Basket
vincent_1.jpg
nzeulie_1.jpg
BOUTIQUE EN LIGNE OFFICIELLE
SOLDES 2018: C'EST PARTI !
david_logan_levallois.jpg
Actualités J27 Jeep ÉLITE 2017/18_SIG Strasbourg - Levallois Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

Se remettre la tête à l’endroit

Après la déception de la Champions League, retour aux réalités du championnat. Un succès de la SIG Strasbourg contre Levallois serait le meilleur remède aux maux nés de l’élimination contre Athènes. Mais le rendez-vous de ce samedi à 18h30 (en direct sur SFR Sport2) ne sera sans doute pas de tout repos.

Vincent Collet ne le cachait même pas : « C’est vrai, on a tous mal à la tête. On a pris un vrai coup de massue. Et ce n’est pas comme si on avait fait un mauvais match, bien au contraire. Mais l’AEK Athènes en a fait un très grand… »
Le club tout entier doit se remettre de cette cruelle fin d’aventure. On sait aujourd’hui que le vainqueur de ce quart hébergerait le Final Four de début mai. Et c’est donc dans la Maroussi Arena d’Athènes que l’AEK recevra Monaco, Murcie et Ludwigsbourg, surprenant vainqueur à Bayreuth après avoir cédé chez lui à l’aller.
Le coach de la SIG a revu le match et son impression première, « ces quelques détails, ces petites erreurs qui coûtent si cher », lui ont à nouveau sauté à la figure ! « Il faut en sortir vite et le meilleur moyen, c’est de gagner et de repartir de l’avant ». Après avoir décroché la première place, il s’agit de tout faire pour la conserver. Malgré le calendrier « coton » de la fin de saison, « l’objectif n°1 reste devant nous : le titre de champion. Quoi qu’en dise certains, la saison régulière a son importance et je préfère aborder les playoffs le plus haut possible ».
Garder le Rhenus imprenable (depuis le 7 octobre contre Le Mans, la SIG n’a plus perdu devant son public en championnat), voilà l’objectif. Pas évident contre une équipe de Levallois revigorée. « Nous avons la chance d’être échappés avec Le Mans et Monaco, Levallois est dans le gros peloton des neuf équipes à la lutte pour les places en playoffs. Ils étaient excellents au Mans, menant de 11 points avant d’encaisser un 12-0 à l’entame du dernier quart ».
Collet se méfie donc, et il a transmis ses préoccupations à ses joueurs : « Ils sont en progrès depuis le retour de Prepelic avec un profil d’équipe d’empêcheur de tourner en rond, comme la saison dernière, lorsqu’ils ont atteint les demi-finales en éliminant Nanterre. Ils ont de la valeur athlétique et de l’intelligence de jeu, incarnée en premier lieu par Boris Diaw ». Le technicien alsacien redoute d’ailleurs l’efficacité du duo Diaw-Prepelic, « mais aussi Travis Leslie qui a pris de l’épaisseur ou Ware qui tourne à 16 d’évaluation en 21 minutes. On est bien placé pour en parler puisqu’il avait fait 35 contre nous à l’aller ! » De vrais dangers, entourés par des « gamins qui tirent leur épingle du jeu ». Sans compter Petr Cornelie, qui a fait ses débuts au basket à… Strasbourg et qui a beaucoup apporté depuis son retour de blessure, ou le nouvel Américain, Jaron Johnson. La seule faiblesse que voit Collet, « c’est leur irrégularité ». Mais au fil des matches, « les jeunes prennent de l’expérience et se montrent davantage ».
Il manquera pourtant un maillon essentiel à Freddy Fauthoux. L’homme que tout le monde connaît à Strasbourg : Louis Campbell. « Il n’est peut-être plus le même joueur, il a moins d’impact mais il reste un leader et un joueur stabilisateur ».
La SIG Strasbourg espère tout de même qu’avec l’appui du Rhenus, elle franchira l’obstacle. « Il faut se servir de la frustration de mercredi, de ce sentiment de colère, et  faire payer à Levallois l’épisode malheureux de la BCL ». Le public ne demandera sûrement pas mieux !
J.C.F.