Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
neptunas_vincent_collet.jpg
Actualités V. Collet: "il faut que mentalement, on soit des morts de faim!"

V. Collet: "il faut que mentalement, on soit des morts de faim!"

Après une pré-saison globalement positive du point de vue comptable avec neuf victoires pour une seule défaite, et à quelques encablures du début de la saison régulière 2018/19 de Jeep® ÉLITE, le coach de la SIG Strasbourg tire un premier bilan.

Personne ne sera surpris, Vincent Collet attache une importance somme toute relative aux neuf victoires obtenues. « Elles arrivent dans des conditions particulières qui n’ont rien à voir avec celles des matches de saison régulière. C’est très relatif, mais ça dégage une impression générale. C’est certain qu’il ne faut pas tout perdre sinon là, oui, il faut se poser des questions. Mais gagner tout ce n’est jamais une bonne nouvelle. Il ne faut pas se reposer derrière ». En effet depuis son retour cette semaine, Vincent Collet s’est plongé un peu plus en profondeur dans les matches joués, et en tire une analyse honnête : « ce qui est frappant en regardant ces matches c’est la somme des choses à corriger, insuffisantes. Mais c’est des deux côtés en général. Donc, parfois une victoire peut être aussi le résultat d’une équipe qui aura été un peu moins insuffisante que l’autre. Mais c’est normal, c’est de la préparation, les équipes sont encore dans le dur et les degrés de motivation sont variables. Mais finalement ce n’est pas ça qui est important ! Ce qui est important c’est comment tu t’es entraîné et comment tu as progressé ensemble. Et de ce point de vue là je suis plutôt satisfait ».

Tout le monde l’aura constaté ce groupe vit bien ensemble. Sourires et rires en déplacement, sorties extra-sportives tous ensemble, sérieux et dialogues sur le terrain. le coach remarque : « C’est un groupe qui travaille bien ensemble. Ils se sont bien construits, et rapidement ! C’est aussi ce qui explique nos bons résultats. Il y a une belle complémentarité. Cette équipe est bien hiérarchisée, nos leaders sont solides et autour on a des joueurs qui apportent de la complémentarité dans plein de domaines dont celui du tir et de l’énergie. Mais il manque la dernière pièce du puzzle, ce 4 shooteur, qui équilibrera véritablement l’équipe ». A ce sujet le coach, enclin à lâcher quelques infos, confie : « on a eu quelques pistes chaudes, mais à chaque fois ça c’est fini par un non. On a toujours un joueur en ligne de mire mais pour l’instant il n’y a rien de fait. On ne veut pas faire un choix par défaut. On veut quelqu’un d’impact et référencé pour que notre équipe donne sa pleine mesure ». Mais pour l’instant nos joueurs sont là où on les attend. « Ali Traoré a fait du Traoré en marquant 11 points à 62% en 19 minutes, ce n’est pas donné à tout le monde. Quentin Serron même en ne jouant que cinq matches en a bien profité pour se montrer, tout comme Nicolas Lang et Jérémy Nzeulie. Le fait que nos deux américains soient altruistes ça sert. Neuf passes à eux deux c’est plutôt intéressant ». 

Ali Traoré a montré, une nouvele fois, en pré-saison son efficacité

Maintenant, tous bons résultats obtenus jusqu'à maintenant ne permettent pas de tirer quelque conclusion que ce soit. Mais ça le coach le sait et va même plus loin : « on n’est jamais prêt au 1er match de la saison : aucune équipe. Là il faut juste que l’on soit prêt à gagner contre Cholet, et pour être prêt il faut mettre derrière nous les sept dernières victoires consécutives. L’aspect le plus important c’est le mental. On sait que l’on peut ne pas être totalement en place au niveau du jeu, mais Cholet non plus, mais il faut que mentalement on soit des morts de faim » ! Depuis son retour coach Collet insiste beaucoup auprès de ses joueurs sur cet aspect. Il les a bien évidemment félicité pour le travail accompli, Nebojsa Bogavac et Lauriane Dolt inclus « parce que c’est bien ce qu’ils ont fait tous ensemble. Mais maintenant c’est fini ! Il faut être prêt pour la bataille de Cholet samedi ».

Nous l’aurons compris à l’issue de cette présaison ce sont d’abord les ressources mentales auxquelles il faut faire appel. Et pour aller à la guerre Vincent Collet peut s’appuyer sur un staff élargi d’un élément avec le retour de Lassi Tuovi. Cela a forcément amené à une nouvelle répartition des rôles, Lauriane Dolt est toujours en charge de la vidéo mais elle sera épaulée de Lassi. Vincent Collet précise : « Lauriane va s’occuper du championnat et Lassi de l’Europe. Lassi a une mission de scouting en plus donc il y a une forme de logique qu’en scoutant nos adversaires européens il va aussi approfondir les autres championnats. Trumo est dédié de façon spécifique au développement individuel, comme il le fait avec Youss depuis son arrivée, avant et après chaque séance ».

Et ce travail ne sera pas superflu à la vue des forces en présence cette saison en Jeep® ÉLITE. Chaque année le championnat est de plus en plus homogène et ça Vincent Collet ne peut que le constater aussi : « la tendance générale est à l’amélioration. Sur le papier pas mal d’équipes se sont vraiment renforcées. Pour moi il y a une équipe vraiment hors norme c’est l’ASVEL. C’est logique par rapport aux moyens qu’ils ont, et Monaco est aussi très armé avec un très bon coach. Il y a deux très bonnes équipes, mais surtout ce qui me marque c’est l’amélioration des autres, le deuxième chapeau est dense. Le Mans a encore une bonne équipe, Limoges est clairement meilleur, Paris également me semble vraiment très bien, Dijon est très solide tout comme Nanterre, Chalon, Gravelines et Bourg seront là et je pense que Chalons-Reims pourrait être une belle surprise avec trois joueurs de top niveau. Il y a selon moi plus d’équipes qui vont se battre pour les playoffs ».

Mais la préparation a montré quelques belles promesses, il faut être réaliste et objectif, néanmoins pour les valider « il faut continuer à travailler et trouver le joueur idoine pour renforcer le groupe qui le mérite ». La saison est encore longue et rien n’est acquis, et à l’aube du nouvel exercice toute ambition excessive serait sans doute malvenue. Mais légitimement le coach estime que le top 4 reste encore l’objectif avant de parler des potentiels et encore très lointains Playoffs : « je pense que l’on peut se battre avec les équipes citées car même si je considère que L’ASVEL et Monaco sont supérieurs pour le moment, on a notre mot à dire par rapport aux autres ». La saison est longue et dès demain tout le monde fera la bascule vers Cholet, mais en attendant les SIGmen étrennent leur nouveau (beau) parquet avec sérénité, ambition et humilité.

F.T.