Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
flag_sig_strasbourg_et_son_histoire.jpg
Actualités Aires de jeu, air du temps…

Aires de jeu, air du temps…

Démarrée en 1929, la saga de la SIG est – aussi – marquée par des aires de jeu différentes qui ont évolué au fil du temps comme des témoins de leur époque et de l’évolution du basket. Retour sur ces théâtres d’intervention successifs de notre club…

La phase pionnière : en plein air. – Comme ailleurs, en ces temps-là, le basket s’est très longtemps pratiqué en plein – air, d’abord sur terre battue, puis sur un terrain goudronné. La Sportive d’Illkirch-Graffenstaden, version basket, est née et a grandi dans la cour du Cercle catholique. Dans les premières grandes heures, certains matches de championnat de France se disputèrent le dimanche matin, après la messe, devant 700 spectateurs retenus par une barrière. La SIG y a joué 30 ans durant, quelles que soient les intempéries, comme tous les clubs des villages en ce temps-là…(1)
La première salle – Les salles de sport étaient rares en Alsace à la fin des années 50. Mulhouse avec son Palais des Sports (1958) fut précurseur. Atteignant l’élite, « Graffenstaden » (son nom à l’époque dans les médias nationaux et sur la poitrine des maillots rouges des joueurs), trouva refuge auprès de l’AS Cheminots, au Hall Wilson, boulevard Wilson, près de la gare de Strasbourg. Cette salle, d’une capacité de quelques centaines de places, abrita les joutes contre les clubs de l’élite d’alors, l’Alsace de Bagnolet, le PUC ou Villeurbanne. Quelques matches se sont également déroulés au Hall 16 du Wacken, théâtre également de rencontres internationales.
Sa salle – Grand moment en 1962 avec la construction du hall de la SIG de la rue de Bussière à Illkirch, son hall en propre. Et des joutes homériques contre l’ASS , le Mulhouse BC ou Joeuf. Avec l’accession en Nationale 1 (actuelle pro A) en 1975, le hall (jusque-alors d’une capacité d’un millier de spectateurs) fut aménagé avec un terrain synthétique et des tribunes additionnelles derrière le panier à l’entrée et au - dessus des vestiaires. Suivit la construction du club-house René-Laugel (président entre 1932 et 1975), accolé en 1982 puis enfin le parquet dans les années 2000. C’est toujours là que se jouent (dans une configuration réduite) les rencontres de SIG Association dont celles des cadets du Centre de formation.
1974 : Mike Fink (à gauche) et Yves Wentzel au rebond face à Joeuf dans une salle de la SIG bondée.

Le Tivoli – Lorsqu’ en 1989 la SIG devint Strasbourg Illkirch Graffenstaden et donc SIG Strasbourg avec la création de la structure professionnelle avec l’appui de la Ville de Strasbourg, l’équipe pro migra au Tivoli, hall construit pour l’ASS, théâtre de derbies mémorables avant l’abandon du haut niveau par le club « doyen ». La salle fut reliftée avec un potentiel d’environ 1 500 places. Le hall du Tivoli a été démoli fin 2016 pour laisser la place au nouveau Maillon en cours de construction.
Rhenus, première version – Pour accompagner le développement du basket d’élite, la Ville de Strasbourg trouva une solution pour moduler au le Rhenus (grands événements culturels et sportifs) en salle de basket : trois tribunes toutes tubulaires, une configuration logistique un peu particulière pour 4 500 places, mais un certain charme et surtout les prémisses du futur. Premier match et première victoire à l’automne 1994, contre Cluj en Coupe d’Europe pour son retour parmi l’élite. S’y enchaînèrent neuf saisons de présence, toutes en pro A à l’exception de 1998-99, où le club fit un court retour dans l’antichambre assorti du titre en pro B.
Rhenus, deuxième version – A défaut de Palais des sports longtemps dans les cartons, la Ville de Strasbourg a capitalisé sur le site du Wacken en passant du Rhenus Nord au  Rhenus Sport juste à côté, construit en quelques mois en 2003. Un Tournoi de l’Equipe de France étrenna l’enceinte durant l’été de canicule avant la prise en mains par la SIG Strasbourg dirigée cette saison-là par Alain Weisz.
C’est la salle actuelle, dotée de 6 166 places, appréciée par les fans mais qui, compte tenu de l’évolution du club, a montré ses limites structurelles. D’où le projet, en cours de préparation, du Rhenus, troisième version, destiné à transformer ce site en Arena moderne. A suivre…
 
(1) Le hasard veut que le magazine Rhin Couleur Sud en vente actuellement est consacré au sport en Alsace. Notre ami Jean-Claude Frey y retrace, sur une dizaine de pages documentées, l’histoire du basket en Alsace dans un excellent dossier intitulé « A l’ombre des clochers et des cours d’école ». 

Articles liés: 
Toutes les actualités