Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY

Épisode 16 : Tremmel Darden

Cette semaine le flash-back de ce 16ème épisode nous conduit à une époque beaucoup plus récente que les précédents. En effet, nous remontons à la saison 2009/10 pour prendre des nouvelles de l’un de ces joueurs qui noircissait la ligne de stats, mais qui faisait toujours passer le profit de l’équipe avant le sien : Tremmel Darden.

Tremmel Darden et alexis ajinca
Tremmel Darden (face à Alexis Ajinça) est revenu au Rhenus avec le Real Madrid.

Lorsque le 31 juillet 2009 la SIG a officialisé sa venue, peu de monde le connaissait. Comparé dans son engagement à l’époque à… Tony Dobbins, il annonçait clairement ne pas s’économiser sur un terrain. Fred Sarre, coach de l’équipe, disait de lui « Il court, il saute, il défend, il drive, en un mot, il envoie ! » Il faut dire qu’il avait quand même quelques références. Après un cursus universitaire solide à Niagara, il a débuté en Turquie avant de ‘‘mettre le nez à la fenêtre’’ en Belgique avec Leuwen et surtout Charleroi avec qui il sera champion en 2008 et fera quelques cartons en ULEB Cup. Exilé à Melbourne en 2008/09, il y finira champion au côté d’un jeune, encore inconnu, un certain Joe Ingles. La saison suivante à la SIG ne fut hélas pas aussi belle pour le couteau suisse Tremmel. Une élimination précoce en Eurochallenge face aux modestes Hollandais de Den-Bosch et une longue descente aux enfers en ProA vit la SIG finir avec seulement 10 victoires. Malgré tout, Tremmel avait toujours essayé de donner le meilleur de lui-même et finit la saison avec 13 points, 5,7 rebonds et 15 d’évaluation. All Star avec la SIG, il signait l’année suivante avec Nancy avec qui il sera champion avant de s’envoler vers des destinations plus ambitieuses : Malaga, Kaunas, le Real Madrid et la saison passée l’Olympiacos. Finaliste malheureux des deux dernières Euroleague, il côtoie aujourd’hui les grands noms du basket européen. Profitant de ses vacances, il a gentiment accepté de répondre à quelques questions…

Franklin Tellier : Tu viens de finir ta saison avec Olympiacos ; des pistes pour le futur ?

Tremmel Darden : Il est un peu tôt pour en parler vraiment. Quoi qu’il en soit, je souhaite jouer pour une équipe qui participera à l'Euroleague c’est certain. Une équipe compétitive où j’aurai l’espoir d’apporter quelque chose et que je peux aider à atteindre ses objectifs.

F.T : Depuis 2008, tu as gagné chaque année au moins un trophée, sauf en 2010 à la SIG. Est-ce un regret pour toi ?

T.D : Non, je n’ai aucun regret à ce niveau. Chaque expérience est bénéfique et mon année à Strasbourg m’a permis d’apprendre et de grandir comme joueur en suivant le chemin que Dieu avait tracé pour moi. Je pense que tout ce que nous faisons nous permet de nous améliorer pour devenir un meilleur homme sur terre. En tout cas c’est mon objectif. Et cette saison à la SIG m’a rendu meilleur à tous les niveaux, même si je n’ai pas gagné de trophée.

F.T : Pourquoi en 2009 avoir choisi de signer à Strasbourg ?

Tremmel Darden et Axel toupane
Bon défenseur (en opposition à Toupane), Darden n'a laissé que des bons souvenirs à la SIG.

T.D : La saison précédente je jouais en Australie. C’était un excellent endroit pour poursuivre ma carrière après trois ans en Belgique. Mais revenir en Europe, jouer en France, à Strasbourg, me permettait alors de faire un pas en avant dans ma carrière. Je n’ai pas hésité à venir et je garde bons souvenirs de Strasbourg. C’était enrichissant de jouer dans cette équipe même si les résultats n’ont pas été à la hauteur de nos espérances. Et mon deuxième fils est né à Strasbourg. Rien que pour cela je ne peux pas oublier cette ville…

F.T : Est-ce qu’un match, ou un moment en particulier, t’a marqué lorsque tu jouais à la SIG ?

T.D : Un match, je ne sais pas, c’est difficile à dire... En revanche, ce que je retiens c’est d’avoir eu la chance de jouer avec une légende du basket français, Alain Digbeu. En un an, j’ai eu la chance d'apprendre beaucoup de lui afin de faire de moi un meilleur basketteur.

F.T : Comme tu l’as dit, les résultats de la saison n’ont pas été bons. Pourtant, l’équipe était constituée de bons joueurs. Comment l’expliques-tu ?

T.D : C’est difficile à expliquer. Sur le papier nous avions une équipe très talentueuse, avec de bons gars, je suis complètement d’accord. Mais pour une raison qui m’échappe nous n’arrivions pas à jouer correctement ensemble. Je ne suis pas sûr de ce qui nous est arrivé. Nous avions tout pour ramener plus de victoires mais l’alchimie que nous avons essayé de développer sur le terrain, n’a jamais fonctionné comme nous le voulions.

F.T : Es-tu malgré tout toujours en contact avec certains de tes anciens coéquipiers ?

T.D : Oui complètement ! Je parle encore avec beaucoup de gars de l’équipe. J’en croise encore certains sur le terrain et c’est toujours sympa de se revoir. Pour ceux qui sont plus éloignés, il y a internet. Cette équipe était constituée de bons gars.

F.T : Après la SIG, tu es devenu champion avec Nancy. Que se soit à Strasbourg ou à Nancy, on peut encore voir quelquefois des fans des deux équipes porter ton maillot en tribune. Cela doit forcement te toucher, non ?

Tremmel Darden0003
Tremmel Darden avec le maillot de la SIG.

T.D : Waouh !! Je suis flatté et honoré de savoir que les fans des deux équipes continuent à me soutenir et me montrer de l'amour. Que ce soit à Strasbourg ou à Nancy, je remercie Dieu de m’avoir donné la chance de jouer devant les deux publics. J’ai apprécié échanger avec les fans et je me suis toujours donné à fond sur le terrain. C’est toujours agréable de savoir que ce que j’ai fait a eu un impact positif sur les fans.

F.T : Nous t’avons revu il y a deux ans au Rhenus avec le Real Madrid. Tu avais été vraiment beaucoup applaudi. Est-ce que ce match était particulier pour toi ?

T.D : Bien sûr, il était très spécial pour moi. Il y avait beaucoup d’émotion car, comme je te l’ai dis avant, Strasbourg a une certaine importance pour moi, pour des raisons personnelles. Donc évidemment c’était super de revenir au Rhenus et jouer devant les fans à nouveau.

F.T : As-tu continué à suivre la SIG depuis ton départ? Quelle est ton opinion sur le club maintenant ?

T.D : Lorsque j’ai le temps, je regarde les résultats de la SIG et d’autant plus ces dernières années. Lorsque je suis venu je savais que le club avait de l’ambition, qu’il voulait se construire et faire quelque chose de fort ici. En voyant les résultats récents on peut dire que les dirigeants ont réussi. Je voudrais féliciter la SIG pour ses récents succès. C’est vraiment bien de voir que la vision et le travail du club payent et aboutissent. Ce qui me semble intéressant, si l’on regarde les quatre dernières saisons, c’est que le club devient de plus en plus fort ! Et ça, c’est très important dans le processus de durabilité et de stabilité nécessaire pour construire un grand club.

F.T : As-tu encore des contacts avec des gens à Strasbourg et souhaites-tu passer un message aux fans ?

T.D : Je suis toujours en contact avec les parrains de mon deuxième fils qui vivent à Strasbourg. Mais ma femme et moi devrions prendre plus souvent encore de leurs nouvelles. Plus globalement, je remercie tout le monde pour son soutien constant envers ma famille et moi. Nous avons beaucoup de bons et importants souvenirs de Strasbourg. J’y ai apprécié mon année. Encore une fois, félicitations pour le succès de votre équipe. Continuez à la soutenir et nous soutenir ma famille et moi ! Merci pour tout.

Interview réalisée par Franklin Tellier