Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
logo Coupe de France
Actualités Coupe de France : les cadets en finale !

Coupe de France : les cadets en finale !

Victorieux de Monaco (79-63) hier et de... Villeurbanne cet après-midi (62-61), les cadets de la SIG ont décroché leur billet pour la finale de la Coupe de France dans laquelle ils seront opposés le 3 mai à Paris en lever de rideau des pros à Bourg-en-Bresse ! Bel exploit...

Yzeure (Allier) et le Mans accueillaient ce week-end les plateaux de quarts et de demi-finales de la Coupe de France U17. Pour les cadets de la SIG (U17), c’est dans la salle omnisport de Bellevue, à Yzeure, que la dernière ligne droite avant les finales avait lieu. Deux matches à gagner pour les protégés du coach Abdel Loucif pour tenter de rallier la finale. Et deux victoires remportées avec le cœur et la ‘‘gnaque’’ qui caractérisent si bien cette équipe !

Un quart de finale tendu face à Monaco
cadets SIG: ASVEL SIG

Les cadets à l'écoute de leur coach, Abdel Loucif.

En quart de finale, samedi soir, les jeunes SIGmen étaient opposés à Monaco. Auteurs d’une 1ère phase parfaite en championnat de France U17 (10 victoires en 10 matches), les jeunes Monégasques confirment actuellement en étant d’ores et déjà assurés de finir premiers de leur poule en phase finale (huit victoires et une seule défaite). Autant dire qu’il ne fallait pas prendre ce match à la légère… Et c’est par le bon bout que la SIG entamait la rencontre puisque portée par son trio Ntilikina, Rucklin et Abah, la SIG menait 9-3 après quatre minutes. Et c’est à ce moment-là que le premier incident du match se produisit… Une coupure générale de courant plongea la salle dans le noir, interrompant la rencontre durant un peu plus d’un quart d’heure! Une fois le gag passé, les deux équipes revenaient sur le parquet et les débats s’équilibraient : 23-17 à la 10’, 32-31 à la 17’ pour arriver à la mi-temps avec un court avantage pour la SIG (34-31).

Si le match n’était pas de toute beauté, il opposait une vaillante équipe de Monaco qui résistait aux attaques strasbourgeoises grâce à une zone 2-1-2 efficace. Le 3e quart n’allait pas faire baisser le stress. Durant ces 10 minutes, les attaques des deux équipes prirent le pas sur les défenses. Alors que l’on aurait pu croire que les SIGmen allaient attaquer la dernière période avec 7pts d’avance, un tir du capitaine monégasque Tassel, au buzzer et à 3pts concluait la période sur une égalité parfaite de 24-24 portant le score à 58-54 pour la SIG.

Le dernier quart temps allait cependant être fatal à l’ASM. Si les coéquipiers du jeune Voulfor, très actif et prolifique (23pts), étaient encore dans le match à sept minutes du terme (33’ 61-57), ils allaient subir l’agressivité défensive des Strasbourgeois avec Rucklin et Gançarski. Un 9-2 en trois minutes (36’ 70-59) et un 8-2 pour finir le match avec Ntilikina au four et au moulin allaient anéantir toute chance pour Monaco qui encaissait un irrémédiable 21-8 dans le dernier quart, scellant le score final pour la SIG à 79-63.

Ntilikina 19pts, Rucklin 16, Abah 16, Flick 12, Toure, puis Gancarski 8, Kunckler 5, Marx 3 et Danner.

Une demi-finale stressante face à l’Asvel

Une victoire qui qualifiait les jeunes SIGmen pour la demi-finale où ils retrouvaient cet après-midi l’Asvel, vainqueur de Cholet en quart de finale 53-47. Avant le coup d’envoi, la jeune ‘‘green-team’’ (cette après-midi en noir…) incitait à la prudence avec un bilan de 16 victoires en 18 matches de championnat de France. Une nouvelle fois le sérieux se devait d’être de mise pour les SIGmen. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le message du coach Abdel Loucif était bien compris par ses joueurs. Décidés à mettre leur emprise dès le début, Frank Ntilikina et ses potes, entamaient le match tambour battant : 4-10 (5’) puis 9-21 (8’) pour conclure un 1er quart à l’avantage de la SIG 12-21. Le début du 2eme quart temps voyait les deux défenses se resserrer limitant les protagonistes en terme de scoring (15’ 17-28) et où l’Asvel tentait des rapprochés au score sans trop de réussite (20-28 à la 17’ puis 22-31 à la 19’). Ainsi à la mi-temps se sont les jeunes SIGmen qui rejoignaient les vestiaires, après 20 minutes sérieuses de leur part, avec une avance de 12pts et sur le score de 22-34.

Au retour des vestiaires, les deux équipes se rendaient encore coup pour coup, les défenses s’intensifiaient et le jeu se musclait (25’ 26-38). A tel point qu’à six secondes de la fin du 3eme quart temps une faute antisportive était sifflée à Louis Rucklin, permettant à l’Asvel de revenir à 7pts… Mais c’était sans compter sur la rapidité et la vista de Kunckler qui scorait en pénétration au buzzer du 3eme quart pour porter le score à 34-43. Alors que tous les feux semblaient aux verts pour la SIG, la machine se mettait un peu à toussoter offensivement et défensivement, faisant sentir le souffle villeurbannais dans la nuque des alsaciens (34’ 43-48). Et même si les rouge et blanc tentaient de limiter au maximum les bonnes séries de son adversaire (35’ 45-51), le stress était à son maximum à l’entame du money time puisque l’Asvel revenait à 3pts à deux minutes du terme: 55-58. Deux minutes de tension et d’engagement intense entre les deux équipes où les contacts devenaient de plus en plus rugueux. Mais il était écrit que la SIG ne laisserait pas passer sa chance et ce sont bien les jeunes Alsaciens, portés par un grand Frank Ntilikina (27pts), qui remportèrent ce magnifique match, plein de suspense jusqu’à l’ultime seconde, sur le plus petit des écarts. Score final : 61-62!

Ntilikina 27, Abah 15, Gançarski 11, Flick 2, Rucklin, puis Danner 3, Kunckler 2, Marx 2.

Les jeunes SIGmen pouvaient laisser éclater leur joie puisqu’une semaine après avoir décroché leur place pour le Final four du championnat, ils joueront face à Bourg-en-Bresse la finale de la Coupe de France sur le parquet de la halle Carpentier le 3 mai prochain… juste avant le match des pros où l’on pourrait également retrouver la SIG, si Antoine Diot et ses coéquipiers battent Dijon au Rhenus le 7 avril.

Franklin Tellier