Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
SAISON 2018 / 2019
rendez-vous dimanche 30 septembre pour le premier match au Rhenus
coupe_de_france_masculine_2018_finale_strasbourg_ig-boulazac_basket_dordogne-3.jpg
Actualités coupe de France 2018_Finale_Boulazac - SIG Strasbourg Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos

La Coupe de France dans la poche !

A la peine dans le premier quart temps, la SIG Strasbourg a peu à peu imposé sa puissance à Boulazac en finale de la Coupe de France : 82-62. Et dans le final, enfin libérés, les Strasbourgeois et un solide Logan (21 points) désigné MVP, pouvaient enfin savourer et partager le trophée avec les centaines de supporters qui avaient fait le voyage vers l’AccorHôtels Arena.

La donne

Pour la 4e finale de son histoire (1994, 1999, 2015 et 2018), la SIG Strasbourg, grand favori, va retrouver Boulazac, le Petit Poucet qui rêve d’un exploit. Les hommes de Collet devront hausser leur niveau de jeu par rapport à leurs dernières sorties sous peine de grosse désillusion…
Premier quart temps : La peur au ventre…
Claude Bergeaud avait opté pour un cinq inattendu avec Sanchez et Oniangue plutôt que Ubel et Diggs. Sous les yeux de Frank Ntilikina, Collet avait choisi pour un cinq des plus classiques. Mais si Bilan avait ouvert le score peu après l’entre-deux, deux flèches d’Anderson donnaient déjà le ton des intentions du BBD : 2-6 (3e’). Surtout, les Strasbourgeois jouaient la peur au ventre et à 11-15 (6e’), Collet opta pour un temps mort. Peu après, avec un déficit de 6 fautes à deux, et plus encore, de 10 lancers-francs tentés contre… un seul, la SIG se retrouva à -7 (13-20, 8e’), Boulazac ayant déjà inscrit 9 points derrière la ligne de réparation.
Cela dit, empruntés, timorés et hésitants, les Strasbourgeois bafouillaient leur basket (7 balles perdues dans le quart temps !) et les Périgourdins leur tenaient tête avec Salmon, Kerkhof et Drouault sur le parquet ! La première entrée de Flo Pietrus avait déjà montré un changement de ton et après dix minutes, la SIG Strasbourg restait dans le coup : 16-23. Évaluation : 14 à 26.
Deuxième quart temps : la défense fait la différence
Pietrus avait apporté de la dureté et Collet le laissait évidemment sur le plancher. La défense était plus performante et Boulazac souffrait à son tour face à la pression (6 balles perdues contre une seule dans la première période). Étouffés par Pietrus, Inglis, Bost et… Atkins, les joueurs de Bergeaud ne scoreront qu’après six minutes de jeu. Même si tout ne baignait pas encore en attaque, la SIG était revenu à 23 partout avec un alley-oop de Labeyrie avant de prendre les devants : 27-23 (16e’). Deux primés de Meacham et Oniangue maintenaient les « noirs » dans la partie (31-29, 18e’), mais à la mi-temps, l’emprise semblait enfin strasbourgeoise : 40-31. Évaluation : 36 à 2 (total : 50 à 28).
Troisième quart temps : du bon et du moins bon…
Logan, d’un primé, puis Bilan sous le cercle, relançaient la machine (45-33, 23e’). Un primé du milieu, bien après le « buzzer » des 24 secondes, accordé par les arbitres, redonna l’espoir au BBD. L’improbable Sanchez en ajoutait un deuxième et Anderson, muet depuis la 3e minute, s’offrait un « and one » : 45-42 après un 0-9 douloureux (24e’). Le temps mort de Collet relançait Logan (deux paniers derrière l’arc de suite) et Labeyrie alors que le nouvel apport défénsif de Pietrus était précieux : 55-42 (27e’). Dommage qu’au moment où la SIG pouvait définitivement enfoncer le clou, Diggs retrouvait des couleurs pour son équipe : 60-51. Évaluation : 19 à 20 (total : 71 à 48).
Quatrième quart temps : de l’abnégation avant la libÉration
Il fallait tenir jusqu’au bout. Pourtant, c’est Diggs, encore lui, qui tirait la première cartouche, à 6,75m de surcroît : 62-56. Si l’attaque manquait toujours de fluidité, la défense, à l’image du contre de Randolph, de quelques rebonds de Pietrus, affichait une belle détermination qui en disait long sur l’envie des Strasbourgeois de chercher ce trophée… Enfin libérés, ils passaient même un 10-0 à des joueurs au bout du rouleau : 82-62. Le retour de Dee Bost (10 passes) avait été important, alors que la SIG a aussi retrouvé Labeyrie (11 rebonds et 24 d'évaluation). Évaluation : 36 à 7 (total 107 à 55).
Avant la remise des médailles et du trophée, d’un petit signe de la main, Florent Pietrus invita ses coéquipiers à rejoindre leurs fans, massés dans les tribunes. Ils avaient contribué au succès. Mais pas autant, peut-être que l’inusable vétéran, belle pioche de cette fin de saison, MVP du cœur de cette finale.
A Paris, Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG STRASBOURG – BOULAZAC 82-62. AccorHôtels Arena. 13 215 spectateurs. Arbitres : MM. Collin, Bretagne et Bardera.
Les périodes : 16-23, 24-8 (mi-temps : 40-31), 20-20 (60-51), 22-11.