Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
SAISON 2018 / 2019
rendez-vous dimanche 30 septembre pour le premier match au Rhenus
sig_asvel_michael_dixon_vincent_collet.jpg
Actualités J10 ProA 2017/18_SIG Strasbourg - ASVEL Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Collet : « L’engagement défensif du début m’a fait plaisir »

 

Dominatrice sous le cercle (70% de réussite contre 39 à l’ASVEL qui s’est appuyée sur les tirs longue distance), la SIG Strasbourg a donc gravi quelques marches – elle est 3e au classement grâce à son quotient (1,07) derrière Le Mans et Monaco – en battant l’ASVEL dans un Rhenus comble (82-76). A la satisfaction de Vincent Collet et de son capitaine, Jérémy Leloup.

Si l’écart final reflétait mal la physionomie du match, Vincent Collet admettait que « l’adresse fait partie du jeu et il est clair que sans cette adresse, parfois diabolique, Villeurbanne n’aurait pas pu rester au contact. Il y avait de grands artistes et ça fait partie du jeu. Il faut parfois s’incliner devant le talent. Nous, on est replacés alors qu’avant le match de Gravelines, nous étions en appel. Et c’est ma principale satisfaction. On a redressé la barre au meilleur moment. Il faut s’appuyer sur ce qu’on produit. Gagner c’est une chose, mais parfois tu gagnes sans produire beaucoup de choses. Même si on eu un relâchement en première mi-temps, il y a aussi eu la classe de l’ASVEL. On a relâché l’étreinte quand on a mené 34-19. On était très présent défensivement, on amenait la balle où on voulait, près du cercle. Et derrière, ils ont fait une série de 3 sur 3. On est bien reparti en deuxième mi-temps en utilisant beaucoup Louis (Labeyrie) peu sollicité auparavant. Mais ils ont continué à envoyer à trois points avec un A. J. (Slaughter) des grands soirs qui avait à cœur de montrer qu’il connaissait bien la salle… »
Interrogé sur la performance de Dixon, le coach a avoué que « derrière le pilonnage intérieur du début de 3e quart temps, il a apporté de la variété offensive, de l’alternance, en utilisant à plein le pick’n’roll. Il a fait souffrir Roberson en drive en allant scorer dessous. On sait qu’il a  cette agressivité naturelle et à ce moment du match, il l’a plutôt bien canalisée. Contrairement à la première mi-temps, quand on a eu 15 points d’avance, il a de nouveau été gourmand deux ou trois fois ».
Place maintenant à la mini-trêve pour la plupart des acteurs, sauf pour le coach, qui prend le train pour Lille à 6h lundi matin avec Labeyrie, pour Bilan et Dixon. « On a un bon momentum depuis 15 jours et c’est presque dommage que cette trêve arrive. J’espère qu’on reprendra du même pied car l’engagement défensif du début m’a fait plaisir. Cela dit, certains, dont David Logan, ont bien besoin de ces quelques jours de repos… »
Pour Jéméry Leloup, « l’équipe est mieux parce qu’elle a su travailler sur les points faibles qui ont constitué un problème au début de saison. On savait qu’il fallait du temps pour que cela se mette en place. On n’est pas encore totalement en place mais il y a une nette progression. Ce qu’on a fait à Monaco, on l’a validé contre l’ASVEL et c’est bien. On est sur la bonne voie mais il faut continuer à être constant sur la totalité du match. C’est dommage de laisser revenir l’adversaire après avoir mené de 15 points. On a su se reconcentrer et bien redémarrer le 3e quart temps pour gagner le match ». Les raisons de cette progression ? « Tout le monde est plus impliqué des deux côtés du terrain alors qu’un moment on était plus sur l’attaque. Offensivement, on a les joueurs qu’il faut, mais si on ne défend pas, on le paie ».
John-David Jackson admettait que « gagner à Strasbourg pouvait constituer un joker. Vu le contexte, avec Charles Kahudi et Nicolas Lang en moins, on savait que ce serait compliqué physiquement. On n’a pas beaucoup de banc sur les postes extérieurs mais j’étais fier de l’engagement de ceux qui étaient sur le terrain. Certains joueurs ont fait un grand match mais il reste des choses à améliorer pour d’autres. Je vais retenir notre réaction, notre retour en première mi-temps et en fin de match et notre belle adresse à trois points. 14 paniers, normalement ça fait très mal, et on a aussi 19 passes, c’est pas mal. On a joué plus de 20 minutes avec trois petits et on a été bien dans ces périodes même si ce n’était pas facile aux rebonds ».
David Lighty, l’ailier US de l’ASVEL, admettait que « c’était un match difficile. Ils nous ont fait sortir de notre plan de jeu, ils nous ont empêché de jouer en attaque et ça a fait la différence. Il va falloir qu’on trouve pourquoi on est très différent entre les matches à domicile et à l’extérieur. C’est tôt dans la saison, il ne faut pas s’inquiéter. Difficile de tirer des conclusions définitives. Si on se concentre mieux, qu’on applique notre plan de jeu, on gagnera des matches à l’extérieur ».