. Donc oui je connaissais déjà un peu le club avant de venir.

F.T : Que penses-tu de l’équipe ?
M.B : L’équipe semble bonne. Nous avons trois défaites en championnat mais ce n’est pas important pour le moment. Nous avons le temps d’ajuster tout ça pour être prêt en fin de saison. L’équipe va devoir s’ajuster avec ma venue et moi je vais devoir apprendre à jouer avec mes nouveaux coéquipiers. Mais quand je vois les noms qui composent cette équipe je sais que, plus le temps va passer et plus nous allons être performants. Ça ne fait aucun doute.

F.T : Un petit mot plus précisément sur tes nouveaux coéquipiers à l’intérieur…
M.B : Je les connais de nom mais c’est différent de jouer avec eux. J’ai déjà vu jouer Louis à la télévision et je connais le style de Darion. Avec Olivier en plus, nous allons devoir tous les quatre communiquer pour apprendre à connaître les points forts de chacun et apprendre à jouer dessus.

F.T : Comme tu le disais c’est ta première fois en dehors de la Croatie. Que connais-tu du championnat de France ?
M.B : J’ai joué plusieurs fois contre des clubs français en Eurocup et en Euroleague donc je vois quel style de joueurs jouent en ProA. Je sais que le jeu est rapide et qu’il y a beaucoup de joueurs hyper athlétiques. C’est très différent de la ligue Adriatique, j’en ai conscience. Mais le basket est le même sport partout. Je pense qu’il y a un temps d’adaptation quand tu arrives dans un nouveau club, un nouveau championnat, mais à la fin le sport est le même.

F.T : Un mot à propos de la Basketball Champions League. Quel regard portes-tu sur cette coupe ?
M.B : Pour moi c’est difficile de parler en détail de la BCL car je ne l’ai jamais jouée. Une fois que j’aurai fait quelques matches je pourrai en dire plus, mais une chose est sûre, il y a de bonnes équipes cette saison. Ce ne sera pas facile mais nous allons tout faire pour aller le plus loin possible.

F.T : Et justement ton premier match sera en BCL, au Rhenus, face à Madrid. Un match où il y aura déjà beaucoup d’attente de la part des fans. Comment gères-tu la pression ?
M.B : Forcément ce n’est pas facile de commencer contre une grosse équipe. Ce serait plus simple de débuter par un match plus facile. Je réalise à quel point ce match est important. Dès samedi quand je suis arrivé les fans qui sont venus me parler ont commencé à me parler de mon premier match et de la venue de Madrid. J’ai conscience de l’attente et même pour l’équipe et le coach. Ils sont à 2/0 et nous 1/1. C’est évident que la victoire, en plus à la maison, sera très importante. Mais je n’ai pas joué de match officiel depuis quelques mois. Je risque de faire quelques erreurs mais je donnerai tout quand je serai sur le terrain pour aider l’équipe à gagner.

F.T : Pour finir, quel genre de personne es-tu en dehors du terrain ?
M.B : Je suis attaché à la notion et aux valeurs de la famille. Je ne sors pas beaucoup et quand je le fais c’est pour aller au cinéma ou au théâtre avec ma femme. Je suis un grand fan de football. Je suis parfois plus le foot que le basket (rires). Quand j’ai signé ici j’ai directement regardé où jouait le club de foot de Strasbourg et j’ai noté les dates des matches contre Monaco et le PSG pour voir si je pourrai y aller. 

Articles liés: 
Toutes les actualités