Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
Sig-Chalon_221144-194
Actualités DRIBBLES ET REBONDS : Une leçon de basket

DRIBBLES ET REBONDS : Une leçon de basket

fb_618438701505774

 

Pas un seul des 6055 spectateurs du Rhenus n’est reparti déçu de sa soirée, hier. Sauf peut-être, s’il était supporteur de… Chalon ! Au-delà du résultat brut obtenu face au champion sortant (80-65), de la dixième victoire de rang en ProA, qui a conforté la SIG dans l’inséparable duo de tête qu’elle forme avec Gravelines, c’est la manière qui a séduit.

 

Après un début « musclé », les hommes de Beugnot cherchant l’intimidation physique, après quelques réglages pour péché « d’impatience » en attaque, la SIG a déroulé, étouffé son adversaire, ne lui laissant plus aucune chance, même lorsqu’il a retrouvé un peu d’adresse pour faire illusion à la fin du troisième et au début du quatrième quart.

Gregor Beugnot avait beau focaliser sur l’attitude de ses joueurs, qui « font n’importe quoi dès qu’un grain de sable se glisse dans la machine », estimant que « c’est à son groupe de savoir s’il veut avoir un projet et donc un avenir commun », l’entraîneur chalonnais, beau joueur, reconnaissait la supériorité des Strasbourgeois. « On joue souvent les mêmes adversaires peu après eux et on les voit donc souvent en vidéo. On les a vu monter, solidaires, hiérarchisés, sans jamais douter. Tout ce que nous étions… la saison dernière. Ils sont désormais très dangereux ».

fb_6184384615057981

La griffe de Vincent Collet

Ce style de jeu léché, ce basket collectif qui fait l’admiration, beau à voir et surtout efficace, illustré par les 27 ( !) passes décisives réussies lundi soir (20 pour R. Greer et Campbell contre 13 pour l’équipe de Chalon…), c’est la griffe de Vincent Collet. Le discours passe, les joueurs adhèrent. Intensité, dureté et abnégation en défense, volonté de se donner la balle en attaque pour faire le meilleur choix. Un ensemble symbolisé par l’aîné des Greer – « il a fait du Ricardo… » s’amusait son coach – auteur du premier triple double de la saison en ProA (16 points, 11 passes, 10 rebonds, mais aussi par le sobre Louis Campbell (16 points, 9 passes), et par Alexis Ajinça (16 points à 6 sur 8, 5 rebonds et 3 contres en moins de 20 minutes !), qui dès lors qu’il se fut concentré sur le seul jeu, oubliant de se « frotter » à Williams, était tout simplement devenu inaccessible pour la star chalonnaise ! On n’oubliera pas l’apport d’Axel Toupane en défense sur Schilb, très fort pourtant ce lundi, ni le retour prometteur de Max Zianveni, l’excellent relais de Romain Duport (12 points, 6 rebonds), la justesse du jeu de Jeanneau et les points grappillés par Shurna. Jeff Greer, sans doute encore gêné par son entorse, n’a pas donné sa part au chien en défense et au rebond, et sera précieux dans une fin de saison prometteuse.

A-t-on dès lors assisté à une passation de pouvoir, hier soir au Rhenus ? D’un naturel prudent et modeste, Vincent Collet ne veut pas aller trop vite. « On a fait un grand pas vers le top 2. Mais il reste dix matches… » Et pas des moindres. Il faudra aller à Roanne (dès samedi), à Orléans, Villeurbanne, Dijon et Nanterre ! Mais Chalon, qui devra désormais gagner trois matches de plus que la SIG ira lui aussi à Limoges dans un match en retard, à Orléans, Paris et Villeurbanne… Et recevra dès vendredi Gravelines au Colisée ! Joli programme qui ne garantit pas de faire le plein.

Gravelines, précisément, l’adversaire numéro 1 de la SIG au sommet du championnat. Comment ne pas rêver déjà à cette 30e et dernière journée, le 30 avril au Rhenus et au choc qui attribuera peut-être la première place de la saison régulière ? Une finale avant la lettre ?

On en prend le pari…

J.C.F.