Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
zack_wright_nanterre.jpg
Actualités J23 Jeep ÉLITE 2017/18_SIG Strasbourg - Nanterre Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Nouvelles émotions en vue

Après l’extraordinaire péripétie européenne, le public du Rhenus vibrera à nouveau ce dimanche (18h30 en direct sur SFR Sport 2) avec un classique du championnat : SIG Strasbourg – Nanterre. Changement radical de style mais émotions garanties…

Les fans de la SIGArmy ne sont visiblement pas saturés. Après avoir tremblé, puis jubilé à la qualification en quarts de finale de la Basketball Champions League, au terme d’une soirée complètement folle, ils n’ont plus laissé aucune place libre dans un Rhenus à guichets fermés pour accueillir Nanterre. Depuis la finale 2013, les affrontements entre ces deux gros bras de la compétition ne manquent jamais de sel. Il suffit de se remémorer la double prolongation du match aller (102-100), l’égalisation au buzzer… d’Erik Murphy dans le temps réglementaire, le panier du milieu du terrain de Jamal Schuler pour arracher un second « over time ». Un épisode, fin octobre, que Vincent Collet a encore un peu en travers de la gorge. « Ce match, et celui de Bourg-en-Bresse, sont des vraies déceptions. Elles viennent essentiellement des cadeaux qu’on a fait à nos adversaires, car nous avions fait un beau match, mais on a manqué de rigueur dans les moments décisifs. On avait vraiment des choses à se reprocher ».
Collet : « Ils sont durs à défendre »
Au moment de retrouver les Nanterriens de Pascal Donnadieu, l’assistant de Collet en équipe de France, on se souviendra que lors des quatre dernières confrontations au Rhenus, Nanterre est sorti vainqueur à trois reprises ! Six succès en neuf matches de championnat depuis la finale remportée par surprise il y a cinq ans. De quoi imposer le respect.
Car Nanterre, qui fait si peur en raison des coups de folie fréquents de ses pistoleros (près de 29 tirs tentés derrière l'arc en moyenne !), est aussi « une équipe qui joue bien », concède Collet. « Ils utilisent beaucoup de surface de jeu et sont durs à défendre. L’arrivée récente de Kevin Jones ajoute une dimension supplémentaire et lorsque Hugo Invernizzi est aussi sur le terrain, ils peuvent être cinq capables de marquer à trois points à tout moment ».
C’est dire qu’il faudra une vigilance de tous les instants, savoir casser les timings et gérer au mieux la balle, car Nanterre adore se nourrir des balles perdues de l’adversaire pour sanctionner dans le jeu de transition dont elle raffole, portée par l’incroyable talent de Heiko Schaffartzik.
Et puis, il suffit de jeter un œil au classement pour mesurer l’importance de ce choc. Après le revers de Bourg à Pau, « Nanterre est le vrai chasseur du trio de tête. Si on s’imposait de trois points, on aurait quatre matches d’avance, autant dire que ça sentirait bon le top 3 », ajoute Vincent Collet. A l’inverse, un succès des Haut-Séquanais les rapprocherait à un point des Alsaciens avec l’avantage du panier average en prime. « De surcroît, ce n’est pas un lendemain de Coupe d’Europe comme les autres. Nous, on est content, on a accompli quelque chose de bien, eux sont frustrés et peuvent réagir ». Avec le talent et la furia qu’on leur connaît.
Il faudra une fois encore compter sur l’appui inconditionnel de la SIGArmy, au grand complet. Pas sûr toutefois que l’ambiance perturbe les Franciliens qui viennent de battre Villeurbanne devant plus de… 15 000 spectateurs !
J.C.F.
Articles liés: 
Toutes les actualités