Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
DB2_7807
Actualités La SIG s'impose avec le cœur

La SIG s'impose avec le cœur

Cardiaques, s'abstenir ! Au terme d'un match souvent brouillon (43 balles perdues !) mais à couper le souffle tant il y eut de rebondissements, la SIG s'est imposée à Villeurbanne (82-86) et a effacé son faux-pas à domicile contre Nanterre. L'équipe de Vincent Collet a démontré qu'elle avait du cœur et du caractère.

 

DB1_1012

Avec un Ricardo Greer (face à Amara Sy) plus saignant que samedi, la SIG a réussi à s'imposer.

En rentrant aux vestiaires à la pause avec sept points d’avance (36-43) malgré… 13 pertes de balle, la SIG pensait avoir assuré l’essentiel. Les intentions étaient bonnes dès le début, même si l’ASVEL avait pris son adversaire de vitesse sur les premières actions (4-0, 1ère). Mais aussitôt, Ajinça, Campbell et Leloup relançaient la SIG : 6-7 (3e’). Mieux, sur un panier miraculeux de Murphy, toujours un peu fébrile mais plus incisif que samedi dernier, les hommes de Collet s’offraient un petit écart : 9-12, 11-15 puis 15-23 (8e’). La défense alsacienne avait volé quelques ballons, Lacombe avait fait un bon passage au relais de Campbell, et la sortie d’Ajinça, gêné par un coude douloureux, n’avait pas eu d’incidence fâcheuse.

Trop de précipitation en attaque

Avec une belle adresse (56%), la SIG avait entamé la deuxième période en menant 19-25 et elle ne s’arrêtait pas en si bon chemin, tout en gaspillant pourtant quelques munitions : 21-31, 27-35 (15e’). Et puis soudain, les Strasbourgeois se mirent à bafouiller en attaque, à vouloir pénétrer trop vite alors que la peinture était bouchée. L’ASVEL n’en demandait pas tant, grignotait son retard en profitant de la pénalité qui pesait sur la SIG : 35-35. Il fallut un temps mort de Vincent Collet pour recadrer son petit monde et un excellent passage défensif de Toupane, ponctué de six points en attaque pour redonner un petit matelas, toutefois mince, à la SIG : 36-43 à la pause.

Ajinça ne trouvait toujours pas ses marques en attaque mais heureusement, Murphy, lui, trouvait la faille. Et dans un match à 30 balles perdues déjà (14 à l’ASVEL, 16 à la SIG), les Strasbourgeois tenaient le score, quand Ricardo redevenait… Greer : 44-53 (26e’). Et puis soudain la machine alsacienne s’enrayait à nouveau. Occasions manquées, balles perdues sans pression adverse, c’était un festival de maladresses. L’ASVEL n’en demandait pas tant pour se rapprocher (52-55, 28e’), mais Paul Lacombe, très présent face à son ancien club, relançait la mécanique : 52-59. «  Je suis chez moi ici, c’est vrai et je voulais leur montrer que j’ai grandi » dira-t-il plus tard au micro de Canal+.

Keselj et Leslie font peur

Juste avant la fin de la période, le cercle se refusait sur un trois points de Campbell alors que Morlende réussissait le sien : 55-59. Rien n’était fait. La SIG tentait de contenir les assauts adverses mais dans un quatrième quart temps débridé, tout devenait possible. Keselj dégainait trois fois à longue distance, Travis Leslie, boudé par Nanterre, sortait de sa boîte pour claquer deux dunks monstrueux en contre-attaque, Edwin Jackson (23 points au total mais six paniers seulement) plutôt bien contenu, se réveillait et l’ASVEL passait en tête : 65-64, 72-69 et même 76-71 (37e’). L’affaire semblait mal engagée mais cette équipe de la SIG a décidément du cœur. Alexis Ajinça, transparent, était éliminé pour cinq fautes, mais qu’à cela ne tienne. Greer, Campbell, Murphy, puis Abromaitis et un excellent Toupane en défense (17 d'évaluation), réussissaient à passer un 1-9 décisif : 77-82 à 1’06’’ de la fin.

Malgré quelques dernières frayeurs, Campbell et Murphy ne tremblaient pas sur la ligne de réparation et la SIG s’offrait une belle victoire : 82-86. La saison est lancée !

Jean-Claude Frey

 

Le match en vitesse

LYON-VILLEURBANNE – SIG 82-86. Arbitres : MM. Bissang, Collin et Hamzaoui.

Les périodes : 19-25, 17-18 (mi-temps : 36-43), 19-16 (55-59), 27-27.

VILLEURBANNE : 28 paniers sur 56 tirs (50%) dont 5 sur 17 à trois points, 21 LF sur 27, 25 rebonds (Nsonwu-Amadi 7) dont 5 offensifs, 14 passes (Wright 4), 22 balles perdues, 23 fautes.

Wright 8, Jackson 23, Keselj 15, Sy 8, Nsonwu-Amadi 9, puis Morlende 6, Rozenfeld, Larrouquis, Chassang, Joseph, Leslie 13.

SIG : 32 paniers sur 63 tirs (53%) dont 4 sur 12 à trois points, 18 LF sur 22, 30 rebonds (Greer 8) dont 8 offensifs, 16 passes (Campbell 7), 21 balles perdues, 25 fautes, Ajinça (37e’) et Toupane (40e’) éliminés.

Campbell 13, Murphy 20, Leloup 11, Greer 10, Ajinça 4, puis Lacombe 9, Toupane 9, Abromaitis 6, Duport 4.