Basket
bandeau_site_promo_livre.jpg
bandeau_site_promo_livre.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
jeremy_nzeulie.jpg
Actualités Jérémy Nzeulie : "passer un nouveau palier"

Jérémy Nzeulie : "passer un nouveau palier"

Venu tester le nouveau parquet du Rhenus, Jérémy Nzeulie a commencé à prendre ses marques dans sa nouvelle salle. Très souriant et disponible, montrant ainsi que sa réputation n'est pas usurpée, il a gentiment accepté d'échanger, durant sa pause de midi, sur son passé, son présent et son futur. Morceaux choisis...

Franklin Tellier: "comment vas-tu et comment s'est passé l'été?"
Jérémy Nzeulie: Je vais bien. J'ai pu me reposer un peu et après j'ai joué avec la sélection du Cameroun pour les qualifs de la Coupe du Monde. Ça n'a pas été génial mais on va dire qu'on a fait le minimum syndical. Après ça j'ai encore pu me reposer, donc là j'arrive frais !

F.T: Raconte nous ta signature à Strasbourg...
J.N: Mon agent m'a dit qu'il y avait des contacts avec Strasbourg qui s'intéressait à moi. Rapidement j'ai eu Vincent au téléphone. Il m'a expliqué le projet et, de mon côté, je pensais que, dans la continuité de ma carrière, Strasbourg était un peu l'étape suivante. J'arrive dans un club qui est dans le top 3 en France depuis 5 ou 6 ans, donc je pense que c'est une belle avancée aussi pour moi. Et jouer avec Vincent, qui est un très grand tacticien et technicien, c'est bien. Je pense qu'il a beaucoup à m'apprendre. J'ai eu de très bonnes expériences avec Pascal Donnadieu et Jean-Denys Choulet et là je vais jouer pour un nouveau style de coaching. Je pense que ça peut être un vrai plus pour ma carrière !

F.T: C'est donc une sorte de défi pour toi de jouer pour Vincent Collet, c'est ça ce que tu veux dire ?
J.N: Si je veux passer au niveau supérieur, ça passe forcement par là. J'ai démontré ce que je pouvais faire dans un jeu un peu plus libre, mais maintenant j'ai conscience que je dois purifier mon basket. Pour y arriver, il faut que ce soit structuré pour que je devienne encore un peu plus rentable.

F.T: Plus globalement, qu'est ce que représente Strasbourg pour toi ?
J.N: J'ai eu de très bons échos sur la ville et sur le club. On m'a dit que le club était l'un des plus professionnels, si ce n'est le plus professionnel de France. On m'a toujours dit que les gens sont très accueillants ici et c'est ce que j'ai pu voir depuis que je suis arrivé. Après, on ne va pas se mentir, c'est clair que j'ai vécu des moments vraiment spéciaux ici sportivement, surtout en 2017. En 2013, on gagne un match ici mais la folie est venue après, à Nanterre. Mais j'espère que la spirale négative est terminée. En tout cas on va tout faire pour !

F.T: La saison dernière était vraiment difficile. Qu'est ce que ça t'a apporté comme expérience à toi qui n'avais jamais connu ça ?
J.N: C'était une expérience difficile. Je n'avais jamais connu la défaite à ce point. On était dans une situation de crise et j'avais l'impression d'être désarmé. A un moment j'ai touché le fond, mais c'est ce qui m'a permis de renaître de mes cendres! C'est comme ça que j'ai pu remobiliser tout le monde. Il ne fallait pas qu'on lâche. Personne ne voulait lâcher, ni moi, ni le coach, ni les joueurs. Il était hors de question d'abandonner en décembre. Ça m'a forgé un caractère et j'ai progressé dans mon rôle de leader. J'étais le capitaine et je me sentais encore plus impliqué dans ce qui arrivait. Beaucoup de gens, extérieurs au groupe, avaient abandonné pour nous très tôt. Mais moi je suis quelqu'un d'optimiste. C'est facile à dire une fois que la barre a été redressée. Mais je préfère me regarder dans le miroir et me dire que j'ai tout fait, tout donné. Si ça ne marche pas, c'est comme ça, mais au moins tu n'as pas abandonné. Aujourd'hui je vois ça comme une fierté qu'on ait pu sauver le club, même si ce n'était pas du tout l'objectif d'un champion en titre !

F.T: Revenons à la saison à venir. Tu en parlais un peu avant mais plus précisément quelles sont tes ambitions ?
J.N: Le but c'est d'aller le plus loin possible dans toutes les compétitions. Strasbourg est une équipe qui veut et qui va toujours très loin partout où elle s'engage. Il y a eu la finale d'Eurocup, la saison dernière le final 4 de BCL était très proche, en championnat tout le monde connaît l'histoire. C'est une équipe du Top 3. Moi, au minimum, je veux que l'on reste dans ces standards et qu'on puisse ramener le plus de titres possibles, car dans une carrière c'est ce qu'il y a de meilleur comme sensation. Et je dirais même d'autant plus pour cette ville sevrée de titres et qui n'attend que ça. Si on pouvait ramener le titre de champion de France voire européen...Voire même les deux en étant gourmand, ce serait magnifique (sourires) !

F.T: et plus personnellement ?
J.N: Ça peut se résumer facilement : passer un palier, purifier mon jeu et être le plus efficace possible.

F.T: Un petit mot pour les fans ?
J.N:  J'ai bien vu qu'en 5 ans le club a beaucoup changé. C'est devenu très difficile de gagner ici. Il y a une vraie ambiance. On sent que le public pousse et que c'est un public exigeant mais c'est normal ! Les fans ont faim, ils ont forcément été frustrés de ce qui s'est passé ces dernières années. Je les comprends totalement ! Le public met beaucoup d'énergie pour aider son équipe, on peut le voir à chaque match. Je pense qu'ils ont envie d'avoir cet aboutissement, de pouvoir dire "on est champion de...". C'est notre but à chacun ! Il faudra être uni pour y parvenir et je compte sur eux pour continuer à pousser l'équipe dans les moments difficiles comme dans les bons moments.

Articles liés: 
Toutes les actualités