Basket
bandeau_pub_gauche_final2.jpg
bandeau_pub_droite_final2.jpg
SAISON 2018 / 2019
Abonnez-vous et rejoignez la #SIGARMY !
miro_bilan_sig_sgravelines.jpg
Actualités J8 ProA 2017/18_SIG Strasbourg - Gravelines Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Ils ont répondu présent

En laissant Gravelines à 50 points et 47 d’évaluation, la SIG Strasbourg a fait ce qu’il fallait pour remporter un match capital. La voilà relancée en championnat avant deux chocs à Monaco et contre Villeurbanne. L’attaque aussi, s’est montrée en progrès par séquences, malgré l’absence de Dixon.

La donne

Battue à Nanterre, la SIG est rentrée dans le rang. Gravelines (trois succès de suite) est revenue à sa hauteur. Autant dire que la confrontation est capitale. Pas question de céder une deuxième fois à domicile après le revers subi face au Mans… Malgré l’absence de Michael Dixon et les blessures handicapantes de Labeyrie et Beyhurst.
Premier quart temps : les défenses prennent le pas
Les Strasbourgeois commençaient par deux vilains air balls (Logan et Bilan) en attaque, mais la défense était très présente. Peu de points (5-4, 4e’) mais une vraie envie d’en découdre. Bilan avec deux « 2+1 » et un petit « hook » près du cercle, provoquait le premier break (13-4, 5e’) et un temps mort gravelinois après le 8-0. Pape Sy était vaillant comme à son habitude, se multipliant en défense et aux rebonds, face à son ancienne équipe, mais déjà, le BCM grignotait (15-11), profitant des hésitations de l’attaque alsacienne. Évaluation : 18 à 12.
Deuxième quart temps : du sérieux et de la patience
Si Collet avait fait confiance au même cinq pendant dix minutes, il lançait Leloup, Labeyrie et Cortale dès l’entame de la deuxième période. Cependant, en 7’50’’, son équipe dut se contenter de deux petits points. Une maladresse (1 sur 10 à trois points à la pause, notamment) qui faisait l’affaire des Maritimes, de retour à 17-15 (14e’). Labeyrie avait mis fin à la disette, Leloup transformait ses lancers (100% pour la SIG à la pause) avant d’ajouter un panier opportuniste : 21-15. Pas assez pour écarter les hommes de Julien Mahé qui grâce à Buford recollaient à 21-20 (16e’). Heureusement, en fin de mi-temps, la SIG était plus prolixe et par un 11-3, atteignait la pause avec un petit matelas (32-23) signé Labeyrie, Logan, le magicien, et Bilan. Beyhurst, quant à lui, avait bien compensé l’absence de Dixon. Évaluation : 22 à 10 (total : 40 à 22).
Troisième quart temps : Logan et Bilan creusent l’écart
Le troisième quart temps sera un modèle du genre. Une défense très présente, sur tout le terrain, pour empêcher l’adversaire de développer son jeu. Et une attaque collective, bougeant le ballon, alternant le jeu intérieur avec Bilan, le jeu extérieur (Logan) et les pénétrations (le même Logan). Les deux Strasbourgeois allaient marquer 16 points de rang pour leur équipe, avant l’apport d’Atkins (5) en fin de période. L’adresse (8 sur 13 dont 3 sur 6 à trois points en 7 minutes) était revenue, le collectif séduisant et Gravelines était dans les cordes : 53-32. Évaluation : 27 à 5 (total : 67 à 27).
Quatrième quart temps : un final spectaculaire
Le début de la dernière période ne restera pas dans les annales. Trois petits points seulement pour la SIG en six minutes. Mais Gravelines n’en profitait guère (56-40, 36e’). Le final sera plus spectaculaire, grâce à Labeyrie, Bilan et Sy. De quoi finir sur une bonne note avant un redoutable triptyque : AEK Athènes mardi au Rhenus, Monaco et Radom. Sans oublier la venue de Villeurbanne pour le prochain rendez-vous de ProA à domicile ! Évaluation : 25 à 20 (total : 92 à 47)
L’homme du match : Miro Bilan
On a vu le vrai Miro Bilan. Après un match prometteur contre Madrid, le grand Croate avait été en souffrance à Nanterre et à Venise. Avec 19 points (meilleur marqueur du match) à 7 sur 11 en 24 minutes, 7 rebonds, 3 passes et 6 fautes provoquées, 26 d’évaluation (la meilleure du match), il a noirci toutes les colonnes statistiques. Mais son impact a aussi effacé Otule, donné un point de fixation près du cercle et on retiendra, cerise sur le gâteau, sa passe à Labeyrie pour un joli « alley oop » en fin de match.
Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – BCM GRAVELINES 73-50. Rhenus Sport. 5 604 spectateurs. Arbitres : MM. Chambon, Antiphon et Foucault.
Les périodes : 15-11, 17-12 (mi-temps : 32-23), 21-9 (53-32), 20-18.
Articles liés: 
Toutes les actualités