Basket
bandeau_site_promo_livre.jpg
bandeau_site_promo_livre.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
miro_bilan_2asvel.jpg
Actualités Leaders cup 2018_quart_SIG Strasbourg-ASVEL Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Soudain, le trou noir…

La SIG Strasbourg n’a pas mis a profit l’excellent début et s’est délitée peu à peu quand Villeurbanne est montée en intensité défensive (70-77). Pour la deuxième année de suite, elle échoue dès son entrée en lice à la Leaders Cup. De plus, elle a perdu Logan, blessé au mollet. Grosse déception et fin de série après dix succès de rang. Il va falloir se remobiliser pour les échéances du printemps après la trêve internationale…

La donne

Pas gâtée par le tirage au sort, la SIG Strasbourg affronte Villeurbanne en quart de finale. Un choc dont le vainqueur rejoindra Monaco, bourreau de Bourg-en-Bresse (93-66), sur un écart record dans la compétition.
Premier quart temps : une entame idéale
Après deux minutes stériles de chaque côté, la SIG profite de son intensité défensive, sur la lancée de ses dernières sorties, pour étouffer l’ASVEL : 1-2 puis… 16-2 (6e’). Maladroits (1 sur 10 aux tirs), les hommes de Parker perdent aussi six ballons dans la période et ne trouvent pas de solutions. La belle agressivité offensive provoque cinq fautes (contre zéro). Watkins et Roberson, déjà sanctionnés à deux reprises, rejoignent le banc. Charles Kahudi secoue ses coéquipiers, mais cette fois, les premiers changements ne donnent pas le résultat escompté. Avec Inglis et Randolph, puis Pietrus, Strasbourg laisse l’ASVEL grignoter son retard : 16-9 puis 20-14. Évaluation : 25 à 14.
Deuxième mi-temps : le jeu s’équilibre
Sans adresse – les Strasbourgeois doivent se contenter de quatre lancers-francs en six minutes, à cheval sur les deux périodes – la SIG choisit de jouer près du cercle. Miro Bilan fait la démonstration de ses fondamentaux, Atkins se montre également, mais Kahudi et Watkins en font de même de l’autre côté. Si bien que le jeu et l’écart s’équilibrent : 25-21 (14e’), 31-28 (17e’) et 36-30 à la pause. Quand Bost puis Logan font ficelle au loin, Nelson et Kahudi en font de même de l’autre côté… Évaluation : 21 à 18 (total : 46 à 32).
Troisième quart temps : renversement de situation
La reprise sera marquée par la troisième faute de Kahudi, qui reste sur le parquet, puis par celle de Roberson, dont le compteur est toujours à zéro ! Dans la foulée, les deux hommes font passer le score à 40 partout avec un « 2+1 » du meneur de l’ASVEL ! Et quand, dans la foulée, Slaughter trouve (enfin) la distance à trois points, Collet arrête le match : 40-43 (25e’). Le troisième primé de suite des Villeurbannais, signé Harper (44-49) inquiète. D’autant plus que la SIG ne transforme qu’un lancer-franc sur cinq ! A 46-50, Collet envoie Ludovic Beyhurst pour freiner Slaughter qui prend feu. Deux stops de suite, une embellie d’Inglis en difficulté jusque là, et les Alsaciens retrouvent des couleurs : 51-50 (28e’). Villeurbanne réplique aussitôt (51-54) par Lang et Kaba, mais la SIG ne lâche rien (55-54) avant d’être coiffée : 55-56. Évaluation : 18 à 30 (total : 64 à  62).
Quatrième quart temps : Slaughter fait mal…
La SIG souffrait de plus en plus face à l’intensité défensive de l’ASVEL de plus en plus agressive. Slaughter et Roberson dominent, Logan, claqué au mollet, est cloué sur le banc et fait cruellement défaut : 55-59, 63-69 (36e’). Bilan puis Bost sonnent la révolte, Atkins prend des rebonds et la SIG revient à 70-71 à 2’34’’ du gong. Les balles perdues coûtent cher toutefois et Lighty au buzzer des 24 secondes, Slaughter avec un « 2+1 » décisif, mettent fin aux espoirs alsaciens. D’autant plus qu’Atkins est sanctionné pour… trois secondes dans la raquette, alors que Wright est « bâché » par Kahudi, héros du match.
A Disneyland, Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – LYON-VILLEURBANNE 70-77. Disney Events Arena. Arbitres : MM. Viator, Collin et Hosselet.
Les périodes : 20-14, 16-16 (mi-temps : 36-30), 19-26 (55-56), 15-21.