Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
SAISON 2018 / 2019
rendez-vous dimanche 30 septembre pour le premier match au Rhenus
sig_asvel_darion_atkins.jpg
Actualités J10 ProA 2017/18_SIG Strasbourg - ASVEL Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Cette fois, ils sont bien là !

 

En démonstration par moments (+ 15 en première mi-temps, + 16 en seconde), la SIG Strasbourg a remporté un succès convaincant contre Villeurbanne, même si le score est plus étriqué (82-76) que ne l’aurait voulu le déroulement de la partie. Voilà les Strasbourgeois dans le peloton de tête.

La donne

Pour rejoindre le top 4, objectif minimum fixé par le club, la SIG Strasbourg se doit de battre l’ASVEL, privée de Kahudi et de Lang, qui la précède au classement, dans une confrontation qui cristallise la rivalité entre les deux plus gros budgets de la ProA qui en ont fait, en partie, l’histoire lors des dernières saisons. Pas étonnant que le Rhenus soit comble avec un tel enjeu.
Premier quart temps : grosses défenses
Pas étonnant que les défenses soient très actives dès l’entame. Chacun veut marquer son territoire et personne ne lâche le moindre pouce de terrain. La SIG trouve les premières ouvertures (6-2) et au bout de quatre minutes, J.D. Jackson change trois joueurs d’un coup. Mais c’est Logan qui marque à trois points après trois rebonds offensifs alsaciens et la vitesse de Wright fait le reste : 13-6 (7e’). De quoi prendre le premier temps mort pour les Villeurbannais. En 30 secondes, Nelson, oublié dans l’aile, et Slaughter après une interception, changent tout (13-12) avant que l’ex-Strasbourgeois ne lisse la marque, toujours derrière l’arc : 15-15 (9e’). Les derniers coups de reins seront strasbourgeois, signés Atkins et Bilan : 21-15. Évaluation : 27 à 13.
Deuxième quart temps : l’envolée avant… le coup d’arrêt
Les hommes de Collet ne s’arrêtent pas là et enchaînent un 14-0 à cheval sur les deux périodes : 29-15 après 12 minutes. Le Rhenus exulte… L’ASVEL, prise à la gorge, a craqué devant l’activité d’Atkins et de Wright. Mais quand les Villeurbannais donnent à nouveau signe de vie (31-19, 14e’), c’est Collet qui prend un temps mort. Pas de quoi stopper la folie des tirs à trois points adverses. Roberson (2), Noua (2) et encore Slaughter portent le total des « primés » à 8 pour 16 tentatives. Surtout, les pertes de balles alsaciennes (8 à la pause dont 5 dans la période) coûtent cher, expliquant en partie le douloureux 0-13 : 36-35 et 38-37 à la mi-temps. Labeyrie est à 0 point (0 sur 2) et 2 d’évaluation… Un maigre avantage compte tenu de la démonstration des 15 premières minutes. Évaluation : 19 à 28 (total : 46 à 41).
Troisième quart temps : Le réveil de Labeyrie
michael_dixon_mvp_asvel2.jpg

L’intérieur chevelu marquera les huit premiers points de son équipe à la reprise. Mais Slaughter continuait son festival et plaçait l’ASVEL en tête pour la première fois : 41-42 avant le 43-47 (24e’) qui obligeait Collet à recadrer sa troupe. En s’appuyant sur sa doublette intérieur Bilan/Labeyrie, la SIG passait alors un 9-0 auquel Wright apportait également son écot : 54-47 (27e’). Le Rhenus respirait, Sy collait aux basques de Slaughter et le grain de folie de Dixon faisait le reste en fin de période : 61-51. Évaluation : 29 à 12 (total : 75 à 53).

Quatrième quart temps : le show Dixon
Dixon s’était montré au meilleur moment, enfilant 12 points à la file pour son équipe, portant la marque à 68-56 (23e’), son premier « primé » succédant à trois pénétrations dont il a le secret et si meurtrières quand elles sont placées à bon escient. Quand Sy piquait à son tour à 6,75m, le plafond du Rhenus était tout près de tomber… Atkins ajoutait le sien, Dixon envoyait un flotteur (76-60, 36e’), mais Villeurbanne ne renonçait pas (76-65), à l'image de Slaughter (7 sur 9 à trois points). La SIG Strasbourg ne paniquait pas, cette fois, même si elle concédera encore un 0-8 pour finir, un peu par excès de gourmandise : 82-68 et 82-76. Évaluation : 24 à 32 (total : 99 à 85).
Le chiffre : 5
Comme le nombre de joueurs de la SIG à plus de 10 points et plus de 10 d’évaluation. 17 points à 7 sur 11 et 23 d’évaluation pour Dixon, 11 points à 5 sur 6 et 16 d’évaluation pour Wright, 13 points à 4 sur 6, 10 rebonds, 6 fautes provoquées et 19 d’évaluation pour Labeyrie, 15 points et 11 d’évaluation pour Logan, 9 points, 5 rebonds et 11 d’évaluation pour Atkins.
Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – LYON-VILLEURBANNE 82-76. Rhenus Sport. 6 133 spectateurs. Arbitres : MM. Bissang, Hosselet et Creton.
Les périodes : 21-15, 17-22 (mi-temps : 38-37), 23-14 (61-51), 21-25.