Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sig_hyeres_toulon_olivier_cortale.jpg
Actualités J8 ProA 2017/18_SIG Strasbourg - Gravelines Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Défaite interdite

Battue à Nanterre et à Venise, la SIG Strasbourg a grillé deux cartouches en 48 heures. Face à Gravelines, ce samedi (20h) au Rhenus, il lui faudra vaincre impérativement. Tout en étant privée de Dixon…

La semaine qui devait relancer Strasbourg, en ProA comme en Champions League a commencé par… deux défaites. A Nanterre après une double prolongation, à Venise dans un contexte difficile et clairement contraire… « Pourtant, tout n’est pas à jeter », optimise Vincent Collet. Contre Gravelines, voilà pourtant les Strasbourgeois au pied du mur. « C’est le match à ne pas perdre », poursuit l’entraîneur, conscient que la pression sera maximale… « La défaite à Nanterre nous oblige à gagner avant d’aller à Monaco et de recevoir Villeurbanne, les deux meilleures équipes du championnat. Si les choses se passaient mal samedi, il y a une probabilité certaine que nous soyons à trois victoires après dix matches au moment de la trêve internationale… »
Gravelines relancée par le départ de Cooper
Un scénario qu’on imagine difficilement compte tenu des investissements de l’été, du statut du quintuple finaliste et des attentes des supporters. Alors, il faut clairement faire l’union sacrée pour venir à bout d’un BCM très mal parti (0 victoire en 4 matches) mais qui a spectaculairement redressé la barre en battant successivement Pau-Orthez, Chalon, le champion de France au Colisée, et Antibes qui avait très largement dominé la SIG il y a six semaines ! « Contre toute attente, le départ de D.J. Cooper (NDLR : le MVP de la saison dernière a quitté le Pas-de-Calais pour rejoindre Monaco) a fait l’effet d’un électrochoc. Il a fait revivre et rééquilibré l’équipe. Certains comme Terry Allen s’en sont trouvés libérés et avec l’arrivée de J.R. Reynolds, ils vont encore trouver des solutions », admet Collet.
Si les Gravelinois de Julien Mahé et… Lassi Tuovi, l’ancien assistant de Collet à la SIG, sont « assez peu productifs en attaque en ne marquant que 67,9 points (NDLR : le plus faible total en ProA), ils ont clairement monté leur niveau défensif (NDLR : 73,7 pts, le 5e total de la ProA, mais 65,3 points encaissés lors de leurs trois succès). Quentin Serron qui peut jouer tous les postes de 1 à 3, homme à tout faire de l’équipe, a décollé, Taylor Smith, meilleure évaluation de l’équipe, est efficace près du cercle, ils jouent ensemble et la balle bouge ». On peut ajouter à la liste l’ex-Nancéien Benjamin Sène à la mène, Jean-Michel Mipoka à l’aile, Buford en deuxième arrière et… Chris Otule qui vient d’arriver en provenance de Strasbourg ! « Comment va-t-il s’intégrer ? Ils vont probablement l’utiliser pour contrer Bilan dans le jeu de position », prévoit Collet.
Sans Dixon, avec Labeyrie et Beyhurst diminués
Tout cela impose le respect d’autant que les Strasbourgeois ne seront pas dans les meilleures disposition. Victime d’une entorse sterno-claviculaire après avoir reçu un coup à l’épaule à Venise, Michael Dixon ne jouera vraisemblablement pas. Quant à Labeyrie, également handicapé en BCL mercredi, il souffre d’un syndrome inflammatoire de la cheville consécutif à une entorse subie lors du dernier match de la saison dernière avec Paris-Levallois. Mis aux soins, sans entraînement, il devrait toutefois tenir sa place, tout comme Ludovic Beyhurst, excellent en l’absence de Dixon, qui souffre d’un hématome à l’avant-bras ! « On aura peut-être moins de créativité et Gravelines défendra dur sur Logan, qui pourra difficilement marquer davantage que ce qu’il fait déjà, poursuit Vincent Collet. J’attends que d’autres comme Jérémy Leloup ou Pape Sy qui a été convaincant à Venise, sortent du bois, apportent davantage. Enfin, il faudra qu’on apporte des solutions dans le jeu intérieur où Labeyrie et Atkins donnent tout de même 26 points par match, en moyenne, à eux deux ».
Le problème est posé. Il faudra de toute évidence un état d’esprit guerrier pour relancer la mécanique. A ce titre, Collet estime que « le point positif de la défaite à Venise, c’est l’élévation du niveau défensif de son équipe ». Le moment est venu de monter encore d’un cran…
Jean-Claude Frey