Basket
vincent_1.jpg
nzeulie_1.jpg
BOUTIQUE EN LIGNE OFFICIELLE
SOLDES 2018: C'EST PARTI !
sig_chalons_reims_louis_labeyrie2.jpg
Actualités J3 ProA 2017/18_SIG Strasbourg - Châlons Reims Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Mission accomplie, avec la manière

Pour son premier match de la saison au Rhenus, la SIG Strasbourg n'a fait qu'une bouchée de vaillants Champenois (93-72), avec un trio d'intérieurs performant (50 points cumulés pour Labeyrie, Atkins et Otule). Mission accomplie, mais on attendra des adversaires plus huppés et quelques semaines de travail supplémentaires pour se faire une idée du potentiel de cette équipe.

La donne

Après un match manqué à Antibes et un succès plus convaincant à Levallois, la SIG Strasbourg se doit de réussir sa première à domicile. A condition d’y mettre les bons ingrédients : intensité et collectif en progrès.
Premier quart temps : de la fébrilité d’abord…
Si l’entame était strasbourgeoise, avec Logan à distance et Labeyrie de près (3-0, 5-4, 4e’), Châlons/Reims allait vite profiter des balbutiements de l’attaque strasbourgeoise qui avait du mal à se mettre en ordre de bataille et des manquements au rebond. Ulmer et surtout Bentil n’en demandaient pas tant : 5-10, 7-12 (6e’).
L’entrée d’Otule changeait la donne et avec Zack Wright à la baguette, la SIG passait un 12-0 bienvenu pour rassurer le Rhenus. A 19-12 (8e’), la fébrilité du début était oubliée même si les Champenois rectifiaient à 19-16 par Duport à la fin de la période. Évaluation : 23 à 18.
Deuxième quart temps : Labeyrie super star
Si le CCRB fit encore illusion jusqu’à 25-20 (13e’), le ballon circulait déjà mieux, côté alsacien, et les passes trouvaient leur destinataire. La défense montait d’un cran et avec un festival de Louis Labeyrie (15 points, 9 rebonds, 24 d’évaluation en 15 minutes), le public était conquis : 36-23, 43-25 (19e’). Le « chevelu » tricolore rejoignait le banc sous les ovations ! Seul point noir, les trois fautes d’Atkins mais le retard de Châlons/Reims était déjà conséquent au repos : 45-29. Évaluation : 41 à 7 (total : 64 à 25).
Troisième quart temps : l’adresse est champenoise
Après avoir géré pendant quelques minutes (49-33, 22e’) avec Otule tout en puissance, les hommes de Collet essuyaient trois paniers primés de suite, signés Hermannsson et Bentil (2). Largement suffisant pour provoquer un temps mort… Mais pas de quoi stopper l’étonnant Bentil qui en enquillait un quatrième (49-45, 25e’) ! Piqués au vif, les Strasbourgeois relançaient la mécanique, tout en vitesse cette fois, avec Dixon, Logan ou Sy, passant un 13-4 en peu de temps : 65-49 (29e’). Leloup permettait même à son équipe de remporter la période au buzzer : 70-51. Évaluation : 32 à 21 (96 à 46).
Quatrième quart temps : on gère les affaires courantes
La cause était entendue et la dernière période n’apportera plus grand chose. Les joueurs se faisaient plaisir dans un festival offensif, à l'image de Darion Atkins. Les défenses s’étaient relâchées, et les deux coaches partageaient le temps de jeu, ouvrant largement leurs bancs respectifs. Pour la SIG, la première à domicile était réussie. Face au Mans, lundi prochain, ce sera sans doute une autre paire de manches… Évaluation : 26 à 26 (total : 122 à 72).
L’homme du match : Louis Labeyrie
Avec 20 points à 9 sur 10, 12 rebonds, 4 passes et 34 d’évaluation en 29 minutes, l’ex-Parisien a crevé l’écran et séduit le Rhenus qui avaient déjà les yeux de Chimène pour la nouvelle recrue JFL de la SIG. Dans un deuxième quart temps de feu, il a plané sur le match et permis à son équipe de prendre le large. Il sera incontestablement la coqueluche du public.
Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – CHÂLONS/REIMS 93-72. Rhenus Sport. 4 847 spectateurs. Arbitres : MM. Difallah, Creton et G. Collin.
Les périodes : 19-16, 26-13 (mi-temps : 45-29), 25-22 (70-51), 23-21.
Articles liés: 
Toutes les actualités