Basket
bandeau_site_promo_livre.jpg
bandeau_site_promo_livre.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
patras_mike_green.jpg
Actualités BCL18/19 - #5: SIG Strasbourg-Promitheas Présentation Résumé Statistiques Interviews Photos Vidéos

​Patras ‘‘grecquifié’’ !

Incroyable victoire de la SIG Strasbourg face à Patras dans une ambiance de folie. En bouclant le match d’un 20 à 5 en 3’, les SIGmen ont balayé les espoirs de Grecs pourtant dominateurs une grande partie de la rencontre. Cardiaques s’abstenir !

patch_film_du_match.jpg

La défense strasbourgeoise montrait de très belles choses en début de rencontre. Actifs et appliqués, les SIGmen poussaient les visiteurs au bout des 24 secondes sur leurs deux premières possessions et provoquaient deux pertes de balles sur les deux suivantes. La SIG Strasbourg imposait son jeu mais le score tardait à décoller malgré tout : 5-0, 3’30. Mais, fidèles à leur réputation, les Grecs ne lâchaient pas et sortaient la carte de l’hyper agressivité. Les Alsaciens ne se laissaient absolument pas impressionner et passaient un 8-0 en 1’ pour y répondre : 13-4, 5’30. Mais Patras faisait du donnant-donnant en plantant à son tour un 8-0 pour rééquilibrer les débats après 8’ (13-12). Et comme Rion Brown se rappelait au bon souvenir de la France en enquillant les triples (3/3 dans la quart), Promitheas prenait les commandes en transformant ce 8-0 en 12-0 (13-16, 9’). Heureusement Lang et Nzeulie sonnaient l’alarme et Strasbourg virait en tête après 10’ : 17-16 (éval 19-11).
Et Nicolas Lang fraîchement entré en jeu enflammait le Rhenus d’un triple et surtout montrait l’exemple en permettant à Strasbourg de scorer un coquet 13 à 2 à cheval sur les deux quarts : 26-18, 12’. Mais le plus chaud dans le Rhenus était sans conteste le coach grec qui se voyait même écoper d’une faute technique pour toute cette « débauche » d’énergie et d’agressivité envers les arbitres. Ce qui avait le don de réveiller ses hommes, mais qu’importe, Strasbourg faisait la course en tête : 28-24, 15’. Mais plus pour très longtemps car les visiteurs passaient la surmultiplié en plantant un 10 à 0 en 2’30 qui faisait très mal (28-34, 18’). Et c’est même un vilain clash qui se transformait même en 16 à 1 pour Patras lors des cinq dernières minutes pour rejoindre les vestiaires en tête de 12pts. L’évaluation de la période parlait d’elle-même. Avec un 39 à 3 pour les visiteurs c’est logiquement que le score à la pause était de 29-41, 20’ (éval 22-49).
La tension était de plus en plus grande sur le terrain et les esprits s’échauffaient même un peu, ajoutant au brulant de ce match. Strasbourg revenait à 10pts (37-47, 23’) mais Rion Brown en faisait des tonnes en provocations, se mettant la salle à dos. Mais qu’importe, il plantait sous les sifflets pour maintenir son équipe en tête : 37-50, 24’. Tout était dur pour Strasbourg. Le public poussait son équipe mais, le temps passant, l’écart ne se réduisait pas beaucoup (44-53, 26’30). Pire même, Patras était à son aise sur le parquet du Rhenus et assurait en attaque malgré un arrosage massif à trois points et à 2’ du terme, les blancs prenaient 14pts d’avance : 44-58, 28’. Mais Ali et Jérémy insufflaient un second souffle à Strasbourg qui finissait bien mieux pour recoller à 8pts. 51-59, 30’ (éval 48-67).
Rien d’insurmontable surtout que Nico Lang sortait de sa boîte mais Kaselakis et (encore et toujours) Brown calmaient tout ça d’un 8-0 en 1’10 : 57-69, 32’30. Le jeu devenait extrêmement viril, très limite même. Ludo Beyhurst donnait une énergie folle en défense et c’est lui aussi qui, sur deux lancers, rapprochait les SIGmen encore à 3’30 du buzzer : 67-73, 36’30. Ludo qui sortait au profit de Mike Green qui directement plantait un triple et provoquait une faute offensive avant d’offrir un caviar à Nzeulie à zéro degré qui embrasait littéralement le Rhenus avant de prendre les clefs du camion pour égaliser dans le trafic à 2’ du buzzer : 75-75, 38’. Incroyable Mike ! Mardy Collins donnait l’avantage d’un shoot ave maria improbable ponctuant un 14-2 magnifique. Mais Gkikas stoppait l’hémorragie pour reprendre la tête cinq secondes plus tard. Mais big Ali ne se laissait pas démonter. Il mettait deux lancers avant de contrer autoritairement Lypovyy contre la planche avant que l’homme du dernier quart, Mike Green, n’inscrive son 3ème panier en 3’ pour mener 81-78 à 38 secondes du terme. L’hystérie collective gagnait les tribunes car au final ce sont bien les strasbourgeois qui ‘grecquifiaient’ Patras en finissant le match sur un sublime 20 à 5 en 4’ : MAGNIFIQUE ! Score final : 83-78 (éval 91-83).
Une victoire qui fait un grand bien et qui permet à Strasbourg d’afficher 4 victoires en 5 matches de BCL et de revenir à hauteur de l’adversaire du soir. Prochain adversaire les Italiens de Bologne, seul leader de la poule, pour un match en Italie qui sera loin d'être une sinécure...

F.T.
patch_sigman_du_match.jpg
patch_green_bcl.jpg

Détonateur de la SIG Strasbourg dans le dernier quart, Mike Green a climatisé l’ardeur des joueurs de Patras en portant son équipe dans les moments les plus chauds. Lui qui n’avait pas marqué un tir jusque-là, a pris littéralement feu en inscrivant 9pts, distillant deux passes, provoquant 3 fautes et en verrouillant 2 rebonds en 3’. Pierre angulaire de l’incroyable 20 à 5 des SIGmen pour remporter ce match de manière incroyable, Mike a montré que malgré sa totale « transparence » durant 37’, il pouvait répondre présent dans le money time.

MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS !