Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
louis_labeyrie2.jpg
Actualités J10 ProA 2017/18_SIG Strasbourg - ASVEL Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​Question de suprématie

C’est une affiche très attendue en ProA. La SIG Strasbourg reçoit ce dimanche à 18h30 au Rhenus (en direct sur SFR Sport 2), l’équipe la plus titrée en France, Villeurbanne. Spectacle garanti.

Personne – et surtout pas les supporters strasbourgeois – n’a oublié la série épique des Finales 2016 ou encore l’épopée des demi-finales de la saison écoulée, toutes en cinq manches. En deux saisons, la SIG Strasbourg et l’ASVEL se sont affrontés à… 14 reprises pour un bilan de sept victoires chacune. Et, à chaque confrontation, ce qui est devenu désormais un authentique classique de ProA, les émotions ne manquent pas. Ajoutez-y les « échanges » de joueurs, voire d’entraîneur (Collet fut champion avec les Rhodaniens, Lacombe a été formé à Villeurbanne, plus récemment David Andersen et A. J. Slaughter ont fait le chemin inverse, alors que Justin Harper avait foulé le parquet du Rhenus lors du lock-out de 2011) et vous aurez une idée de l’impact sur les esprits de ce nouveau sommet.
Le public ne s’y est pas trompé, alléché aussi par les quatre succès consécutifs de ses favoris, et le Rhenus vivra son premier match à guichets fermés de la saison. Un soutien dont Vincent Collet se félicite. « On sera peut-être un peu entamé après le match à Monaco et la longueur du voyage en Pologne. Et on aura besoin de nos supporters pour surpasser la fatigue potentielle ». Mais il faudra évidemment être consistant sur le terrain, confirmer la montée progressive en régime à laquelle Miro Bilan, « qui a apporté de l’équilibre et davantage d’atouts offensifs » n’est pas étranger. Son duel avec le puissant Darryl Watkins vaudra à lui seul le déplacement.
« On devient gourmand… »
Même si le championnat n’en est qu’à sa 10e journée, la rencontre sera capitale. « Gagner nous ferait basculer dans le top 4,  continue le coach. A l’inverse, perdre abîmerait un peu la performance réussie à Monaco. J’avais souhaité que nous en remportions un des deux ». Mais en gagnant sur le Rocher, « on est devenu gourmand ».
Avant la trêve internationale, qui concernera, outre l’entraîneur et Louis Labeyrie, qui rejoindront les Bleus, Miro Bilan (Croatie) et Michael Dixon (Géorgie), un succès serait d’autant plus important.
Si Charles Kahudi, blessé, ne sera pas sur le terrain, il n’y a pas là de quoi rassurer Collet. « Avec lui, il fallait partager le temps de jeu. Sans lui, Slaughter, Lighty, Nelson et Roberson jouent plus. Et quand on connaît leur talent… » Il faudra de toute évidence une défense conquérante et une attaque lucide dans ce choc à fort enjeu. A ce titre, le coach a apprécié les  progrès de son équipe depuis l’électrochoc subi à Nanterre. « Une prise de conscience après un coup de gueule et une vidéo ‘’dure’’ sur les manquements défensifs ». De même Michael Dixon prend peu à peu la dimension du rôle que son coach entend lui faire jouer. La pédagogie est de mise en permanence et le meneur US a eu droit à une dernière piqûre de rappel à l’issue de l’entraînement de ce samedi. « On a besoin de ses qualités, mais pas de sa folie quand elle se déploie au détriment de l’équipe. On connaît sa capacité à scorer mais elle ne peut pas s’exprimer aux dépens de tout le reste. Il est notre deuxième meneur et doit apporter autre chose que Zack Wright et il l’a très bien fait à Monaco et à Radom ».
Tous les ingrédients sont réunis pour faire de l’affrontement entre les deux plus gros budgets de l’histoire de la ProA un choc de titans. En attendant… les playoffs !
Jean-Claude Frey