Basket
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
bandeau_site_promo_livre_commander.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
SIG_Le Mans_martial bellon
Actualités Martial Bellon : « Notre public a eu tort »

Martial Bellon : « Notre public a eu tort »

La SIG est tombée de haut après son exploit en Eurocup, et a perdu un troisième match de suite au Rhenus, après Trente et Nanterre, face au Mans (66-82). Dommage que la rencontre se soit terminée dans la plus grande confusion.

Vincent Collet voulait d’abord expliquer ce qu’il s’était passé : « Sur la faute offensive de Mardy Collins, j’ai considéré que c’était une faute du défenseur et qu’Amagou était venu latéralement. J’ai râlé et pris une faute technique. Comme je considérais que c’était une double peine, j’ai applaudi. Il m’a alors exclu alors que je n’avais pas dit un mot ! C’est la première fois que je suis disqualifié ! »

Pour en revenir au match, le coach estimait que « Le Mans est une bonne équipe qui avait ce qu’il fallait pour profiter du contexte. On a trop shooté ‘’extérieur’’ et on a été plutôt maladroit. En deuxième mi-temps, on a proposé un autre visage. On était plus incisif en allant provoquer et on a eu le mérite de se rapprocher. Les deux lancers tentés en quarante minutes sont plutôt surprenants. On va dans la raquette, on percute, on est agressif à l’image de Mardy… »

Quant aux conséquences de cette défaite, Collet pense que « la place dans le top 2 est clairement menacée. On va jouer sans Matt et sans Paul mardi à Dijon, puis à Nancy. Des matches difficiles et deux autres à rattraper après la finale. Il faut assumer tout ça. Recruter ? A quel poste dans la situation où nous sommes aujourd’hui, sachant qu’il ne pourra pas jouer en Eurocup ? Il faudra jouer dix matches en un mois et on ne va jamais se reposer avant les playoffs. Et cela dure depuis la fin septembre. Il faut toutefois se ressaisir et arracher les matches qui sont prenables pour rester au moins dans le top 4 ».

Pour ce qui est des blessés, l’entraîneur de la SIG a donné quelques informations : « Paul est très touché après un coup de genou à l’aine. Il a très mal et passera des examens lundi. C’est préoccupant. Ce n’était vraiment pas une bonne soirée. Je regrette ce qu’il s’est passé ».

Jérémy Leloup ne voulait parler que de sport : « C’était dur émotionnellement de se remettre dedans. On a mal débuté le match. On a pris du retard et même si on a réagi, l’écart est resté le même. Il faut qu’on arrive à faire mieux. C’est à nous de commencer le match dès la première minute en défense. On est toujours en réaction et du coup, la deuxième mi-temps était meilleure. On a montré un autre visage défensif mais trop tard. C’est souvent comme ça à domicile. Le Mans nous a battus deux fois mais on est toujours en course. A nous de faire ce qu’il faut pour effacer ce mauvais résultat ».

Martial Bellon, le président de la SIG, était venu lui aussi, une fois n’est pas coutume, pour lancer un appel : « Le match a dégénéré et il ne m’appartient pas de porter un jugement sur les arbitres. Je pense que même s’il y avait des points sur lesquels on pouvait s’énerver, notre public a eu tort. C’est mal connaître le basket et il ne faut pas croire que parce que nous sommes qualifiés en Eurocup, tout nous est permis. Je demande par votre intermédiaire de dire à notre public de faire attention à la suite. Nous ne sommes pas champions du monde, on s’est simplement qualifié pour la finale. C’est un grand bonheur mais cela ne nous accorde pas le droit d’avoir le comportement que nous avons eu ce soir. Il faut que le public continue à supporter son équipe mais il ne doit pas changer d’attitude parce qu’on a réussi un exploit en Coupe d’Europe. Ce serait une mauvaise pente qui nous causerait beaucoup de souci à l’avenir ».

Erman Künter voulait d’abord « féliciter Strasbourg pour sa qualification en Eurocup, mais il va falloir jouer contre… des Turcs (NDLR : le coach manceau est turc…). On a bien contrôlé le match même si on a fait quelques erreurs. Avec 8 balles perdues seulement pour 21 passes décisives, c’était la clé (NDLR : respectivement 11,4 et 13,5 en moyenne). On a fait tourner le ballon et on a mis les tirs, je suis très content de cela. Le championnat est serré, il reste cinq matches et on va essayer d’avoir au moins l’avantage du terrain pour les quarts de finale ». Pour expliquer le match des Strasbourgeois, il estimait qu’ « après de grosses performances, les joueurs sont souvent très nerveux quand les choses ne se passent pas comme prévu ».

Pape-Philippe Amagou enfin, soulignait la bonne affaire de son équipe : « C’est une très bonne opération. Strasbourg venait de faire une grosse performance et on s’était préparé à un match difficile. Dommage pour la fin, mais quand Strasbourg a joué à son niveau, il y a eu un vrai match. On est sur une bonne série, mais il faut prendre les matches les uns après les autres. On va apprécier cette victoire et se remettre au travail dans un ou deux jours ».