Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
SIG_Monaco_Leaders cup_Louis Campbell
Actualités Le rêve évanoui...

Le rêve évanoui...

La SIG a perdu son trophée, à la Leaders Cup, en payant au prix cher une deuxième période ratée (82-65). Mais Monaco est un beau vainqueur, qui défiera Chalon en finale. Au-delà d’un match, avec les blessures de Lacombe et de Howard, les Strasbourgeois, pourraient avoir perdu gros…

Il suffisait de voir les troupes rassemblées et encouragées par le capitaine, Louis Campbell, pour deviner la motivation de la SIG. Mais elle n’était pas suffisante, évidemment. Il fallait aussi contenir les assauts monégasques à défaut de retrouver l’adresse de la veille contre Gravelines.

Et très vite, tout devint compliqué. Collins avait été préféré à Weems (2 sur 10 aux tirs contre le BCM) dans le cinq de départ et si l’Américain de la SIG avait placé son équipe un court instant en tête (2-3), c’est Monaco qui posait de vrais soucis aux Alsaciens en défense. Shuler au loin, Uter qui dominait Fofana près du cercle, les joueurs de la Principauté prirent les devants (12-7, 5e’) pour ne plus les lâcher. Et au fil des minutes, la crispation, symbolisée d’abord par Kyle Weems devenait prégnante alors que l'excès d'individualisme condamnait le collectif. Collet avait multiplié les changements sans trouver la formule alors que Mitrovic pianotait sur son banc, Cel, puis Gladyr et même Aka apportaient tous quelque chose.

Un panier près du cercle de Campbell, un primé de Duport, avaient changé les choses (17-19, 10e’) mais Uter avec le « 2+1 » redonnait l’avantage à la Roca Team à la fin du quart temps : 20-19. Peu auparavant, la SIG avait perdu Paul Lacombe, victime d’une béquille à la cuisse !

Un deuxième quart totalement manqué

Loin de rester dans l’allure, la SIG cédait du terrain en encaissant 11 points en 2’15’’ avec notamment trois paniers derrière l’arc : 31-23 (13e’). A l’opposé, une séquence à… quatre tirs grands ouverts et trois rebonds offensifs se terminait par quatre échecs cuisants. Le temps mort de Collet n’y changeait pas grand chose et quand la SIG retrouvait enfin quelques sensations en attaque, grâce à Beaubois, Fofana écopait de sa 3e faute (34-27, 16e’). Sy, puis Uter, dirigés de main de maître par un énorme D.J. Cooper (six passes en 12 minutes), poussaient même un peu plus la tête sous l’eau à des Strasbourgeois qui n’y étaient vraiment pas, à l’issue d’un deuxième quart catastrophique (28-14) : 48-33 !

Duport sonne la révolte

La SIG revenait avec de meilleures intentions, en défense surtout, et Monaco s’en apercevra rapidement. Surtout, les hommes de Collet, plus en rythme, s’accrochaient, revenaient d’abord à 52-43 (24e’) grâce à Weems puis Leloup. Mais la quatrième faute de Fofana, puis l’entorse de la cheville de Matt Howard dessinaient un scénario catastrophe ! Heureusement, Romain Duport, arrivé au relais, s’occupait d’abord de Sy, gobait quelques rebonds et inscrivait cinq points, dont un deuxième primé (!) pour réduire l’écart à six points peu avant la fin de la période. Ce diable d’Adrian Uter ajoutait toutefois un dernier panier : 62-54.

L’intensité montait encore d’un cran. Monaco jouait toujours ses possessions jusqu’au bout des 24 secondes, Gladyr, survolté, griffait derrière l’arc mais Duport, encore lui, et Collins rapprochaient à 65-60 (33e’). Le temps mort monégasque était bénéfique car d deux minutes plus tard, tout était à refaire après deux lancers et un rebond offensif exploité par Sy : 69-60.

Le rêve était passé. La malédiction du tenant du titre - depuis 1993, jamais le vainqueur de l'année précédente n'a pu garder son bien - se poursuivra un an de plus. A court d’énergie, la SIG pouvait encore y croire à 69-63 (36e’), mais la fin de match époustouflante de Billy Ouattara, qui finira MVP, la maîtrise, tout en contrôle de Monaco, sa domination aux rebonds (41 à 26), valaient aux joueurs de la Principauté de disputer la finale dimanche à Chalon. La grosse cote, assurément !

Quant à la SIG, elle devra panser rapidement ses plaies et basculer sur l’Eurocup pour un autre défi, plus excitant encore.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

MONACO – SIG 82-65. Disney Events Arena. 4 800 spectateurs. Arbitres : MM. Viator, Chambon et Bardera.

Les périodes : 20-19, 28-14 (mi-temps : 48-33), 14-21 (62-54), 20-11.

→ LES STATISTIQUES

→ LES REACTIONS