Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
SIG_Le Havre_espoirs_Lauriane Dolt
Actualités ESPOIRS : Lauriane Dolt fait le point

ESPOIRS : Lauriane Dolt fait le point

Après cinq défaites en autant de matches en décembre (Gravelines, Nancy, Le Mans, Paris-Levallois et Limoges), les jeunes SIGmen pointent à la 15ème place au classement (4v/11D). Alors qu’ils profitent d’une mini-trêve de Noël pour rejoindre leur famille, leur coach, Lauriane Dolt, a accepté de répondre à quelques questions sur la saison de son équipe.

Franklin Tellier : Vous venez de subir cinq défaites en décembre. L'équipe semble dans le dur…
Lauriane Dolt : Pas forcément dans le dur... Nous faisons face à des situations que je qualifierais de ‘‘particulières’’. Le début de saison était un peu en trompe-l’œil. Nous avons gagné contre des équipes qui sont aujourd'hui à égalité ou derrière nous au classement. Nous sommes très jeunes en termes d'expérience et d'âge. À part Frank, aucun autre joueur n'avait de responsabilités importantes les saisons passées. Il faut en tenir compte. C'est un championnat avec de très bons joueurs et la plupart des équipes ont un effectif qui évolue ensemble depuis deux ou trois saisons. Pour nous, tout est à refaire. Les quatre joueurs d'année d'âge espoir, sont pour l'instant un peu en demi-teinte. Tout le reste de l'effectif est encore cadet. Les repères, la vitesse, la dureté et la taille sont des éléments à prendre en considération quand on passe de cadets à espoirs. Il faut du temps, de la patience et beaucoup de travail.

F.T : Est-ce que ces défaites sont toutes les mêmes ou y a-t-il des nuances à mettre à la vue de certains adversaires?
L.D : C’est toujours différent. Le Mans et Paris étaient très forts et bien plus matures que nous. Contre Limoges c'est différent. Le match se joue sur des détails et quand on domine, notamment à l'évaluation, c'est rageant de perdre! Frustrant… On manque encore de constance sur 40 minutes. Soit on démarre mal et on finit bien, soit l'inverse : la jeunesse et le manque de prise de responsabilités. On doit aussi faire face à "l'effet Frank". Il a une telle connaissance du jeu et un tel impact qu'il apporte beaucoup plus de solutions et de sérénité au groupe. Entre les blessures et le fait qu'il soit préservé pour les pros, ce n'est pas toujours évident pour ses coéquipiers.

SIG_lauriane Dolt

Lauriane Dolt: " travail et persévérance sont les maîtres mots"

F.T : Plus globalement l'équipe reste sur 8 défaites consécutives. Cela n'entame pas le moral des joueurs ?
L.D : Non! Et ça c'est mon job. Nous sommes là pour travailler, pour aller de l'avant et leur faire prendre conscience du travail à accomplir pour être récompensé. Même si une défaite comme celle de Limoges laisse un goût d'inachevé, on ne lâche rien. Le travail et la persévérance sont les maîtres mots... Et je suis persuadée qu'on va y arriver.

F.T : Il y a de toute façon des éléments positifs. Je pense notamment au début de saison d'Olivier Cortale ...
L.D : Bien sûr, il y a des éléments positifs et pas que lui. Attention, il est très bien en terme d'évaluation mais pas assez constant à mon goût. Ce sont ces aspects-là qu'il faut travailler. Olivier est une belle satisfaction. C’est un gros bosseur et très demandeur, toutes les qualités pour y arriver. Mais ils sont tous dans ce registre à une échelle un peu différente pour les uns et les autres. Olivier est très souvent récompensé de son travail en s'entraînant avec les pros.

F.T : On ne cesse de le répéter, cette équipe travaille pour son futur. Quelle est la ligne conductrice pour 2016 ?
L.D : La qualification pour le Trophée du Futur n'est pas une priorité pour moi actuellement. Travailler dur, ne pas les lâcher et les faire progresser individuellement sont mes principaux objectifs. Une fois qu'avec Abdel et Terrick nous aurons fait ça, nous pourrons dire que notre saison a été bénéfique. Nous ne sommes pas loin des équipes du haut de tableau. Nous avons accroché les têtes de série mais nous ne sommes pas en mesure aujourd'hui d'asseoir notre niveau. Notre priorité est de les faire progresser pas à pas. À chaque groupe une situation de travail et cette saison, la qualification pour le Trophée n'est pas une obsession. En continuant à travailler on peut faire une meilleure deuxième phase et là qui sait ce qu'il adviendra…

Interview réalisée par Franklin Tellier