Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
BOUTIQUE EN LIGNE OFFICIELLE
Habillez vous aux couleurs de la SIG STRASBOURG
SIG_Nancy_Mardy Collins
Actualités Une réponse rapide et cinglante

Une réponse rapide et cinglante

Echaudée par Villeurbanne (battue ce soir dans sa salle par Cholet 57-58 !), la SIG avait à coeur de se racheter à Reims. Elle l'a fait sans trembler (66-87) et avec la manière. S'appuyant avant tout sur la défense (46 points encaissés dans les 30 premières minutes) et sur un collectif qui s'améliore (16 passes), symbolisé par la montée en puissance de Mardy Collins.

Au-delà du résultat, certes important, c’est la manière qui comptait, dans cette deuxième journée qui menait la SIG en Champagne, chez le poil à gratter de la ProA, Châlons/Reims. Dès l’entame, les attitudes étaient bonnes. Vincent Collet avait lancé Golubović et Collins, en lieu et place de Fofana et Leloup, et malgré quelques ratés en attaque, les Strasbourgeois tenaient bon en défense. Certes, Miroslav Todic, le gaucher serbe, montrait déjà le bout du nez (6 des 8 premiers points des Rémois), mais Weems et Beaubois donnaient le ton en attaque. Et après un début équilibré (8-9, 5e’), la défense alsacienne clouait le bec de l’attaque champenoise jusqu’à la fin du quart : 8-18 ! Avec un différentiel à l’évaluation (23 à 2…) qui en disait long. L’adresse, le rebond, l’impact, tout penchait en faveur de la SIG.

Lacombe et Fofana, entrées payantes
CCRB_SIG

Dès le coup d'envoi, Vladimir Golubović a mis la SIG sur les bons rails. (Photo CCRB/presse-medias)

L’entrée de Lacombe à la mène et de Fofana, accompagnés de Leloup, avaient donné à la SIG une densité défensive plus solide encore. Et le temps mort d’Antic à 8-14 n’y avait rien changé. Fofana se régalait sur les alley-oop après une interception de Ntilikina et si Morandais stoppait la série derrière l’arc en début de deuxième quart (11-18), Lacombe et les siens s’appuyaient sur une bonne alternance du jeu pour passer un 3-17 qui mit le CCRB dans les cordes : 11-26 (13e’), puis 14-31.

A 21-35, toutefois, le réveil de Drew Gordon et encore l’inévitable Todic (14 points à la pause) relancèrent le match. Vincent Collet, qui avait pourtant rappelé les titulaires, Beaubois, Weems, Golubović et Collins, dût prendre un temps mort pour arrêter l’hémorragie (28-35, 18e’), alors que Campbell commettait sa 3e faute, la SIG étant déjà dans la pénalité depuis un moment.

Heureusement, la fin de mi-temps se passait mieux, grâce à Collins qui exploitait les ballons volés, à Weems et Howard qui dominaient dans la raquette. Au repos, le matelas s’était sensiblement reconstitué : 31-43.

Un « small ball » efficace

Châlons/Reims se mit en zone en début du 3e quart temps, mais pas de quoi déranger la SIG. Bien au contraire. Avec l’option small ball, Howard au poste 5, Weems en 4, au poste haut pour se régaler face à ce type de défense, la SIG avait rapidement trouvé la parade. Leloup avait ajouté un « primé » à l’angle zéro, Beaubois dans l’axe, avant de pénétrer, Collins se muant en artiste de la passe décisive pour Howard. Les Champenois étaient définitivement écartés après cinq minutes : 39-59. Young, Morandais et Todic tentaient de sortir la tête de l’eau mais la SIG déroulait : 46-70 (30e’).

Vincent Collet pouvait alors faire tourner son effectif, privé de Romain Duport, blessé à l'épaule et resté à Strasbourg, voir que Golubović avait encore besoin de repères et de confiance, que Frank Ntilikina avait sa place, sans que le rendement de son équipe ne baissât : 52-80, puis finalement 66-87 dans une fin de match où l’on vit beaucoup Mardy Collins (14 points, 7 rebonds, 5 passes, 21 d’évaluation), mais qui ne comptait plus guère…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

CHÂLONS/REIMS – SIG 66-87. Centre sportif René-Tys à Reims. Arbitres : MM. Viator, Hamzaoui et Bissuel.

Les périodes : 8-18, 23-25 (mi-temps : 31-43), 15-27 (46-70), 20-17.

Les statistiques

Espoirs

Châlons/Reims - SIG               70-94