Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
Rucklin
Actualités Espoirs : quelle série !

Espoirs : quelle série !

Qui stoppera les espoirs de la SIG ? Ils restent sur 15 victoires d’affilée, caracolent en tête du championnat ProA malgré le handicap de joueurs blessés, et affrontent ce samedi Pau-Orthez (17h), un de leurs deux seuls tombeurs de la saison.

Espoirs limoges

Luidgy Laporal (n°12), au côté d'Antony Labanca (n°8), a démontré de réels progrès depuis le début de saison. Les espoirs de la SIG en profitent...

SANS FRANÇOIS. – A Dijon, la SIG a joué son premier match sans Xavier François, l’intérieur belge, absent pour trois semaines pour une aponévrosite aigüe, et le score final (59-64) a plus ou moins rassuré tout le monde. Cette équipe est solidaire et sait mettre les bouchées doubles pour pallier l’absence d’un élément essentiel.

REGULIER. – L’écart s’est creusé régulièrement : 2-8, puis 6-14 et 12-17 à la fin du premier quart. Malgré un retour à 17 partout (14e’), la SIG repart (20-29 puis 25-34 à la pause). La SIG encaisse toujours aussi peu (12 points dans le 3e quart) mais si l’attaque est parfois à la peine…

CIBLÉ. – Il est vrai que depuis que Labanca est passé espoir et est l’un des meilleurs marqueurs strasbourgeois, Dijon a pour habitude de faire des défenses mixtes, boîte, double boîte, zone. Mais cette fois-ci, Dijon avait l’opté pour la défense individuelle. C’est dire l’impact qu’ont tous les joueurs strasbourgeois pour assurer !

INTÉRIEUR. – Le match s’est joué surtout dans le secteur intérieur avec Ballo et Coulibaly coté JDA et nos trois protégés, Bah, Laporal et Kwedi. C’est un festival de rebonds offensifs, de coups, de dureté dos au cercle, ces cinq joueurs-là n’en sortiront pas indemnes à la fin de la rencontre. Mais sur sa lancée, la SIG entame le dernier quart avec 10 points d’avance (37-47) et tient bon. Le trio strasbourgeois fait la loi et remporte la bataille, bien aidé par les extérieurs, Samuel Eber plantant deux paniers à trois points pour creuser définitivement l’écart (38-52). Un beau travail d’équipe !

Les périodes : 12-17, 13-17 (mi-temps : 25-34), 12-13 (37-47), 22-17.

Les marqueurs : Ntilikina 7, Bouquet 9, Kwedi 1, Labanca 17, Eber 6, Nicolas 8, Laporal 2, Bah 12.

SOUFFRANCE. – Bien qu’ayant appris la veille du match, que Rozenfeld n’allait pas jouer en espoir, les jeunes de la SIG se méfiaient de Villeurbanne. Taureen Green blessé, le meneur numéro 1 des espoirs de l’ASVEL était appelé chez les pros. En revanche, les Lyonnais retrouvaient leur intérieur-phare, Amine Noua. Durant toute la première mi-temps, l’ASVEL dominait : 14-9, 21-17 (10e’), 26-20, 35-28. Beaucoup trop d’erreurs empêchaient la SIG d’être sereine et d’entrer dans sa routine.

PÉCHÉS MIGNONS. – Petit à petit, et malgré trop de pertes de balle (nouveau petit pêché mignon depuis quelques rencontres), les coéquipiers de Bouquet font des stops défensifs – cinq points encaissés seulement dans le troisième quart temps – et retrouvent de la fluidité en attaque. Bah, d’un… panier à trois points, contribue lui aussi au 2-12 qui permet à la SIG de passer devant : 37-40, 40-49 (29e’) et 57-65 quand le pivot alsacien est éliminé pour cinq fautes. Mais les joueurs villeurbannais ne parvenaient plus à prendre le dessus : 60-69 et finalement 66-71.

Les périodes : 21-17, 14-17 (35-34), 5-15 (40-49), 26-22.

Les marqueurs : Ntilikina 5, Bouquet 8, Kwedi 6, Labanca 17, Eber, Nicolas 16, Laporal 8, Bah 11.

PROMENADE DE SANTÉ. – En se déplaçant chez l’avant-dernier, il ne fallait pas aborder ce match avec un excès de confiance. Les consignes étaient simples : être très concentré, ne pas tenir compte du classement, être agressif et mettre beaucoup d’intention dans le jeu tant défensif qu’offensif. Sous la houlette d’un Ntilikina en grande forme (31 d’évaluation en 27 minutes), les jeunes SIGmen n’ont laissé aucune chance à l’adversaire où Dussomerard (26pts) était trop esséulé. 4-8 (4e’) puis… 4-21 (6e’), 10-25 (10e’) puis 11-36. Un nouveau 0-14 dans la troisième période creuse encore le gouffre (33-61 puis 33-75 et 38-80 à la 30e’) et finalement 56-109 !

PLAN RESPECTÉ. – Détermination, sérieux, application tout le monde a compris et exécute parfaitement le plan de départ. Laporal prouve encore une fois qu’il a franchi un cap cette saison et avec ses 26 d’évaluation, il contribue fortement au 143 collectif ! 143 à 39, l’écart à l’évaluation est sans appel… Il ne reste plus qu’à attendre le verdict pour Tanguy Nicolas qui s’est blessé à la cheville début du deuxième quart temps et n’a pu jouer que neuf minutes. Espérons que cela ne soit pas trop grave.

Les périodes : 10-25, 12-26 (mi-temps : 22-51), 16-29 (38-80), 16-29.

Les marqueurs : Ntilikina 17, Bouquet 19, Kwedi 4, Labanca 20, Ekembe 5, Nicolas 10, Laporal 18, Bah 16.

Louis Rucklin et Maxime Abah, troisièmes avec les Bleus

Rucklin

Louis Rucklin, meneur de l'équipe de France U16 (ici face à la Géorgie).

Privés de leurs deux sélectionnés en équipe de France, Louis Rucklin et Maxime Abah, les cadets ont reporté leurs dernières rencontres de championnat national. Ils retrouveront la compétition ce dimanche (15h30 à Illkirch), face à Chalon et leur meneur, Victor Mopsus, qui avait évolué récemment avec les pros. Un match important pour la petite bande d’Abdel Loucif si elle veut rester dans le wagon de tête pour briguer la qualification.

Avant de se frotter à Mopsus, son coéquipier en équipe de France, Louis Rucklin a affronté pendant une bonne semaine à Konya, en Turquie, les meilleurs cadets européens lors du tournoi international Pinar pour lequel Maxime Abah avait également été retenu. Les deux SIGmen ont bénéficié avec les Bleus d’un temps de jeu conséquent (16 minutes chacun en moyenne, Louis Rucklin étant privé du match contre le Monténégro pour une blessure sans conséquence) et ont largement contribué aux cinq victoires en cinq matches, obtenues lors des rencontres de poule. Tour à tour, la Lituanie (66-56), la Géorgie (79-33), la Lettonie (56-43), la Russie (91-43) et le Monténégro (83-55) ont cédé face aux jeunes internationaux français. En revanche, la seule défaite du tournoi a été concédée aux Turcs (72-53), lors de la demi-finale.

Les Bleuets ont tout de même décroché la 3e place de cette compétition très relevée en battant l’Italie (63-49), le succès final revenant à la Turquie, victorieuse chez elle de la Lituanie en finale (69-68 ap. pr.).

Les performances des Alsaciens :

Louis Rucklin (6 matches) : 32pts (15 contre l’Italie dans le match pour la 3e place), 7 sur 15 à deux points, 2 sur 5 à trois points, 12 LF sur 17, 15 passes, 10 rebonds.

Maxime Abah (7 matches) : 30pts (8 contre la Géorgie), 14 sur 27 à deux points, 0 sur 8 à trois points, 2 LF sur 6, 17 rebonds, 6 passes.