Basket
merci_3_bandeau_site_.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
chalon_jeremy_leloup.jpg
Actualités J16 ProA 2017/18_Dijon - SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

Retrouver le sens de la marche

Après la cruelle déconvenue de Madrid, la SIG Strasbourg espère valider son billet pour la Leaders Cup à Dijon ce vendredi (20h30). Mais les Bourguignons abattent leur dernière carte pour le rendez-vous de février et ne sont jamais faciles à manœuvrer chez eux. Nouveau piège dressé devant la troupe de Collet…

A deux journées de la fin des matches aller, seuls Monaco, Le Mans et Limoges ont validé leur place à la Leaders Cup. Pour 12 autres équipes, il reste une chance ! Bien placée grâce à son quotient (1,08), Strasbourg serait mathématiquement du voyage à Disneyland en remportant une victoire lors des deux prochaines sorties. Alors, autant se débarrasser du problème à la première occasion. Même s’il peut y avoir quelques hics…
Le premier est consécutif à la débâcle de la semaine, subie dans la banlieue madrilène et qui a probablement entamé la confiance du groupe pour sa première sortie en 2018, avec un effectif à nouveau retouché par l’arrivée de Damien Inglis. « Le plus décevant, c’est qu’on sortait d’une semaine d’entraînement très intéressante au niveau de l’intensité », concède Collet. Et qu’il verrait bien son équipe mettre à profit ces séances bénéfiques en Bourgogne. « Ce qu’on a fait à Madrid n’est pas acceptable. Il faut se servir de cette déconvenue et avancer. Mais après le temps de la colère, il faut aussi savoir tourner la page, faire en sorte que la confiance revienne vite », poursuit le coach.
Depuis septembre, seul Monaco a gagné au Palais des Sports…
De toute évidence, l’équipe strasbourgeoise a besoin de stabilité pour progresser. Et les fluctuations dans l’effectif (départ d’Otule, arrivée de Bilan, départ de Dixon, remplacé par Bost, ajout d’Inglis) n’y ont pas aidé. « On a réagi à Madrid en deuxième mi-temps, mais c’était désordonné, précipité, en manque d’inspiration. Alors on se doit de réagir et de gagner à Dijon, ce qui serait une vraie performance cette saison… »
Les chiffres le confirment. Car le deuxième obstacle majeur à la performance réside dans la valeur de l’adversaire. Depuis le mois de septembre et le succès de Bourg-en-Bresse, seul Monaco est parvenu à s’imposer en Bourgogne… Le visage de l’équipe de Laurent Legname est d’ailleurs bien différent à domicile et à l’extérieur. « C’est rarement simple, Limoges, leur dernière victime, s’en est aperçu à ses dépens », lance encore Collet. Avec 84,6 points de moyenne sur son parquet, la JDA est agressive à souhait alors qu’elle ne marque que 72,9 points loin de ses bases. A l’image de son explosif meneur Rasheed Sulaimon (14,5 pts pour autant d’évaluation), bien aidé par l’ex-Manceau Ryan Pearson (13,3 pts), Rion Brown (11,6 pts), le sniper Valentin Bigote ou le longiligne Jacques Alingue (4,9 rebonds mais 70% de réussite aux tirs, n°1 en ProA devant… Louis Labeyrie), Dijon prend ses adversaires à la gorge. Ce que la SIG n’apprécie pas vraiment ! « Il va falloir faire un match plein, être à la hauteur. On a eu un test grandeur nature contre Estudiantes… Mais il faudra être meilleur face à ce type d’agressivité », termine Vincent Collet.
D’autant plus qu’avec 7 victoires et 8 défaites, les Dijonnais doivent impérativement gagner s’ils veulent dépasser une des trois équipes (Bourg, Gravelines et l’ASVEL) qui les précèdent d’un point. En s’appuyant sur deux matches consécutifs (la SIG puis Le Mans) à domicile. Mais avec un bilan d’une seule victoire lors des cinq dernières sorties, avec la mini-tempête interne provoquée par l’arrivée en retard de quatre jours, à la reprise début janvier, de Rion Brown, les Strasbourgeois peuvent trouver des raisons d’y croire. A condition bien évidemment, de montrer un tout autre visage que mercredi en Espagne…